Nourris un corbeau, il te crèvera les yeux – Anne-Laure Morata

Extrait:

« Il observa avec satisfaction Kathleen sortir son porte-monnaie, mais son sourire mourut sur ses lèvres quand il constata, tout comme elle, que l’emplacement de Jésus était vide. Anéanti, il en comprit la raison à l’approche d’un convoi de fourgonnettes de la mairie. Les employés de la ville s’apprêtaient à enlever les décorations de la Fête nationale du 24 mai célébrant l’indépendance du pays, et avaient en conséquence délogé les vendeurs ambulants afin de parquer leurs propres véhicules.
Mâchoires crispées, il secoua la tête de dépit et ne put qu’assister, impuissant, au départ de Gabriela. L’enfant grimpa à l’arrière de la Chevrolet maternelle qui se glissa dans la longue file des voitures quittant les lieux.
L’homme serra les poings sir fort que ses ongles pénétrèrent ses paumes. Remarquant qu’une des expatriées le dévisageait, il s’éloigna sur-le-champ et regagna le 4×4 d’une démarche faussement tranquille.
Assis dans l’habitacle, il sentit les battements de son cœur ralentir. Il ne laisserait pas cet imprévu regrettable contrecarrer ses plans. Kathleen reviendrait au parc le mardi suivant. Lui aussi. Et, cette fois, la petite ne lui échapperait pas. » 

4ème de couverture:

Emmanuelle Questel est une rescapée de l’attentat de la place Saint-Lambert à Liège. Ce drame a bouleversé son existence : son couple a volé en éclats, sa fille a coupé les ponts et la journaliste traîne depuis son mal-être. Une nuit, à Paris, alors qu’elle s’apprête à se suicider, la jeune femme reçoit un appel de détresse de l’adolescente, qui vit désormais en Equateur avec son père. Sa demi-soeur Gabriela, trois ans, a disparu. Kidnapping ? Vengeance liée au passé trouble de Javier, son ex-mari ? Tout concorde pour accuser le père de sa fille, et cette version paraît arranger la police locale. Emmanuelle n’a pas le choix : direction Quito, où il lui faudra mener l’enquête et dénouer les fils d’une sombre machination… où le sort d’une enfant tient le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.

Ce que j’en pense…

Quand même la police baisse les bras volontairement, tu n’as d’autres choix que de te lancer tête baissée à la quête de la vérité.

Tout paraît simple, au début, et j’ai bien dit au début parce que plus tu avanceras et plus tu auras l’impression de t’enfoncer au cœur de la jungle andine. Il te faudra alors te munir d’une machette pour tracer ton chemin.

Un polar riche qui va au-delà d’une simple trame. Une histoire qui te parle d’un pays. Un récit qui respire l’Amérique du Sud aux odeurs de corruption, de trafic de drogue, d’exploitation et j’en passe et pas les moindres.
Un récit qui te fera voyager au cœur de cet Equateur, pays mal ou peu connu. J’ai particulièrement apprécié cet aspect-là.

Un petit côté un peu facile dans la résolution de la trame, mais rien de bien grave. Rien qui n’enlève quoi que ce soit à cette histoire passionnante, bien foutue et bien écrite.
Les dialogues sont particulièrement bons et réalistes, ce qui n’est de loin pas une évidence.
Tu alterneras entre une narration à la 1ère personne pour Emmanuelle et une narration « normale » lorsqu’il s’agit d’autres personnages. Une manière qui me plaît beaucoup et qui apporte une certaine fluidité au récit.
Les personnages sont attachants et j’ai, d’ailleurs, adoré celui d’Emmanuelle. Cette femme fracassée et pourtant pleine de courage. Ce côté paumé tout en ne l’étant pas du tout.

Le titre, que je trouve excellent et très interpellant, prendra tout son sens lors des révélations finales qui pourraient bien te surprendre. Un sens profond qui cache un véritable drame derrière ses ailes.

Un excellent moment de lecture. Une belle découverte que je ne peux que te recommander.


Nourris un corbeau, il te crèvera les yeux – Anne Laure Morata – Editions L’aube noire – 234 pages – 2019


 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s