Derrière la haine – Barbara Abel

Extrait:

« David saisit aussitôt Laetitia par les épaules et la fit passer derrière lui dans un geste protecteur.
-Elle vient de me gifler ! glapit-elle, encore sous le choc de l’agression.
-Certaines allusions font parfois plus de mal qu’une gifle, balbutia Tiphaine, elle-même affolée par la tournure qu’avait prise la confrontation.
David tourna vers elle un regard dur, cherchant ses mots avant de pointer un doigt menaçant dans sa direction. 
-Cette fois, tu as été trop loin, Tiphaine ! On va porter plainte.
Celle-ci serra les dents, dissimulant mal la tornade de sentiments qui faisait rage en elle. Il lui fallut quelques secondes encore pour reprendre le contrôle de ses émotions puis, ses sanglots ravalés, elle hocha la tête d’un air entendu:
-Comme tu voudras, David. Tu vois, la grosse différence entre nous désormais, c’est que moi, je n’ai plus rien à perdre. »

4ème de couverture:

D’un côté, il y a Tiphaine et Sylvain ; de l’autre, il y a Laetitia et David.
Deux couples voisins et amis, ayant chacun un enfant du même âge.
Deux couples fusionnels et solidaires qui vivent côte à côte dans une harmonie parfaite.
Jusqu’au jour du drame.
Un tragique accident fait voler en éclats leur entente idyllique, et la cloison qui sépare leurs maisons tout comme la haie qui sépare leurs jardins ne seront pas de trop pour les protéger les uns des autres. Désormais, les seuls convives invités à la table des anciens amis s’appellent Culpabilité, Suspicion, Paranoïa et Haine…

Ce que j’en pense…

Nous avions mal démarré Barbara et moi, mais contrairement à ce qu’elle pouvait croire, je ne m’arrête pas toujours sur une première impression.
J’avais été plus que largement convaincue par « Je t’aime » et bien déterminée à ne pas en rester là.  Me voilà partie quelques années dans le passé pour lire ce livre paru en 2012. Tu comprendras pourquoi d’ici peu.
Quoi qu’il en soit, me voilà définitivement conquise et elle compte désormais une nouvelle grande fan.

Je ne lis que rarement les 4ème de couverture avant de commencer un livre. J’ai eu souvent de mauvaises surprises. Si tu navigues un peu sur les divers sites dédiés, sache que tu en trouveras des différents. Celui que j’ai mis ci-dessus, m’a paru le meilleur, celui qui en disait le moins. Ce n’est pas le cas de tous et c’est fort dommage puisqu’en ayant certaines informations, tu perds cette montée crescendo, tu perds toute la puissance. Te voilà averti(e).

Dès le début, le ton est donné. Tu sais que ça va partir en cacahuètes et tu te demandes forcément pourquoi. Barbara, j’en suis arrivée à penser que c’est la star des histoires de famille. Elle a cet art d’immerger sa plume dans ce que la famille a de plus complexe et de plus sombre. Elle dissèque le relationnel avec une précision chirurgicale. Elle passe au microscope toutes les interactions. Elle a cette capacité d’observer et de rendre ces émotions avec un réalisme bouleversant.

Dans un couple, dans une famille, les rouages, aussi bien huilés soient-ils, supportent difficilement les grains de sable. Ils peinent, ralentissent mais peuvent parfois finir par bloquer complètement.
Elle aborde dans cette histoire, avec brio, une multitude d’émotions, une multitude de problématiques. Elle t’explique la douleur dans tous ses états. Elle te parle d’amitié, de famille. Elle explore les liens, leur résistance ou non en cas de coup dur. Elle touche du doigt le pire, le drame absolu et t’en fais t’approcher de si près que tu en ressentiras son horrible chaleur.

Après la tristesse viennent les reproches. Une ouverture d’hostilité qui se transforme en guerre où tous les coups sont permit puisque chacun a toujours quelque chose à se reprocher quelque part ? Non ? Jamais ni tout noir, ni tout blanc…

Tout bascule. La douleur mène alors à la folie ou est-ce la douleur qui révèle une pathologie existante ? L’inacceptable qui mène à l’émergence d’une psychopathie ? Voilà qui devient fort intéressant.

Barbara a su habilement placer des éléments, des détails a priori sans importance mais qui, très vite, suite au drame, prennent tout leur sens pour finir par apporter la substance même de la culpabilité.
La culpabilité: une des plus complexes émotions humaines. Celle qui s’insinue, pénètre, s’instille à l’intérieur de quelqu’un comme une bête qui, petit à petit, rongera tout sur son passage.
Et te voilà plongé dans le machiavélique, le rotor à souhait et c’est clairement excellent !

L’auteure nous démontre à quel point la haine, la rancoeur sont de véritables moteurs. Que la haine peut mener à la dégringolade, à la déchéance totale…Que derrière la haine se cache l’innommable, le pire…

Tu l’as compris, si tu fais encore partie, comme c’était mon cas, de ceux qui ne l’ont pas encore lu, rattrapes vite cette grosse erreur 🙂

⏭️⏭️⏭️⏭️⏭️⏭️⏭️⏭️⏭️⏭️⏭️⏭️

Tu peux, comme je l’ai fait, directement enchaîné sur la suite « Après la fin ».
Une suite directe qui ne peut être lue sans avoir découvert le premier volet.
Une suite que j’ai adorée, mais qui est inchroniquable sans révéler quoi que ce soit. Je m’abstiens donc mais ne peux que te conseiller de le lire.
L’histoire continue encore et encore et t’imagines même pas les tournants qu’elle prend…

📺📺📺📺📺📺📺📺📺📺📺📺

« Derrière la haine » a été porté à l’écran il y a peu sous le nom « Duelles ». Quelques différences, comme toujours, mais ce film vaut très largement le détour 🙂
Pour la petite histoire, il a reçu 9 Magritte.

 


Derrière la haine – Barbara Abel – Editions Fleuve / Pocket – 352 pages – 2012


AUTRE CHRONIQUE:
Je t’aime

9 commentaires sur « Derrière la haine – Barbara Abel »

Répondre à Nath - Mes Lectures du Dimanche Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s