la belle mere – sally hepworth

English version of what I think of it below

Extrait:

« Un jour, quelqu’un m’a dit qu’on avait deux familles dans la vie: celle où l’on naît, et celle que l’on choisit. Il me semble pourtant que ce n’est pas tout à fait vrai. Certes, on choisit généralement son partenaire, mais on ne choisit pas ses enfants, par exemple. On ne choisit pas ses beaux-frères ou belles-sœurs, pas plus que la vieille tante aigrie et alcoolique de son conjoint, ou le cousin avec son défilé de petiotes copines qui ne parlent pas anglais. Mais avant, on ne choisit pas sa belle-mère. Seules les armées de mercenaires du destin décident cela. »

4ème de couverture:

Quand le corps de Diana, femme respectée dans sa communauté, est retrouvé, la thèse du suicide est bien vite écartée.
Lucy, sa belle-fille, ne ferait-elle pas une coupable idéale ? 
Avocate appréciée pour son dévouement, Diana se bat pour améliorer le sort des réfugiés, mais elle se montre froide et distante, sinon blessante, envers les siens. Ce dont souffre Lucy, sa belle-fille, qui rêvait de trouver en elle une mère de substitution.
Dix années ont passé, et Diana vient de mourir. Elle se serait suicidée. Mais, à l’autopsie, nulle trace d’un cancer… Qu’est-il donc arrivé à Diana, dont le testament a été modifié peu de temps avant sa mort ?
Avec ce suspense psychologique, dans la lignée des succès de Liane Moriarty, Phoebe Morgan ou B.A. Paris, Sally Hepworth livre le portrait glaçant d’une famille en apparence harmonieuse. En apparence seulement…

Ce que j’en pense…

Ah la belle-famille… Quel vaste sujet !
Que de choses à dire sur ces relations, souvent conflictuelles, de ces liens qui n’en sont pas tout à fait.
De ces personnes que tu ne choisis pas et qui se retrouvent dans le package – 3 pour 1 – avec le mari ou la femme.  Souvent le mari, il faut le dire, puisque la problématique est généralement plus présente entre la belle-mère et la belle-fille. 

Derrière cette histoire, somme toute assez « banale », se cachent pourtant de nombreux aspects liés à la famille, à l’éducation, à la transmission, aux liens et à la manière de les entretenir, à la perception de chacun et par-dessus tout de la relation à l’argent.
D’entrée de jeu, tu sauras que la beldoche a cassé sa pipe. Le coupable se cache, forcément dans la famille et tous, tu t’en doutes, semblent avoir une bonne raison de l’avoir éliminée.
Pas très original me diras-tu ? Certes…pourtant l’auteure a su jouer avec le suspense de bout en bout et surtout donner une telle profondeur dans les personnages que tu ne pourras t’empêcher de t’interroger toi-même sur la relation que tu entretiens avec ta propre famille, voire les gens en général. 
L’héritage tient une place prépondérante dans ce récit. Tous ses aspects sont, au travers des différents personnages, des besoins de chacun, mis sous la loupe et habilement traités. La psychologie de chacun est décrite de telle manière qu’elle te donne une vision globale franchement intéressante.

L’alternance des voix donne, comme toujours, son intérêt à une histoire et dans ce récit, plus que jamais. Les différents sons de cloche sont édifiants puisqu’ils te conduisent à comprendre une situation terriblement complexe et ambiguë. Les non-dits sont légion dans la plupart des familles – cette famille-là détient largement la médaille d’or –  et sont souvent la source de tous les conflits.
J’ai ressenti, pour ma part, une forme de regret tout au long de cette lecture. Le regret d’observer ces personnages se débattre et de ne rien pouvoir leur dire. De les voir faire fausse route alors que moi, lectrice omnisciente, j’ai pris, au fur et à mesure, conscience de tout ce qu’il se passait. 
J’ai eu, alors, ce goût amer de gâchis 😢

On ne sait jamais tout d’une personne et pourtant, ce qui lui arrive ou est arrivé dans sa vie a forcément une incidence sur ces actes. C’est ce que l’auteure a su explorer de manière très subtile et intelligente.
Tu constateras alors que le proverbe qui dit « qu’une personne peut en cacher une autre » prend tout son sens !

Un excellent moment de lecture pour moi que je ne peux que te conseiller !

Et puis…tu finiras peut-être même par voir ta propre beldoche d’un autre œil, si… si je t’assure 😜

La belle-mère - Sally Hepworth - Editions l'Archipel - 359 pages - 2020

What I think of it…

Ah the in-laws… What a vast subject !
So much to say about these often conflicting relationships.
Of those people you don’t choose and who end up in the package – 3 for 1 – with the husband or wife.  Often the husband, it must be said, since the problem is generally more present between the mother-in-law and the daughter-in-law. 

Behind this story, which is, after all, quite « banal », there are many aspects related to the family, education, transmission, links and the way they are maintained, the perception of each person and, above all, the relationship to money.
From the outset, you will know that the mother in law is dead. The guilty one is hiding, necessarily in the family, and everyone, as you can imagine, seems to have a good reason to have eliminated her.
Not very original, you might say ? Certainly…but the author has managed to play with suspense from beginning to end and above all to give such depth to the characters that you can’t help but wonder about your own relationship with your own family, or even people in general. 
Inheritance plays a major role in this story. All its aspects are, through the different characters, the needs of each one, put under the magnifying glass and skilfully treated. The psychology of each person is described in such a way as to give you a frankly interesting overall view.

The alternation of voices gives, as always, its interest to a story and in this story, more than ever. The different bell sounds are edifying as they lead you to understand a terribly complex and ambiguous situation. The unsaid are legion in most families – this family largely holds the gold medal – and are often the source of all conflicts.
For my part, I felt a form of regret throughout this reading. The regret of watching these characters struggle and not being able to say anything to them. The regret of seeing them go down the wrong path, while I, as an omniscient reader, gradually became aware of everything that was going on. 
So I got that bitter taste of waste 😢

You never know everything about a person and yet, what happens to them or has happened in their life inevitably has an impact on these acts. This is what the author has explored in a very subtle and intelligent way.
You will then see that the proverb that says « one person can hide another » takes on its full meaning!

An excellent reading for me, which I can only recommend!

And then… you might even end up seeing your own mother in law in a different light, yep I can assure you 😜

4 commentaires sur « la belle mere – sally hepworth »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s