Interview miroir -Ghislain Gilberti versus Mattias Köping

Bonjour à tous,

Un nouvel interview miroir auteurs et pas des moindres puisqu’ils sont tous les deux de très grands auteurs que j’affectionne particulièrement.

Deux auteurs: l’un parle de l’autre, l’autre parle de l’un avec comme consigne de se lâcher, de rester cool et de ne pas manquer d’humour 🙂

Ghislain Gilberti et Mattias Köping se sont gentiment prêtés au jeu et je les en remercie du fond du cœur.
Tu ne les connais pas encore ? Impossible mais voilà quelques chroniques pour te convaincre 🙂

Ghislain:
Dynamique du Chaos 
Le festin du serpent
Le baptême des ténèbres
Le bal des ardentes
Dernière sortie pour Wonderland
Les anges de Babylone

Mattias:
Les démoniaques
Le manufacturier

Autres Interviews Miroir Auteurs et blogueurs: ▶️ INTERVIEWS MIROIR


57083463_2347627308615480_4490382118920126464_o       Ghislain versus Mattias       37351546_925700657621551_5078153259575672832_n


1.     Quand as-tu rencontré Mattias pour la première fois ?

C’était lors d’une dédicace de groupe chez ring, dans les locaux du 10, rue de l’Arbalète. J’avais déjà lu « Les Démoniaques » qui m’avait fait grande impression et j’avoue que je ne savais pas trop à qui (ou plutôt quoi) m’attendre. Le texte m’avait mis KO et bien sûr, je ne parvenais pas à mettre un visage et une personnalité derrière ce texte mythique. Lorsque je l’ai vu, j’ai d’autant été surpris qu’il n’en était rien, loin s’en faut.

2.     Quelle impression t’a t-il fait ?

Etrangement, je m’imaginais devoir faire face à un vrai sociopathe, sans aucun sentiment, avec un caractère forgé au fer, surtout après lecture des Démoniaques. Quelle ne fut pas ma surprise en rencontrant un gaillard timide, modeste et discret. En réalité, Mattias n’a rien à faire de spécial sinon être l’homme qu’il est

3.     Qu’est-ce que tu admires le plus chez Mattias ?

Sans aucun doute sa modestie. Il s’excuse presque d’avoir écrit deux pièces maîtresses de la littérature (et bientôt trois, nous l’attendons tous) et s’en excuse presque. Sa vie personnelle et privée lui permet de ne rien attendre de spécial de ses œuvres et son humilité, sa simplicité et son érudition m’ont touché par leur véracité. Mattias est un auteur qui ne prendra jamais la grosse tête, même lorsqu’il sera l’un des trois auteurs français incontournables, ce qui n’est pas loin d’être le cas. Lisez Le Manufacturier, vous comprendrez

4.     Qu’est-ce que tu détestes le plus chez lui ?

Sa modestie aussi. En effet, il est du genre à rougir de compliments amplement mérités. Il est bien décidé, et ce sont ses propres mots, à ne jamais faire de la littérature autre chose qu’une passion. C’est terriblement frustrant pour moi qui ai fait ce choix et qui n’arrive pas à la cheville du géant de la littérature noire qu’il est déjà. Autrement, il est difficile détester une personne aussi foncièrement bienveillante.

5.     Sa plus grande qualité ?

Je replacerais bien sa modestie, mais là, une réponse me vient immédiatement : son talent. Mattias sait embarquer son lectorat dès la première ligne et le porter jusqu’à la dernière, les nerfs à fleur de peau. Car c’est tout à fait le type d’auteur qui pourrait écrire un roman de 3.000 pages sans qu’on les sente passer ; le temps s’arrête, il se suspend. D’ailleurs, je sais pour l’avoir entendu souvent que monsieur Köping est à l’origine de bien des nuits blanches chez ses lectrices et lecteurs.

6.     Son plus grand défaut ?

Aucun à ma connaissance. Je pense que celui ou celle qui n’apprécie pas Mattias en tant que personne est, de fait, parfaitement et foncièrement mauvaise.

7.     Quel est ton livre préféré de Mattias ?

Son prochain titre, même si j’en ignore le titre, même s’il n’est pas encore écrit et encore moins accessible, je sais que Mattias aura toujours le génie du renouveau. Donc, pour l’instant, c’est Le Manufacturier, même s’il n’est pas évident d’écarter Les Démoniaques qui restera un roman aussi passionnant qu’incontournable.

8.     Si tu pouvais lui piquer un de ses personnages, ce serait lequel ?

Dans l’absolu aucun, mais c’est dû à ma propre façon d’écrire. Mais j’ai un faible pour l’Ours malgré tout (dans Les Démoniaques), même s’il me fait penser à mon ordure de père (puisse-t-il brûler en enfer), il est criant de vérité. J’adore ça !

9.     Serais-tu capable d’écrire à quatre mains avec Mattias ?

Non, je n’ai clairement pas le niveau requis pour un tel exercice. Ce serait cruel pour moi et gênant pour lui qui déteste attirer l’attention et nuire aux autres. Plus est, et je pense que c’est le cas pour Mattias aussi, j’ai vraiment du mal à envisager d’écrire autrement que seul. J’aime être le capitaine de mon navire, quand bien même ce dernier se mettrait à couler.

10.  Carte blanche pour la dernière question…

Alors je choisis : sur quel thème j’aimerais qu’il écrive. Et à ma propre question, je répondrai : un roman pour l’enfance. Ce serait marrant de voir augmenter à vue d’œil les traumatismes du jeune âge, et ce serait une manne pour les pédopsychiatres. Plus sérieusement, je serais emballé de le voir prendre la plume pour un thriller historique, peu importe la période et les événements traités. Je suis certain que ce serait une réussite. Mais je crois qu’écrire sur la seconde guerre mondiale, d’un point de vue quelconque, serait en soi une réussite. J’ignore pourquoi mais j’en suis persuadé.


37351546_925700657621551_5078153259575672832_n       Mattias versus Ghislain       57083463_2347627308615480_4490382118920126464_o


1.     Quand as-tu rencontré Ghislain pour la première fois ? 

Je m’en souviens comme si c’était hier. C’était en décembre 2016, lors de mon premier salon, à Gray en Franche Comté. Ghislain en était le parrain.

2.     Quelle impression t’a-t-il fait ?

Une excellente impression, celle que vous fait un homme sympathique et bienveillant. J’étais un Petit Poucet et Ghys était d’un abord facile et simple. Il avait lu Les Démoniaques et mon bouquin lui avait plu. C’était génial pour moi !

3.     Qu’est-ce que tu admires le plus chez Ghislain ?

Son incroyable prolixité. Il a des dizaines de livres en tête ! J’ajoute sa capacité à bâtir des histoires amples, sur plusieurs volumes.

4.     Qu’est-ce que tu détestes le plus chez lui ?

Ses dédicaces…Il en rédige toujours d’une longueur importante et il les accompagne de dessins personnalisés. Je suis jaloux !

5.     Sa plus grande qualité ?

En tant qu’écrivain, l’ampleur de ses visions. En tant qu’homme, sa gentillesse.

6.     Son plus grand défaut ?

Il a tellement d’idées en tête qu’il a tendance à prendre un coup d’avance sur le livre en cours.

7.     Quel est ton livre préféré de Ghislain ?

Hum, c’est difficile…Dynamique du chaos m’a complètement retourné. Dans les thrillers, c’est Le Baptême des ténèbres, je pense. J’ai adoré le personnage du tueur et le parallèle entre son esprit et les souterrains de Paris.

8.     Si tu pouvais lui piquer un de ses personnages, ce serait lequel ?

J’irais chercher chez les méchants. Faust Netchaïev m’inspire bien.

9.     Serais-tu capable d’écrire à quatre mains avec Ghislain ?

Non, mais avec aucun autre écrivain non plus. Si un jour je collabore avec quelqu’un, je me chargerai de l’écriture et mon collègue d’un autre art, comme le dessin ou la vidéo, par exemple.

10.  Carte blanche pour la dernière question…

Un mot sur les carnets de notes de Ghys, qui sont des objets fascinants, tels des grimoires ou des textes kabbalistiques. Il collecte tout un tas de données sur des sujets bizarres et ésotériques. C’est vraiment intéressant de feuilleter l’un de ces carnets à l’écriture serrée et dense.

Merci pour l’interview 😊 !

6 commentaires sur « Interview miroir -Ghislain Gilberti versus Mattias Köping »

  1. Merci pour cet échange croisé. Ils font mignons nos deux auteurs. Des visages d’anges capables de nous écrire des choses qui nous retournent comme des crêpes. C’est le talent ça. 🙏😉❤️

    Aimé par 1 personne

  2. Alors là ! C’est du nectar, cette interview !
    Je dois dire que quand j’ai rencontré Mattias Köping, je me suis dit aussi : incroyable cette gentillesse et cette timidité qui se cache derrière le roman qui m’a le plus ébranlée en 2019 !
    Et pour Ghislain Gilberti, je trouve qu’il est tout aussi modeste car je viens de le découvrir et sa plume m’a totalement bluffée !
    Mille merci pour cet échange !!!!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s