Nid de guêpes – Rachel Abbott – The shape of lies

English version of what I think of it below

Extrait:

« La première émotion qui me saisit le matin, au réveil, c’est la culpabilité, talonnée par la honte. Aujourd’hui est pire que bien d’autres jours. Une date très particulière pour moi mais dont je ne peux partager la signification avec personne. Je dois porter seule ma souffrance. Les larmes me viennent et, avant de m’arracher au refuge de mon lit, je m’accorde un moment pour me souvenir. Je me sens oppressée, l’urgence de me recroqueviller et de rester ensevelie sous les couvertures se fait plus forte; mais ma duplicité naturelle me presse de peindre un sourire sur mon visage et d’affronter cette journée. »

4ème de couverture:

Venin d’amour est-il mortel ? Obsession, jalousie, folie et faux-semblants… Après Ce qui ne tue pas, la reine du polar anglais frappe encore.Après Ce qui ne tue pas, la reine du suspense à l’anglaise frappe encore et livre un roman haletant, venimeux, aux apparences aussi trompeuses que dérangeantes.

Anna est une femme bien. En tout cas, c’est ce qu’elle se raconte. Oui, elle a commis des erreurs, mais qui n’en fait pas ? Directrice d’école, mère de famille, épouse aimante, Anna a enterré son passé, reconstruit sa vie.
Puis, un jour, une voix à la radio : celle de Scott, l’homme qu’elle a aimé follement ; celui qui l’a brisée et qu’elle a vu mourir quatorze ans plus tôt.
Anna panique. Comment préserver son monde de mensonges si fragile ? Qui est-elle vraiment ? Et où trouver de l’aide ?
Car Scott a proféré une menace : dans une semaine, il livrera les noirs secrets d’Anna au pays tout entier. Sept jours pour le traquer, le stopper, le détruire. Mais comment lutter contre un fantôme ?

Ce que j’en pense…

C’est clairement Elisa qui m’a influencée sur ce coup-là. Nous étions dans un de ces lieux de perdition qu’on appelle librairie et en grande allergique aux piqûres de guêpe qu’elle est, elle a forcément été attirée par ce titre et cette couverture. Encore une fois, un choix qui tient à peu de choses mais qui s’avère un excellent choix. C’est peut-être ce que l’on appelle « y aller au feeling » et au final, ça trompe rarement !

Je ne suis pas au taquet à tout suivre sur les réseaux, j’ai plus trop le temps, mais j’en ai peu entendu parler de ce livre-là, alors que franchement, il mérite une belle place tout en haut d’une pile à lire.
C’est, pour ma part, le premier livre que je lis de cette auteure mais ce ne sera clairement pas le dernier.

Anna est apiphobe et elle a bien raison. C’est des sales bébêtes et tu verras que Rachel Abbott en joue au sens propre comme au figuré de manière très habile, alors que le titre original n’a pourtant rien à voir. Pour une fois j’ai envie de dire que le titre en français est bien meilleur et c’est pas souvent !

Enfile donc ton treillis, ta combinaison d’apiculteur pour suivre cette femme aux apparences irréprochables. Tu verras c’est indispensable.
Anna a un mari, des enfants, un bon boulot. Tout roule pour elle alors que c’est justement au volant de sa voiture à l’écoute de son émission préférée que sa vie va basculer. Un passé qui lui revient tel un boomerang et fera crouler la terre sous ses pieds.

Tu avanceras pas à pas dans son histoire. Tu obtiendras des pièces de ce puzzle au compte-gouttes et risqueras même de t’impatienter de ne pas en avoir plus rapidement. Tu seras sans doute surpris(e) de tous les secrets inavouables que cache cette femme et tu comprendras alors que pour s’être mise dans la panade, elle s’y est mise jusqu’au cou.
Elle a tout fait pour enfouir ce passé sous de nombreuses couches de terre. Elle les croyait bien tassées et pourtant, par ce simple appel, tout remonte à la surface pour s’insinuer dans son quotidien et la terroriser. Elle risque, en effet, de tout perdre…

C’est habile, les pistes et les possibilités sont multiples et tu vas de voir disséquer chaque hypothèse pour trier le vrai du faux. Un suspense maintenu jusqu’au bout du bout. Une montée crescendo qui te filera presque le vertige.
Tout tient la route, le final est excellent et le titre se révèle à double tranchant puisque tu le constateras, il y a nid de guêpes et nid de guêpes.

Une « simple » erreur de jugement. Une erreur de jeunesse comme on dit et c’est l’escalade. Un acte commis, en apparence anodin, et c’est l’effet papillon …
Voilà de quoi te laisser de nombreuses interrogations…

Ces bébêtes, je ne les aime pas du tout mais ce livre là, je l’ai adoré et ne peux bien sûr que te le recommander 🙂


Nid de guêpes – Rachel Abbott – Editions Belfond – 448 pages – 2020


What I think of it…

It was clearly Elisa who influenced me on this one. We were in one of those places of perdition called bookstores and, being highly allergic to the wasp stings as she is, she was inevitably attracted by this title and this cover. Once again, a choice that holds little but is an excellent choice. Maybe that’s what we call « going for the feeling » and in the end, it rarely deceives !

I’m not to follow everything on the networks, I don’t have too much time, but I haven’t heard much about this book when, frankly, it deserves a nice place at the top of a to be read pile.
It is, for my part, the first book I read by this author but it will clearly not be the last.

Anna is apiphobic and she’s right. They are nasty and you’ll see that Rachel Abbott plays it literally and figuratively in a very clever way, even though the original title has nothing to do with it. For once I feel like saying that the title in French is much better and that’s not often !

So put on your beekeeper’s outfit to follow this woman with her irreproachable appearances. You’ll see it’s indispensable.
Anna has a husband, children and a good job. Everything is going well for her, and it’s precisely while driving her car and listening to her favorite TV show that her life is about to change. A past that comes back to her like a boomerang and will make the earth crumble under her feet.

You’ll take her story one step at a time. You’ll get pieces of the puzzle in dribs and drabs and you might even get impatient not to get them any faster. You’ll probably be surprised at all the dirty secrets this woman hides and you’ll understand that she’s up to her neck in it.

She did everything she could to bury this past under many layers of earth. She thought they were well-packed and yet, by this simple call, everything comes to the surface to insinuate itself into her daily life and terrorize her. She risks, indeed, to lose everything…

It’s clever, the tracks and possibilities are multiple and you will see each hypothesis dissected to sort out the true from the false. A suspense maintained to the end. A crescendo rise that will almost make you dizzy.

Everything holds the road, the final is excellent and the french title is double-edged as you will see, there is a wasp’s nest and a wasp’s nest.

A « simple » error of judgement. A youthful error as they say and it’s climbing. An act committed, seemingly harmless, and it’s the butterfly effect …
That’s enough to leave you with a lot of questions…

I don’t like these beasts at all, but I loved this book and I can only recommend it to you 🙂

9 commentaires sur « Nid de guêpes – Rachel Abbott – The shape of lies »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s