Quand je ne serai plus là – Linda Green – After I’ve Gone

English version of what I think of it below

Extrait:

« Une autre chose me dépasse, tous ces posts continuent à m’être adressés depuis le futur, à dix-huit mois de là. L’individu qui me fait subir ça cherche-t-il à me convaincre que ce sera là mon avenir ? Une sorte de voyant démoniaque qui saurait par avance qu’il ne me reste que dix-huit mois à vivre ? En termes de médias sociaux, c’est l’équivalent d’une poupée vaudoue à son effigie piquée d’une centaine d’épingles- tout à côté d’un carillon qui s’égrène. Pas étonnant que je pète les plombs dans ces conditions. Je veux que ça s’arrête, mais je ne sais pas comment je dois m’y prendre pour y parvenir. Il est inutile que je téléphone à Sadie, je sais combien elle se tracasse déjà pour moi et je ne tiens pas à lui imposer ce nouveau délire. Je ne peux rien montrer à papa, il est totalement exclu que je lui annonce de but en blanc: « Hé, tu sais, tu ne t’es jamais remis du décès de ta femme, hein? Eh bien, j’ai découvert que moi aussi j’allais mourir dans dix-huit mois. »

4ème de couverture:

Depuis quelques jours, Jess Mount vit un véritable cauchemar. Son fil d’actualité Facebook semble totalement déréglé, et la transpose dans un futur où… elle n’existe plus. Elle serait vraisemblablement morte dans un accident. Mais avant cette fin tragique, elle se découvre un petit ami, un mariage, et même un bébé. Pourtant lorsque de nouveaux messages suggèrent qu’elle a été assassinée, le doute s’installe. Et s’il ne s’agissait pas d’une simple blague  mais de son véritable destin  ?
Jess comprend bientôt que si elle change l’avenir pour sauver sa vie, le bébé qu’elle a commencé à aimer n’existera peut-être jamais…

Ce que j’en pense…

J’ai eu le grand plaisir de rencontrer Linda il y a quelques années à Lausanne et j’avais beaucoup aimé « Une seconde de trop ». Une évidence donc pour moi de me jeter sur ce petit dernier.

Imagine que soudainement Facebook te fasse part de ta mort prochaine au travers d’une multitude de publications de tes amis pleurant ton décès, postant des RIP et toutes sortes de commentaires dans ce sens sur ton mur. Que tu constates, après un moment, que ces publications sont datées de 18 mois dans le futur et que tu comprends alors que tu vas mourir à ce moment-là…

Imagine encore que les messages continuent, comme cela se fait désormais beaucoup. Que tes proches continuent d’écrire sur ton mur pour partager avec « toi » leurs pensées et leur tristesse et que là encore, au travers de ces messages, tu découvres plus ou moins ce qui s’est passé durant ces 18 mois avant ta mort…

Comment gérer de telles informations ?

Linda soulève quelque chose de fort intéressant qui est, sans doute, l’envie de tous. Savoir quand sera la fin, connaître son futur et agir en conséquence et pourtant est-ce bien utile ? Un tel fait n’aura-t-il pas une incidence sur le fait lui-même ? Peut-on changer le cours des choses ? Modifier l’avenir ? Modifier le futur sans le provoquer ? Changer ce truc que l’on appelle le destin ? Peux-tu continuer à faire des choix que tu sais être néfaste pour toi ? Vaut-il mieux tout éviter et s’éloigner pour que cela n’ait pas lieu ? Si c’est le cas, est-ce que cela te rattrapera d’une manière ou d’une autre ? Comment croire à quelque chose d’impossible alors que tout ce qui est annoncé se produit au fur et à mesure ?

Un principe qui m’a clairement fait penser au fabuleux film « Big Fish » de Tim Burton.

Un concept qui te donnera largement de quoi réfléchir, t’interroger sur la vie, les choix, sur ce destin qui semble coller à chacun que ce soit en bien ou…en mal…

Une vision multiple des différents protagonistes. Une vision où chaque voix apporte sa pierre à l’édifice de cette construction hors du commun réellement brillante.
Cette manière originale, menée de main de maître apporte à ce sujet déjà plus que largement débattu, un souffle inattendu, innovateur, intéressant et fascinant.

Il est cependant difficile de te parler du thème en sus abordé au travers de ce principe sans te spoiler, même s’il est, somme toute, prévisible, il est mieux que tu le découvres par toi-même. C’est fort embêtant pour moi de ne pas pouvoir t’en dire plus, car il y aurait beaucoup à écrire..

L’auteure n’explique pas le comment de pourquoi mais au final ce n’est pas nécessaire. La nécessité étant dans l’utilisation de ce concept pour démontrer une forme de raisonnement.

Le suspense est maintenu jusqu’au bout dans cette histoire qui se déroule presque à l’envers. Les personnages sont hauts en couleur et très crédibles, tout tient la route et ce n’était pas forcément une évidence.
Bref, tu l’as compris, j’ai vraiment adoré !

Y a-t-il une autre issue ? Et si l’on tenait vraiment son destin entre ses mains ?

 


Quand je ne serai plus là – Linda Green – Editions Préludes – 448 pages – 2020

AUTRTE CHRONIQUE:
Une seconde de trop


What I think of it…

I had the great pleasure of meeting Linda a few years ago in Lausanne and I really liked « Une seconde de trop ». So it was obvious for me to throw myself on this last one.

Imagine that Facebook suddenly informs you of your upcoming death through a multitude of publications from your friends mourning your death, posting RIPs and all sorts of comments in this sense on your wall. After a while, you realize that these posts are dated 18 months in the future and that you understand that you will die at that moment…

Imagine that the messages still continue, as they do a lot now. That your loved ones continue to write on your wall to share their thoughts and sadness with « you » and that there again, through these messages, you discover more or less what happened during those 18 months before your death…
How to manage such information?

Linda brings up something very interesting which is, no doubt, the envy of all. To know when the end will be, to know your future and to act accordingly, and yet is it really useful ? Won’t such a fact have an impact on the fact itself ? Can we change the course of things ? Change the future ? Change the future without causing it ? Change that thing called fate ? Can you continue to make choices that you know are bad for you ? Is it better to avoid everything and walk away so that it doesn’t happen ? If so, will it catch up with you somehow ? How can you believe in something impossible when everything that is announced is happening as it happens ?

A principle that clearly made me think of Tim Burton’s fabulous movie « Big Fish ».
A concept that will give you a lot to think about, to question yourself about life, about choices, about this destiny that seems to stick to everyone whether it’s for good or for bad…
A multiple vision of the different protagonists. A vision where each voice brings its stone to the edifice of this really brilliant construction.
This original way, masterfully carried out, brings to this subject, already more than widely debated, an unexpected, innovative, interesting and fascinating breath of fresh air.
However, it is difficult to talk to you about the topic that is being discussed in this way without spoiling yourself, even if it is, after all, predictable, it is better that you discover it for yourself. It is very annoying for me not to be able to tell you more, because there would be a lot to write about…

The author doesn’t explain the how and why, but in the end it’s not necessary. Necessity being in the use of this concept to demonstrate a form of reasoning.

The suspense is maintained to the end in this story which is almost upside down. The characters are colorful and very credible, everything holds up and it was not necessarily obvious.

In short, you understood it, I really loved it!

Is there another way out ? What if you really hold your destiny in your hands ?

11 commentaires sur « Quand je ne serai plus là – Linda Green – After I’ve Gone »

      1. Euh. Merci ma Valérie. Mais si tu pouvais y rajouter quelques fraises, comme pour tes tortues, ce serait encore mieux 😇 j’ai le premier livre dans ma pal. 😊❤️😘

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s