Et les vivants autour – Barbara Abel

Extrait:

« Dans le lit, Jeanne ne bouge pas. Jeanne ne bouge plus depuis quatre ans. Jeanne n’est plus qu’un corps inerte et allongé. Elle, la vraie Jeanne, celle qui animait cet organisme léthargique, celle qui donnait vie à ce corps désormais passif, s’est perdue quelque part dans les méandres de sa conscience. On ne sait pas très bien où. Loin en tout cas. Si loin qu’elle est incapable de retrouver le chemin. Son esprit erre dans une autre dimension, une perspective inconnue, un monde inexploré d’où elle ne peut pas communiquer.
Certains disent qu’il est hors service, d’autres en sommeil.
Micheline, elle, pense qu’il est parti se balader. Et qu’il reviendra un jour. »

4ème de couverture:

Voilà quatre ans que l’ombre de Jeanne plane sur eux.
Comme s’ils n’avaient plus le droit de vivre pour de vrai tant qu’elle était morte pour de faux.

Cela fait quatre ans que la vie de la famille Mercier est en suspens. Quatre ans que l’existence de chacun ne tourne plus qu’autour du corps de Jeanne, vingt-neuf ans. Un corps allongé sur un lit d’hôpital, qui ne donne aucun signe de vie, mais qui est néanmoins bien vivant. Les médecins appellent cela un coma, un état d’éveil non répondant et préconisent, depuis plusieurs mois déjà, l’arrêt des soins. C’est pourquoi, lorsque le professeur Goossens convoque les parents et l’époux de Jeanne pour un entretien, tous redoutent ce qu’ils vont entendre. Ils sont pourtant bien loin d’imaginer ce qui les attend. L’impensable est arrivé. Le dilemme auquel ils sont confrontés est totalement insensé et la famille de Jeanne, en apparence si soudée, commence à se déchirer autour du corps de la jeune femme…

Ce que j’en pense…

Une histoire en apparence très simple. Une jeune femme dans le coma, une famille qui fait face à des décisions. « Commun » me diras-tu ? Et moi je te répondrai « Ca dépend de qui traite le sujet ». Tu te doutes bien que Barbara ne va pas faire dans la dentelle et qu’elle ira jusqu’au bout du bout pour t’emporter dans une trame des plus terrifiante et pourtant des plus réaliste. Cette histoire pourrait être la mienne, la tienne, celle de tes voisins et c’est bien là que tout devient plus horrible encore.

Il y avait l’émission « Sacrée soirée ». Te voilà avec une « Sacrée famille ». Une famille comme beaucoup d’autres avec ses secrets et ses non-dits mais celle-là a, cependant, plus d’un cadavre dans ses placards et comme toujours dans les situations difficiles, les portes semblent s’ouvrir d’elles-mêmes. T’as pas fini d’en voir de toutes les couleurs et de rebondir comme une puce sur le dos d’un chien.

Au fil de l’histoire, les pensées des personnages faisant face à la situation viendront t’apporter tous les éléments les concernant et tu découvriras le passé de chacun, les sentiments éprouvés ou quelles étaient vraiment les relations entre eux. Tu verras, c’est du costaud et cela te donnera sans doute matière à réfléchir sur ta propre relation avec les autres…Les pires ne seront peut-être pas ceux que tu penses…

Le deuil d’une personne vivante est sans doute l’une des choses les plus difficiles qu’il soit donné de faire. Etre face à un être cher présent mais qui ne l’est plus, une enveloppe de chair qui n’a plus rien de ce que tu connais, de ce que tu as aimé, avec qui tu as rigolé, avec qui tu as pleuré. La voir toujours présente et pourtant plus là…
Nul ne devrait avoir à faire un choix. Nul ne devrait avoir à prononcer ces paroles…Jamais…Je les ai prononcées, moi-même, une fois…Elles sont encore bloquées quelque part au fond de ma gorge, au fond de ma tête…
J’avoue avoir été bouleversée a bien des moments par le réalisme des émotions et des sentiments des personnages. Certains passages m’ont littéralement percuté et je suis à peu près sûre qu’il en sera de même pour toi.

Barbara, comme toujours, joue sur les liens quel qu’il soit. Elle les décrit, les dissèque, les décortique. Elle te parle, une fois encore, de la résultante d’un coup dur, d’un drame au sein d’une famille. De ces étincelles qui allument les foyers latents qui n’attendaient que de pouvoir s’embraser pour tout dévaster. Elle te parle de l’humain dans tout ce qu’il est, bon ou mauvais mais une chose est sûre, l’humain a de ça, qu’il ressort toute son animosité, toute sa rancoeur quand plus rien ne va, que tout est prêt à exploser et c’est bien plus que vrai dans ce récit-là !

C’est vachement bien fait, c’est édifiant, émouvant, perturbant, dur et bien plus encore. Bref tu l’as compris j’ai vraiment aimé et ne peux que te le recommander !

« Parce que le vide de l’une remplit le néant de l’autre »


Et les vivants autour – Barbara Abel – Editions Belfond – 448 pages – 2020

AUTRES CHRONIQUES:
Je sais pas
Je t’aime
Derrière la haine


 

16 commentaires sur « Et les vivants autour – Barbara Abel »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s