Moins 18° – Stefan Ahnhem

English version of what I think of it below

Extrait:

« Une fois à l’intérieur, il retira ses vêtements, les plia soigneusement et alla sous la douche. Avec son corps mince et glabre, il avait quelque chose d’un jeune garçon. Il se savonna de gel antiseptique, se rinça, puis coupa l’eau, avant de remplir sa paume de mousse à raser qu’il s’étala sur le crâne.
Comme il l’avait déjà fait de nombreuses fois, il passa lentement le rasoir sur sa peau, puis continua sur les sourcils, le menton et le cou. Pas un poil n’échappait à la lame. Tout devait être rasé. La poitrine, les bras, les jambes, et même les mains et les pieds.
Après s’être séché, il s’enduisit soigneusement le corps d’un baume après-rasage, enfila une nouvelle paire de gants en plastique, se chaussa et passa un peignoir sur ses épaules, avant de quitter le camping-car et de s’orienter tranquillement vers la maison aux allures de manoir avec un vieux sac de voyage.
Il pénétra dans la buanderie, où il ouvrit le bagage et échangea ses chaussures pour des chaussons jetables, puis s’engagea dans le couloir en direction de la cuisine. Il sortit une bière du frigo, la décapsula et but quelques gorgées tout en parcourant les chansons qu’il avait dans son téléphone.
« Livin’On a Prayer » de Bon Jovi ne tarda pas à résonner dans les enceintes intégrées au plafond. Il monta le volume et se mit à chanter en chœur avec la talkbox de l’introduction, avant d’aller en esquissant quelques pas de danse vers le congélateur qui trônait toujours au milieu de la pièce, branché à la prise. »

4ème de couverture:

Après une course folle, une BMW plonge dans les eaux de la gare maritime  d’Helsingborg. Quelques heures plus tard, l’identité du passager défraie la chronique : Peter Brise, star nationale des technologies de l’information, était promis à un avenir florissant.
Que s’est-il passé ?
Et pourquoi, comme l’autopsie va le révéler, la victime était-elle déjà morte lors de l’accident, son corps congelé depuis deux mois à – 18° ?
Après le succès international de Hors Cadre, et de La neuvième tombe, Stefan Anhem, star du thriller suédois, fait monter d’un cran la pression au fil d’une enquête dopée à l’adrénaline, reflet d’un paysage nordique aussi sombre qu’inédit.

Ce que j’en pense…

Troisième volet des aventures de Fabian Risk et Dunja Hougaard. N’ayant pas encore lu les précédents (shame on me 😁) j’ai clairement senti qu’il manquait quelque chose mais n’ai eu, toutefois, aucun problème à suivre. Je vais, par contre, me pencher sur les deux précédents au plus vite.

Deux enquêtes en parallèle en Suède et au Danemark.
Alors que Fabian fait face à un tueur en série au mode opératoire original et inédit, Dunja, de son côté plonge dans ce qu’internet a de plus sordide: le voyeurisme extrême qui pousse à commettre des actes au delà de l’imaginable. 

Les deux enquêtes sont aussi sordides l’une que l’autre et font preuve de beaucoup de développements et d’originalités.
Tu te retrouveras confronté à tant de cadavres que tu en perdras très vite le compte et tu feras surtout face à la perversion, l’avidité et bien d’autres abjections déclinables à l’infini pouvant presque faire pâlir les péchés capitaux…

L’intrigue ou plutôt, devrais-je dire, les intrigues aux multiples rebondissements sont rondement menées. Les personnages sont forgés et ancrés autant dans leur enquête que dans leur vie privée et donnent toute sa dimension au récit. J’y ai trouvé un petit goût fort agréable de Broen et ne déplore qu’un petit bémol…les longueurs…cent pages en moins (sans mauvais jeu de mots 😜) et ça aurait été parfait !

Après la canicule de l’été, ce récit te refroidira avant même que tu n’aies pu finir la dernière page et ce n’est pas un verre d’alcool qui changera la donne. Arme-toi donc d’une bonne couverture et éventuellement d’une bouillotte avant de t’aventurer dans ce très bon livre que je ne peux que te recommander 😊

Moins 18 - Stefan Ahnhem - Editions Albin Michel - 563 pages - 2020

What I think of it….

Third part of the adventures of Fabian Risk and Dunja Hougaard. Having not yet read the previous ones (shame on me 😁) I clearly felt that something was missing but had, however, no problem to follow. I will, on the other hand, look at the two previous ones as soon as possible.

Two parallel surveys in Sweden and Denmark.
While Fabian is facing a serial killer with an original and unprecedented modus operandi, Dunja, for her part, is immersed in the most sordid aspect of the Internet: extreme voyeurism that pushes people to commit acts beyond the imaginable. 

Both investigations are equally sordid and show a great deal of development and originality.
You will find yourself confronted with so many corpses that you will quickly lose count of them and you will above all be confronted with perversion, greed and many other abjectness that can be infinitely variable and that can almost make capital sins fade away…

The intrigue, or rather, I should say, the intrigues with their many twists and turns, are carried out smoothly. The characters are forged and anchored as much in their investigation as in their private lives and give the story its full dimension. I found a very pleasant taste of Broen and only regretted one small drawback…the lengths…one hundred pages less (no pun intended 😜) and it would have been perfect!

After the summer heatwave, this story will cool you down before you even finish the last page and a glass of alcohol won’t change that. So arm yourself with a good cover and possibly a hot water bottle before venturing into this very good book that I can only recommend 😊.

2 commentaires sur « Moins 18° – Stefan Ahnhem »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s