PS: tu me manques – Brigid Kemmerer

Extrait :

L’intimité est une illusion.
Visiblement tu en sais quelque chose, puisque tu as lu ma lettre. Elle ne t’était pas destinée. Elle n’était pas pour toi. Elle n’avait rien à voir avec toi. C’était entre ma mère et moi.
Je sais qu’elle est morte.
Je sais qu’elle ne peut plus lire.
Je sais qu’il ne me reste pas grand-chose pour me sentir proche d’elle.
Et maintenant il ne me reste plus que ça.
Tu te rends compte de ce que tu m’as pris ? Tu en as la moindre idée ?
Tu as laissé entendre que tu comprenais la douleur.
Je crois que tu ne sais pas de quoi tu parles.
Parce que si c’était le cas, tu n’aurais pas interféré avec la mienne.

 4ème de couverture :

Juliet a toujours écrit à sa mère. Depuis sa mort soudaine, cette habitude est pour elle comme une bouée de sauvetage. Même si les courriers de Juliet restent sans réponse, elle continue de les déposer sur sa tombe chaque semaine. Declan n’aurait jamais cru qu’une lettre pourrait changer sa vie. Pourtant, celle qu’il trouve au cimetière, où il fait des travaux d’intérêt général après le lycée, le touche profondément… Et il ne peut s’empêcher d’y ajouter deux mots. Commence alors une correspondance inattendue entre Le Crépuscule et La Fille du Cimetière, deux étrangers que tout oppose. Ce qu’ils ignorent, c’est que leurs routes se sont déjà croisées…

Ce qu’Elisa en pense…

Dans ce roman, les difficultés de l’adolescence sont merveilleusement bien décrites.
Cette histoire a fait écho en moi sur différents points.

C’est un livre vraiment particulier avec des personnages bien plus réfléchis, plus matures et crédibles. Effectivement, c’est ce qui le différencie largement de beaucoup de « Young Adult ». Les réactions et agissements des protagonistes ne sont pas surfaits. Il est évident que certaines scènes sont moins censées que d’autres, mais dans l’ensemble c’est amplement satisfaisant.

Les thématiques abordées sont peu communes dans ce genre littéraire. On parle du deuil, de la mort, de la perte d’un être cher et en marge, et d’une petite histoire d’amour. Cette lecture m’a perturbée. L’auteure fait passer de sérieux messages, des morales percutantes en rendant le tout très léger.

Pour une fois, dans ce genre littéraire, le fil rouge n’est pas centré sur la romance en tant que telle. Non, ici, on ne parle pas d’une gentille fille qui tombe amoureuse d’un Bad boy. C’est bien plus que ça, bien plus profond. Certes, on s’attend à une fin heureuse, mais ce n’est pas le plus important. Les messages qu’on peut lire entre les lignes sont bien plus beaux.

Je dois quand même souligner le fait que selon moi, parfois l’auteure est un peu tombée dans les clichés. Ce n’est pas négatif dans l’absolu, mais il ne faut pas s’attendre à des surprises en tournant les pages.

J’ai beaucoup apprécié la structure de ce roman. Effectivement, à chaque chapitre, on démarre avec des lettres échangées entre nos deux protagonistes. Cet aspect double l’originalité de cette histoire.

Vous l’aurez compris, ce livre m’a beaucoup plu. Je pense que je m’en souviendrai longtemps.

Et vous ? Comment réagiriez-vous si on tentait de percer les secrets de votre intimité ?

Je vous propose de partir à la rencontre de Juliet et Declan pour le découvrir.


PS: tu me manques – Brigid Kemmerer – Editions Hachette – 440 pages -2018


 

 

 

4 commentaires sur « PS: tu me manques – Brigid Kemmerer »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s