Rhapsodie des oubliés – Sofia Aouine

Extrait:

« Ma rue raconte l’histoire du monde avec une odeur de poubelles. Elle s’appelle rue Léon, un nom de bon Français avec que des métèques et des visages bruns dedans. C’est mon père qui a choisi qu’on débarque ici. Je me dis souvent que ce vieux doit aimer la misère, comme si c’était la femme de sa vie. Une espèce de seconde peau que tu aurais beau laver. Inscrite dans tes gènes, à jamais. Ici c’est Barbès, Goutte-d’Or, Paris XVIIIe, une planète de martiens, un refuge d’éclopés, de cassos, d’âmes fragiles, de « ceux qui ont réussi à dépasser Lampedusa », de vieux Arabes d’avant avec des turbans sur la tête et des têtes d’avant, de grosses mamans avec leurs gros culs et leurs gros chariots qui te bloquent le passage quand tu veux traverser le boulevard. Des gens honnêtes qui ont toujours l’air de voleurs et qui rasent les murs pour pas qu’on les voie. Une rue où il n’y a pas de femmes qui marchent toutes seules. Une ville dans la ville, monstrueuse et géante, une verrue pourrie sur la carte. »

4ème de couverture:

Abad, treize ans, vit dans le quartier de Barbès, la Goutte d’Or, Paris XVIIIe. C’est l’âge des possibles : la sève coule, le cœur est plein de ronces, l’amour et le sexe torturent la tête. Pour arracher ses désirs au destin, Abad devra briser les règles. À la manière d’un Antoine Doinel, qui veut réaliser ses 400 coups à lui.
Rhapsodie des oubliés raconte sans concession le quotidien d’un quartier et l’odyssée de ses habitants. Derrière les clichés, le crack, les putes, la violence, le désir de vie, l’amour et l’enfance ne sont jamais loin.
Dans une langue explosive, influencée par le roman noir, la littérature naturaliste, le hip-hop et la soul music, Sofia Aouine nous livre un premier roman éblouissant.

Ce que j’en pense…

Ce livre c’est avant tout une rencontre. Peu probable au départ puisque, tu le sais, ce n’est pas vraiment mon genre littéraire de base. J’y suis allée comme ça pour le fun, pour avoir mon nez dans des livres, pour m’asseoir quelques instants dans ce lieu de perdition qu’est une librairie.
Elle était là avec son éditrice, on s’est dit bonjour puis elle a commencé à parler de son livre et là, y a un truc qui s’est passé. Un de ces trucs que tu ne peux pas expliquer sous peine de tomber dans l’ésotérisme ou la sorcellerie. Va savoir ce qui s’y prête le mieux.
La passion, l’authenticité, l’émotion, la force, la puissance, la douleur, la tristesse, l’espoir, l’empathie, l’amour, l’aura …tout …comme je l’ai rarement ressenti.
J’ai gobé ses paroles, j’ai absorbé cette histoire, son histoire et en suis restée bouche bée.
Une fois rentrée, j’ai éprouvé le besoin de m’engloutir dans cette lecture. Une envie irrésistible de plonger dans cette rhapsodie pour ne pas l’oublier…

Et ce fut drôlement bon. Clairement à la hauteur de ce que j’en avais entendu.

« Rhapsodie des oubliés » c’est le récit d’Abad, un gosse de treize qui tente tant bien que mal…plutôt mal…de grandir, de se forger dans un quartier difficile. Ce quartier de la Goutte d’or, je ne le connais pas mais, au travers des mots de Sofia, je l’ai découvert comme si j’y étais. Je peux pas dire que j’ai envie d’y passer des vacances, mais quoi qu’il en soit, les rencontres que j’ai faites dans ce drôle de quartier sont inoubliables. Des vieilles dames, des putes, des djihadistes en devenir, des dealers, des clodos, des immigrés, des cassos en tout genre…bref tu l’as compris, le panel complet de toute une ville, de toute une vie. Beaucoup de douleurs dans ces destins mais aussi beaucoup d’amour et d’espoir.

Tu ressentiras les odeurs, la chaleur. Tu ressentiras chaque émotion et tu verras chaque coin de rue comme si tu y étais, caché à observer cette « faune » en pleine action. Action de vie à l’état pur.

Elle te raconte tout ça avec des mots qui te transpercent. Des mots qui filent droit à ton âme et à ton cœur avec spontanéité, authenticité. Des mots qui te filent, par moment, des ruisseaux dans les yeux…comme les mots de Colette, ceux de la fin qui m’ont littéralement foutu la boule à la gorge…

C’est beau. C’est fort. C’est puissant et c’est à lire absolument !


Rhapsodie des oubliés – Sofia Aouine – Editions la Martinière – 208 pages – 2019


 

4 commentaires sur « Rhapsodie des oubliés – Sofia Aouine »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s