La confidente – Renée Knight – The secretary

English version of what I think of it below

Extrait:

« La secrétaire est la personne la plus dangereuse de la pièce ». La première fois que j’ai lu cette phrase, je n’ai pu m’empêcher de sourire. C’était dans un roman noir à l’ancienne, un bon petit polar aux pages truffées de cadavres. Je me pelotonnais dedans, me plongeais sans vergogne dans les détails sordides des meurtres, rassurée par la conviction que tout finirait bien. Chaque énigme serait résolue et le criminel traduit en justice. Vive le fin limier ! Dans la vraie vie, ça ne se passe pas comme ça. Il reste toujours des zones d’ombre, des points d’interrogation, des aspérités, quelle que soit l’ardeur qu’on mette à lisser les choses. Et la justice, dans tout ça ? J’ai essayé d’y croire il y a longtemps. »

4ème de couverture:

Il n’y a qu’un pas entre la loyauté…et l’obsession.
Regardez autour de vous. Qui détient le plus de pouvoir dans la pièce ? Est-ce celui qui parle le plus fort ou celui qui a le plus d’argent ?
Ou peut-être est-ce quelqu’un comme Christine Butcher : une figure douce et invisible, un témoin silencieux lorsque les informations sont partagées et les secrets murmurés.
Quelqu’un qui, tranquillement, parfois même sans le vouloir, accumule des connaissances sur ceux qu’elle est venue servir – ceux qui ne vont pas faire attention à elle.
Mais lorsque quelqu’un comme Christine Butcher est poussé à bout, elle pourrait bien devenir la personne la plus dangereuse et la plus puissante de la pièce…

Ce que j’en pense…

Mina Appleton, à l’aube de la retraite de son père Lord Appleton, prend la tête de la grande chaîne de magasins d’alimentation familiale avec la ferme intention de leur donner un gros coup de jeune. Riche à millions elle règne sur son monde, mais personne ne peut régner sans une assistante dévouée – Christine Butcher, parachutée pour remplacer une secrétaire en vacances croit au miracle lorsque Mina lui propose ce poste. Dévouée, obsédée par le personnage de Mina, elle devient très vite indispensable.

Dès le départ, tu sais que les choses ont mal tourné, mais bien entendu, tu ne sais ni pourquoi ni comment. Tu le découvres au fil des chapitres à la première personne de Christine, au fil des articles qu’elle découpe dans les journaux – comme un fil conducteur – dans un présent où l’on sent la rage et la rancœur. La structure est, d’ailleurs très originale et le passé-présent habilement mené.

J’ai côtoyé des assistantes de direction de grandes entreprises dans une autre vie et je dois dire que l’auteure a su la décrire avec une précision d’horlogère suisse. La relation, la dévotion, le travail qui frise l’asservissement alors que quelque part, elles ne sont que l’extension d’un bras amené à toutes les manœuvres bonnes ou mauvaises. Souvent détestable, à force d’agir en cerbère à l’aide de ce pseudo pouvoir que leur confère leur position. Pourtant elles sont des oreilles, des yeux. Elles entendent tout, voient tout et peuvent potentiellement devenir …très dangereuses…

Au travers de ce récit, l’auteure nous parle de pouvoir, d’argent, de chaînes de magasins qui font la pluie et le beau temps au détriment des petits producteurs. Elle nous parle des business d’aujourd’hui qui se soucient plus de la rentabilité que de la qualité. Elle nous parle aussi de dévotion jusqu’à en tout perdre, d’admiration, d’envie, de tout ce qui peut faire rêver sans imaginer que cela puisse conduire à sa propre perte.
Elle aborde, sans vraiment en avoir l’air, une multitude de problématiques et nous glisse à l’oreille ce qu’est le pouvoir sous toutes ses formes et tu verras que le final est exceptionnel !

Subtil, prenant malgré quelques longueurs, j’ai, pour ma part, passé un excellent moment de lecture et ne peux que te le recommander !

A toi qui t’apprêtes à prendre un tel poste…Tu changeras peut-être d’avis…

La confidente - Renée Knight - Editions Fleuve - 356 pages - 2020

What I think of it…

Mina Appleton, on the eve of her father Lord Appleton’s retirement, takes over the large family grocery chain with the firm intention of giving them a big facelift. Rich in millions she rules her world, but no one can rule without a dedicated assistant – Christine Butcher, parachuted in to replace a secretary on holiday, believes in the miracle when Mina offers her the job. Dedicated, obsessed with the character of Mina, she soon becomes indispensable.

Right from the start, you know that things have gone wrong, but of course you don’t know why or how. You discover it through the chapters in the first person of Christine, through the articles she cuts out of the newspapers – like a thread – in a present where you can feel the rage and resentment. The structure is, moreover, very original and the past-present is skilfully led.

In another life, I worked with executive assistants in large companies and I must say that the author has described it with the precision of a Swiss watchmaker. The relationship, the devotion, the work that borders on enslavement, when in some ways they are just the extension of an arm brought to every good or bad manoeuvre. Often detestable, by dint of acting as a cerberus using the pseudo power that their position confers on them. Yet they are ears, eyes. They hear everything, see everything and can potentially become … very dangerous…

Through this story, the author tells us about power, money, chain shops that make rain and shine to the detriment of small producers. She tells us about today’s businesses that care more about profitability than quality. She also speaks to us of devotion to the point of losing everything, of admiration, of envy, of everything that can make one dream without imagining that it could lead to one’s own loss.
She tackles, without really seeming to, a multitude of problems and tells us what power is in all its forms and you will see that the final result is exceptional!

Subtle, taking despite a few lengths, I, for my part, had an excellent time reading it and can only recommend it to you!

To you who are about to take such a position… You might change your mind…

4 commentaires sur « La confidente – Renée Knight – The secretary »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s