Le manufacturier – Mattias Köping

Extrait :

Il activa le diaporama et les photos défilèrent à un rythme d’une toutes les cinq secondes. Toutes les boursouflures de la décomposition ajoutaient à l’horreur sidérante de cette sculpture. Cela faisait sens: une composition à base de décomposition. La quintessence même d’un art décadent. C’était réellement une mise en scène incroyable, comme on n’en voit qu’au cinéma. Le cinéma…quelle pitoyable connerie ! Si toutes les archives de toutes les guerres ou toutes les photos des dossiers criminels étaient déversées dans le domaine public, les pires films d’horreur seraient relégués au rang de bluettes pour pucelles timides. Et il y avait justement de ça dans le crime: l’exhibition d’une rage carnassière sans limite. Le ou les types qui avaient commis ce forfait étaient doués d’une volonté supérieure. Ils affirmaient par cette destruction leur affranchissement de toutes les normes. Il avait certes arrêté des tueurs et des violeurs, mais cette scène-là relevait d’une autre dimension: c’était le monde de la super-prédation.

4ème de couverture :

Le 19 novembre 1991, une poignée de paramilitaires serbes massacrent une famille à Erdut, un village de Croatie. Laissé pour mort, un garçonnet échappe aux griffes des tortionnaires, les Lions de Serbie. Un quart-de-siècle plus tard, l’avocate Irena Ilić tente de remonter la piste jusqu’à la tête du commando, le sinistre Dragoljub.

Le 1er avril 2017, les cadavres d’une femme et de son bébé sont retrouvés dans la banlieue du Havre, atrocement mutilés. Niché dans le dark Web, un inconnu sous pseudonyme revendique le double meurtre et propose les vidéos de ses crimes à la vente sur son site Internet… Depuis quand sévit-il ? Prêt à transgresser la loi, le capitaine de police Vladimir Radiche s’empare de l’affaire qui sème la panique sur le pays, au risque de voir l’inimaginable s’en échapper.

Les deux investigations vont se percuter avec une violence inouïe. L’avocate et le flic ont des intérêts divergents et sont prêts à se livrer une guerre sans merci. Emportés dans l’abîme du terrifiant conflit yougoslave, les enquêteurs évoluent dans un vertige noir, gangrené par la violence et la corruption, où les plus pourris ne sont peut-être pas ceux que l’on croit. Crimes contre l’humanité, meurtres en série, fanatismes religieux, trafics entre mafias sans scrupules, l’étau se resserre au fil des chapitres. Les égouts de l’Histoire finiront par déborder, et vomir des monstres trop vite oubliés.

N’ayez pas peur.
Oui, il y a tout cela dans Le Manufacturier. Non, il n’y a pas d’autre issue.

Ce qu’Elisa en pense…

Le manufacturier est un livre original. Une histoire osée, des sujets plus que sensibles, tout simplement, un chef d’œuvre…

N’étant pas une grande fan d’Histoire, je craignais ce bouquin. Mais, l’intrigue est suffisamment bien construite pour captiver le lecteur. Donc, cet aspect, au final, ne m’a pas ralentie dans ma lecture.

La plume de Mattias est bluffante. Son style est particulier et très subtil. J’ai trouvé sa façon d’écrire très originale.

Il est clair et net que ce n’est pas un livre à mettre dans toutes les mains. Que ce soit par sa complexité ou par ses nombreux passages violents… très violents… Mais, ce n’est pas pour autant que Mattias Köping soit tombé dans la surenchère.

L’ambiance qui règne dans ce roman est flippante. Souvent, j’ai eu besoin de poser le livre pour respirer tellement je me sentais oppressée. C’est incroyable la puissance que cette histoire dégage !
En ce qui concerne la chute, je ne saurai comment vous l’expliquez mis à part vous dire qu’elle est merveilleusement parfaite.

Vous l’aurez compris ; ce bouquin, je l’ai apprécié, je l’ai adoré, je l’ai aimé, je l’ai tout et je vous conseille de rapidement vous plonger dans l’antre du manufacturier.

Merci, Mattias pour ce chef-d’œuvre qui fut pour moi un coup de cœur.

*******************************************************************************

Le manufacturier – Mattias Köping – Editions Ring – 548 pages – 2018

AUTRES CHONIQUES: 
Le manufacturier
Les démoniaques 

*******************************************************************************

 

11 commentaires sur « Le manufacturier – Mattias Köping »

  1. Un livre qui me fait peur et m’attire, le genre de livre que je feuillette et redépose pendant vingt minutes chez le libraire bien que je sache qu’il est unanimement apprécié. Ce qui me retient ? Peut-être un excès de violence , de celle dont on ne se remet pas ?

    Aimé par 1 personne

    1. Il est très dur je ne peux pas te le cacher. Il l’est d’autant plus qu’il fait écho à une réalité. Il faut être prêt, c’est certain mais franchement c’est, pour ma part, un des meilleurs livres que j’aie lu et il restera inscrit dans ma mémoire.
      Il n’y a pas d’excès, pas de surenchère juste les choses telles qu’elles sont…mais je peux comprendre que tu ne sois pas capable de prendre…La lecture doit rester un plaisir 🙂

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s