La vallée – Bernard Minier

Extrait:

« Il essaya de bouger la nuque, en fut incapable. Autour de sa tête, le bandeau s’était durci en une couronne solide. Son corps lui-même était recouvert d’une pellicule de glace qui se craquelait chaque fois qu’il essayait de remuer. Mais bientôt, les seaux aidants, cette pellicule serait si épaisse qu’il se trouverait prisonnier d’un scaphandre aussi rigide que mortel.
Il devait y avoir un trou quelque part dans la glace, un peu plus loin, où le seau était régulièrement rempli.
Soudain, il fut pris d’une bouffée de chaleur. Comment était-ce possible ? Puis il se souvint que c’était l’un des effets paradoxaux de l’aggravation de l’hypothermie: les muscles responsables de la vasoconstriction finissaient par relâcher. Résultat, le sang affluait de nouveau vers les extrémités.
Son pouls avait ralenti. Bradycardie. Chute de la tension. Les signes se multipliaient…
Quand il était parvenu au refuge – en vérité, une simple cabane en pierre et ardoise au bord du lac -, il avait décidé de se reposer un peu avant de redescendre: ce n’était pas un jour à s’aventurer sur le pic du Gendarme.
Il avait bu un peu de café de la bouteille thermos, soulagé sa vessie, avalé une barre énergétique. Puis il s’était dirigé vers la porte restée ouverte, par où entraient une clarté boréale et un vent glacial, son sac léger sur le dos. Un sifflement dans l’air, un choc violent en pleine face lorsqu’il avait franchi le seuil, et ensuite plus rien – jusqu’au moment où il avait été réveillé par le premier seau d’eau glacée. »

4ème de couverture:

« Je crois que quelqu’un est en train d’agir comme s’il se prenait pour Dieu… »
Un appel au secours au milieu de la nuit
Une vallée coupée du monde
Une abbaye pleine de secrets
Une forêt mystérieuse
Une série de meurtres épouvantables
Une population terrifiée qui veut se faire justice
Un corbeau qui accuse
Une communauté au bord du chaos
Une nouvelle enquête de Martin Servaz

Ce que j’en pense…

Servaz rétrogradé puis suspendu après ses aventures dans « Sœurs » n’a pas le moral au beau fixe mais profite de son temps libre pour s’occuper de son fils Gustav.
Soudain au milieu de la nuit, il reçoit un appel de…Marianne…qui dit s’être échappée et se trouver près de l’abbaye d’Aiguevives. Elle lui demande de venir au plus vite mais de ne surtout pas prévenir la police…

Je pourrai simplement, comme beaucoup, t’expliquer que Minier a déjà largement fait ses preuves et qu’il n’y a pas grand-chose à ajouter pour te convaincre de lire cet opus-là. Et pourtant, c’est, selon moi, exactement là qu’il y a bien à dire.
Certains auteurs, deviennent célèbres, lus de par le monde mais au bout du Xème livre, fatiguent, perdent la « gniack », ne se renouvellent que peu et nous servent des histoires souvent réchauffées et affadies.
C’est sans aucun  doute sur la longueur, sur la distance, comme un coureur de marathon, que l’on peut apprécier la grandeur d’un véritable talent.
Minier, avec ce récit, m’a démontré qu’il était véritablement capable de courir un marathon et plus encore. Qu’il est comme le bon vin.  Il se bonifie, s’améliore, devient plus subtil encore, plus mature pour nous offrir des histoires toujours plus complexes, fouillées et recherchées avec des trames menées brillamment de bout en bout.
« La Vallée » est clairement un retour aux sources, un retour en arrière à la période de « Glacé ». Tu verras, ça te sautera aux yeux direct. Pas évident comme challenge que de t’emporter dans ces primosensations sans tomber dans les clichés. Et pourtant, il réussit ce retour en arrière tout en te poussant en avant…Ouais je sais, pas terro ma phrase mais pas trouvé d’autres moyens pour exprimer cette drôle de sensation, fort agréable 😜

« La Vallée », c’est un Servaz mis à mal, plus profond, plus mature et surtout plus touchant. Il dépasse son rôle de flic pour se dévoiler, se mettre à nu et nous permettre de découvrir ce qu’il est en tant qu’homme. Torturé, inquiet, essoufflé par le mal mais toujours aussi investi à la cause de la justice.
« La Vallée », c’est surtout une atmosphère étouffante au fond de cette vallée coupée du monde par un éboulement. Une de ces atmosphères qui te pénètrent, s’instillent dans tes veines goutte après goutte. Qui te prennent dans ses griffes pour ne plus te lâcher, pour te noyer…
« La Vallée », c’est un petit village où tout le monde se connaît, où tous se jugent dès qu’un événement se produit. Ce sont des gens prêts à faire leur propre justice. Un petit village où tu n’auras clairement pas envie de passer tes vacances…
« La Vallée » c’est une histoire de notre temps, de notre époque viciée de partout. C’est réaliste, vrai et c’est justement ce qui donne à cette histoire toute son horrible dimension.

Tu verras, d’ailleurs, que la trame est redoutable, ingénieuse, subtile et le dénouement te glacera le sang. Terrifiant au point qu’il te laissera un bien drôle de goût tout au fond de ta gorge…

Bref, tu l’as compris, j’ai surkiffé et ne peux que te recommander de te précipiter dans ta librairie pour te le procurer si ce n’est pas déjà fait. Et je pousserai même jusqu’à dire: satisfait ou remboursé ! Vivi tu peux venir te plaindre ici 😜

Chapeau Bernard et merci pour ce fabuleux moment de lecture. Un pavé dévoré en un tour de main 🙂


La vallée – Bernard Minier – Editions XO – 522 pages – 2020

AUTRE CHRONIQUE: M, le bord de l’abîme

 

14 commentaires sur « La vallée – Bernard Minier »

  1. Mon préféré de la saga c’est « Soeurs », mais je n’ai pas encore lu celui-ci….Je comptais attendre encore quelques semaines car j’ai du retard sur des choses plus anciennes, mais pas certain que je tienne longtemps…il risque de court-circuiter mon ordre …

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s