Coupable ? – Laurent Loison

Extrait:

« Le sommeil était la seule richesse en prison. Et pourtant, même de cela, il était privé. Les cris, les hurlements de rage, de détresse ou de douleur ne cessaient jamais Evidemment, ici, pas question de parler d’insonorisation, on n’était pas au Ritz. Idem pour les lits dont on pouvait entendre les ressorts usés à trois cellules de distance. Le ballet des clés ajoutait sa petite touche à l’ambiance générale.
En prison, quand on ne dort pas, on attend. L’antichambre de l’enfer a certainement plus d’attrait. N’importe quoi sert à occuper l’esprit et le corps. Une tâche, une corvée. On peut suivre des études et passer un diplôme, envisager un avenir, une réinsertion, mais la machine à broyer carcérale ne vomit qu’un faible pourcentage d’exemptés de peine. »

4ème de couverture:

Scottsdale, Arizona.
A la suite d’un cambriolage qui a tourné au drame, le mari de Julia a succombé à ses blessures. Tandis que le meurtrier est rapidement appréhendé et incarcéré, la famille tente en vain de se remettre de cette perte. Désespérée, Julia est prête à tout pour voir le meurtrier de son mari condamné à mort… Le combat s’engage alors entre l’avocate commise d’office Kenza Longford et cette veuve déterminée à obtenir justice. Dans cette lutte, la jeune avocate devra faire face à ses propres démons.
Garges-Les-Gonesse, France.
Ivan est prêt à tout pour intégrer le gang des Frères de Sang. Le rite d’intronisation ? Faire un gros coup. Pour prouver sa valeur, Ivan n’hésite pas. Au prix de lourdes conséquences.
Quel est le lien entre ces deux affaires, entre ces deux destins brisés ? Les fils s’entrecroisent, entre coups bas, rage et désespoir.

Ce que j’en pense…

Je n’ai pas toujours été d’accord avec Laurent dans le passé. J’ai souvent trouvé qu’il en faisait un peu trop dans ces précédents livres et que le trop est parfois l’ennemi du bien. Il ne m’en a jamais tenu rigueur. Réaction très pro digne de bon sens que j’ai toujours beaucoup apprécié. Je tenais à le souligner, car ce n’est de loin pas toujours une évidence.
Quand j’ai attaqué celui-ci, je te l’avoue, me suis dit: « Mouais, voyons voir… » et non d’une pipe en bois ! Comme quoi, rien n’est jamais acquis puisque je ne peux que, cette fois-ci, m’incliner.

Laurent nous offre là une intrigue judiciaire digne d’un des meilleurs Grisham et je ne pèse pas mes mots !

Deux cambriolages en ouverture des hostilités: La famille Francis en Arizona et le vieux Grandjean en France. Deux cambriolages qui n’ont rien à voir entre eux mais dont tu suivras l’évolution en parallèle. Deux cambriolages mais surtout deux cambrioleurs à la petite semaine. Deux gars un peu paumés qui se retrouvent écroués et devront se battre contre le système judiciaire. Malheureusement, quand tu es un ptit truand qui a tué un homme d’une certaine caste, les éléments d’accusation ne seront clairement pas les mêmes. Pire encore, si tu vis dans un pays où la peine de mort est encore de mise. Ta vie tiendra alors à un jugement…

Quel bien vaste sujet que la peine de mort.
Quel bien vaste sujet que la culpabilité. Plus encore dans le regard de la justice qui va y mettre de nombreuses variations.
Quel bien plus vaste sujet que la justice quand elle est aussi vérolée qu’un vieux champignon.

Comment s’en sortir quand les dés sont pipés dès le départ ? Que peut être prête à faire la famille d’une victime pour voir le meurtrier prendre perpete ou mieux encore être exécuté ?

La justice, par expérience, j’ai compris que c’était un terme qui ne voulait pas toujours dire ce qu’il était supposé signifier…Et tu verras que toutes ces questions, tous ces sujets sont habilement débattus au travers des différents personnages. La justice a toujours et fera toujours une différence entre riche et pauvre, entre moins que rien et personne influente. Laurent nous le prouve habilement comme 2 + 2 font 4 et ça te fera froid dans le dos.

On peut être pour ou contre la peine de mort mais si la justice est défaillante, même un coupable affirmé peut devenir défendable à tes yeux, voire même presque innocent..

De rebondissement en rebondissement, Laurent t’emportera dans une aventure hors du commun.

Par contre, je ne peux pas m’empêcher de pinailler…😜 Désolée Laurent, tu prends pour tous les autres 😜 Bad timing j’ai enchaîné plusieurs livres où c’était le cas.
On dirait que beaucoup d’auteurs de noir tiennent absolument à ajouter une pseudo histoire d’amour dans leur récit. Perso ça m’agace parce que c’est souvent très cliché. Mon esprit est sans doute totalement perverti par le noir 😜 au lieu de me donner une touche d’espoir, cela me donne l’impression que ce n’est pas crédible mais bon c’est un détail hein mais fallait que je le dise !

Revenons à nos moutons.
Le suspense est maintenu jusqu’au bout du bout et je peux déjà te dire que t’es pas prêt(e) pour la fin. Je mets ma main au feu que tu resteras bouche ouverte !

Le twist final est, certes, redoutable, mais en fait, ce qui reste pour moi le plus percutant,  c’est le fond, c’est cette terrible question: Coupable ou non coupable ?
Je ne sais que répondre, même en ayant connaissance de tous les détails. Je ne sais pas quelle serait vraiment ma réponse et c’est bien le pire quand il s’agit d’une peine de mort…

Comme quoi, dans notre monde si parfait, tout est question d’interprétation…

Chapeau Laurent ! Et toi, tu l’as compris, c’est à lire absolument !


Coupable ? – Laurent Loison – Editions Slatkine & Compagnie – 349 pages – 2020

AUTRES CHRONIQUES:
Cyanure
Charade


 

6 commentaires sur « Coupable ? – Laurent Loison »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s