Je ne suis pas un monstre – Carme Chapparo – No soy un monstruo

English version of what I think of it below

Extrait:

« En pénétrant dans la salle d’autopsie, on s’attend à sentir cette odeur. On y est préparé. Pour Ana, elle rappelait un mélange de vomi de bébé et de nourriture putréfiée retrouvée dans un frigo en panne au retour de vacances.
Voilà ce que sent un cadavre.
Mais ce n’est pas cela qui vous poursuivra chaque fois que vous fermerez les yeux. Au début, ce sera comme si l’odeur de mort sortait de votre gorge pour monter au cerveau. Mais vous finirez par l’oublier. Après deux ou trois jours, elle sortira de votre tête, n’y laissant que des traces qui reviendront vous assaillir de temps à autre. En revanche, ce que vous ne pourrez jamais oublier – et qui restera en vous à tout jamais, comme le bourdonnement d’un moustique une nuit d’été -, c’est ce que vous verrez sur les deux tables métalliques de la morgue. Sur l’une d’elles, repose le corps. Sur l’autre le légiste dépose tout ce qui se trouvait sur la personne lorsqu’elle est passée de l’état d’être humain à celui de cadavre. Les chaussures, confortables, parce que, ce jour-là, elle avait prévu de marcher. Les sous-vêtements usés, trouvés au fond d’un tiroir, parce que les neufs étaient à la machine. Le pull acheté en solde taché de sang pour toujours. Le bracelet porte-bonheur. Le Post-it froissé au fond de la poche où il est écrit « cinq cents grammes de tomates, lait, chocolat, beurre ».
Les choix banals d’un matin comme un autre devenu notre linceul. Vous seriez-vous habillé autrement pour le jour de votre mort ? Oui, sans aucun doute. »

4ème de couverture:

24 décembre. Un enfant disparaît dans un centre commercial de Madrid.
Même lieu et même mode opératoire qu’une ancienne affaire : l’enlèvement de Nicolás Acosta deux ans plus tôt. Et si tout recommençait ?
L’inspectrice Ana Arén, qui a failli lors de l’enquête précédente, se lance à corps perdu dans une course contre la montre pour retrouver le petit garçon. Mais certains journalistes viennent contrarier son enquête, avides de scoops et d’audience.
Les fausses pistes s’enchaînent, les rumeurs enflent et les politiques s’en mêlent. La ville tremble, sans répit, devant la menace d’un tueur en série, d’un prédateur à l’affût des proies qu’il veut faire siennes.
Alors que la vérité est sur le point d’éclater, l’inspectrice se retrouve face à une effroyable réalité qui pourrait la consumer.

Ce que j’en pense…

Séverine Lente dont je te conseille de suivre, si ce n’est pas encore le cas,  la chaîne YouTube (C’est par ici –> IlEstBienCeLivre) m’a clairement convaincue de m’attaquer à ce livre et je la remercie au passage.

Carme Chapparo est une auteure espagnole et il est toujours fort plaisant de découvrir d’autres horizons, d’autres lieux, d’autres cultures qui vont forcément transpirer au travers des pages. Perso je kiffe !

« Je ne suis pas un monstre » démarre très fort. C’est clairement un de ces livres où dès la première page tu te retrouves accroché(e). Il faut dire que le récit de Lucia, la mère de Bruno, transpercera littéralement ton cœur – qui plus est, si c’est celui d’une mère.

Un style direct et franc, que j’ai beaucoup apprécié. Des chapitres en alternance en fonction des personnages qui te permettront de suivre cette histoire selon différents points de vue.
Des personnages attachants que l’auteure a voulu étoffer afin de mieux les ancrer. C’est important, voir même essentiel, mais Carme s’est, selon moi, un peu perdue de ce côté-là. Le cours de génétique sur la couleur des cheveux, par exemple, n’était clairement pas nécessaire…Longueurs inutiles et c’est fort dommage.

Par contre, et je le souligne cinq fois. L’auteure maîtrise parfaitement la description des émotions. Elle réussit à trouver les mots qui vont te toucher, voire même te faire percevoir une émotion que tu n’as pourtant jamais ressentie. J’ai relu certains passages plusieurs fois juste parce qu’ils étaient la perfection à l’état pur.
J’ai choisi l’extrait, ci-dessus, dans ce sens. Pour avoir moi-même assisté à une autopsie, j’ai rarement lu un descriptif aussi juste et percutant.

Un récit qui te transportera au cœur de disparitions d’enfants. Sujet largement traité, certes, mais tu pourrais bien être surpris(e) de la tournure que prendront les événements et c’est là toute l’originalité de ce livre.
Le final et le dénouement sont éclatants et, sans doute, parmi les pires que tu auras vu, mais je ne peux bien entendu pas t’en dire plus et c’est fort dommage parce qu’il y aurait énormément à débattre…

Un premier roman que je te recommande vivement avec ses petits défauts de jeunesse qu’on excuse largement. Une auteure à suivre, y a pas de doute et moi je dis haut et fort:

Tu es vraiment un monstre !

 


Au passage, j’avoue avoir été bluffée par le fait que le projet NeuroQwerty, dont parle l’auteure, soit bel et bien réel. (tu verras ça pas toi-même 😜). Du coup, j’ai appris et c’est toujours utile.


Je ne suis pas un monstre – Carme Chapparo – Editions Plon – 320 pages – 2019


What I think of it…

Carme Chapparo is a Spanish author and it is always very pleasant to discover other horizons, other places, other cultures that will necessarily sweat through the pages. Personally, I like it !

« I’m not a monster » starts very loudly. It’s clearly one of those books where from the first page you find yourself hooked. It must be said that the story of Lucia, Bruno’s mother, will literally pierce your heart – and more importantly, if it is one of a mother.

A direct and frank style, which I greatly appreciated. Chapters alternating according to the characters that will allow you to follow this story from different points of view.
Fascinating characters that the author wanted to expand in order to better anchor them. It is important, even essential, but Carme has, in my opinion, gotten a little lost on that side. The genetics course on hair colour, for example, was clearly not necessary…Useless lengths and that’s a shame.

On the other hand, and I highlight this five times. The author has a perfect command of the description of emotions. She succeeds in finding the words that will touch you, or even make you perceive an emotion that you have never felt before. I reread some passages several times just because they were pure perfection.
I have chosen the above extract in this sense. Having attended an autopsy myself, I have rarely read such an accurate and powerful description.

A story that will take you to the heart of missing children. A subject that has been widely covered, of course, but you may well be surprised at the way things will turn out, and that is the originality of this book.

The finale and the outcome are brilliant and, undoubtedly, among the worst you will have seen, but of course I can’t tell you more and it’s a shame because there would be a lot to discuss….

A first novel that I highly recommend to you with its little youthful flaws that are largely excused. An author to follow, there’s no doubt about it, and I say loud and clear:

You’re a real monster !

3 commentaires sur « Je ne suis pas un monstre – Carme Chapparo – No soy un monstruo »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s