La soustraction des possibles – Joseph Incardona

Extrait:

« Tout ça, tu le sais, Odile. Je t’aime bien, je pense que tu es une femme intelligente. Que tu as juste commis cette erreur initiale du choix de la sécurité, qui te rend esclave et prisonnière d’un monde qui ne te satisfait plus. Ce monde que tu n’as jamais voulu peut-être, qui sait ? Ce que tu désires maintenant, c’est demander pardon, pardon, pardon à l’existence de l’avoir trahie pour gérer le calendrier des pousses d’un jardin, d’une soirée dans un bain à bulles, d’un mariage perpétuant le même désastre. De n’avoir pas su donner à ta fille une possibilité d’évasion d’elle-même, mais d’être complice de l’édification de sa cage dorée. A un moment, tu aurais pu élargir le champ des possibles, Odile. Entre nous, c’est cela que je te reproche. De ne pas avoir eu le courage au moins d’essayer. Tu as contribué à creuser une tanière profonde pour ta progéniture. Tes petites filles suivront le modèle. Il faut espérer dans le sursaut d’une âme vieille dans le corps d’une jeune fille, celui d’une femme qui aura le courage de se soustraire à l’emprise des hommes, de ne pas se laisser acheter ni corrompre au nom de la sécurité. Du confort.  Le confort qui devient notre propre prison. Nous sécurise et nous enferme. »

4ème de couverture:

Fin des années 80, c’est la période bénie des winners. Le capitalisme et ses champions, les Golden Boys de la finance, ont gagné : le bloc de l’Est explose, les flux d’argent sont mondialisés. Tout devient marchandise, les corps, les femmes, les privilèges, le bonheur même. Un monde nouveau s’invente, on parle d’algorithmes et d’OGM.
À Genève, Svetlana, une jeune financière prometteuse, rencontre Aldo, un prof de tennis vaguement gigolo. Ils s’aiment mais veulent plus. Plus d’argent, plus de pouvoir, plus de reconnaissance. Leur chance, ce pourrait être ces fortunes en transit. Ils pensent qu’il suffit d’être assez malin pour se servir.

Ce que j’en pense…

Une histoire faite de champagne et de caviar. De court de tennis et de Tag Heuer. De Versace et de Chanel.
Une histoire faite d’une femme qui s’ennuie à mourir dans sa cage dorée. D’un mec version gigolo prof de tennis. D’une bimbo tchèque qui a su faire sa place au soleil. D’une famille Corse qui règne en maître et seigneur. De fric, de pouvoir, de tromperie, de trafic en tout genre. De blanchiment qui n’est pas celui d’une laverie automatique. De personnages hauts en couleur. De sarcasme, d’ironie, d’humour et…pour une fois…d’amour !
Une recette à l’Incardona qui se veut, comme toujours, explosive et jubilatoire !

Toujours difficile d’exprimer un ressenti à la lecture d’un Incardona. C’est un style unique. C’est des mots qui s’entremêlent à la perfection. Des émotions bruts. Un regard sur notre société. Acerbe, piquant, pointu, perturbant. Une plume acéré qui tranche comme la lame d’un scalpel.

Tu observeras l’histoire au travers d’un objectif de caméra.
Un auteur en narrateur omniscient qui te raconte et s’adresse même directement à toi lecteur. Fabuleux !

« La soustraction des possibles », c’est un titre exceptionnel pour un récit « Made in Switzerland » avec mode d’emploi intégré. Noir, puissant, brutal.
Incardona te plonge, à l’aube de l’avènement du net,  dans les méandres du blanchiment d’argent, dans les profondeurs abyssales des coffres suisses avant la levée du secret bancaire mais aussi dans les relations humaines sous toutes ces formes dans un final en feu d’artifice ! Brillant !

Un Incardona, ça ne s’explique pas. Ca se lit !

« La soustraction des possibles » – La superficialité au croisement de la tragédie.


La soustraction des possibles – Jospeh Incardona – Editions Finitude – 400 pages – 2020

AUTRES CHRONIQUES:
220 Volts
Chaleur
Les poings


 

12 commentaires sur « La soustraction des possibles – Joseph Incardona »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s