La pythie – Mélanie Chappuis

Extrait:

« Adèle est traversée par une chaleur qui explose ses frontières.
Elle a la sensation de fondre, de se dissoudre. Son enveloppe ne la contient plus. Elle la quitte, pour laisser son âme se déployer ailleurs, dans un monde sombre, bleu foncé. Elle se retrouve comme suspendue dans le vide, dans une béatitude teintée d’attente.
Soudain, elle ne flotte plus. Elle est aimantée par une lueur, qui s’intensifie. Lumière au bout du tunnel ? Elle prend peur; malgré sa beauté, cet état ressemble à la mort. Elle croit mourir vraiment, lutte pour se ressaisir, se recomposer. Redevenir solide. Squelette, cœur, ventre, peau. Ne pas se laisser aspirer par la clarté. Résister. Impossible. Elle est plongée en plein cauchemar. Elle perçoit Jérôme dans une ambulance, des hommes s’activent autour de lui. L’odeur de rouille du sang. Son amant meurt avec le même sourire qu’il affichait, au sommet de son échelle. Elle le voit abandonner, les ambulanciers renoncer. »

4ème de couverture:

« Elle vient de décider qu’à l’âge adulte, c’est à sa grand‐mère qu’elle ressemblera. Mais la vie a plus d’imagination que les petites filles. »
À l’âge de 22 ans, dans les bras de Jérôme, Adèle Meurice entrevoit les circonstances exactes de l’accident : son amour est renversé par une voiture et meurt dans l’ambulance. La prophétie se réalise point par point. Dévastée par cette prémonition, Adèle a ensuite à plusieurs reprises la confirmation qu’elle possède le don d’entrevoir le pire dans des circonstances extatiques. Pourquoi l’orgasme lui montre-t-il l’autre dans son dernier instant ? D’où vient cette malédiction ? Une quête identitaire autour du plaisir, de la mémoire et de la transmission.

Plongez-vous sans retenue dans le récit d’Adèle dont le don de voyance permis par l’expérience extatique va bouleverser son existence et ses sens.

Ce que j’en pense…

Telle la Pythie, fille du roi de Troie, convoitée par le Dieu Apollon qui lui accorde le don de prophétie en échange de leurs futurs ébats, Adèle Meurice découvre, lors de son premier orgasme, un bien drôle de don. Alors que le plaisir monte et explose, les images de la mort de son partenaire s’imposent à son esprit.

Mélanie, au travers de ce récit, soulève énormément de questions: sur la vie, le destin, les liens, l’amour et bien plus encore que tu découvriras avec plaisir.
Cette histoire a beaucoup résonné en moi et m’a bien sûr rappelé le fabuleux film de Tim Burton « Big Fish ». (Bon ok je suis une inconditionnelle de Burton, mais c’est franchement à voir si ce n’est pas déjà fait 🙂)

Que faire de telles visions ? Don ou malédiction ? Fuir ? Annihiler son plaisir pour ne plus voir ? Le provoquer pour le défier ?
Un don qui devient couperet en apesanteur sur sa tête.

Adèle enchaîne. Elle défie, elle cherche, se cherche. Le don devient quête, quête d’une vie, quête contre la fatalité, défi du destin…
Au travers de la mort de l’autre, c’est aussi, en quelque sorte, son futur qu’elle y voit. Cette mort devient sa propre image qui la fera osciller entre volonté et déni. Le plaisir charnel s’étend alors à l’absolu, à la liaison des sens, à la nature, à ce que nous devrions être, ce que nous pourrions tous être… Le voyage deviendra initiatique…

La plume se veut ronde, voluptueuse, un poil piquante. Les mots s’entrelacent comme des notes de musique pour former une mélodie, pour mieux donner sens. Tu auras juste envie de relire certains passages parce qu’ils sont beaux, parce qu’ils résonnent en toi.

D’une sensibilité à fleur de peau, tout est subtilité et beauté. Dévoré goulûment, je ne verrai plus jamais l’orgasme de la même manière et ne peux dire que ce récit est totalement jouissif au sens propre comme au figuré !

J’ai tardé à te lire Mélanie, quelle grave erreur 🙂

Mais et toi ? Que ferais-tu d’un(e) tel(le) don/malédiction ?
Je me suis posé cette question mille fois en lisant ce récit et j’avoue ne pas avoir trouvé de réponse…

Les corbeaux sont, paraît-il, les messagers des esprits. En ambassadrice du noir, je me fais corbeau pour te porter ce message afin de te convaincre de le lire au plus vite !

 

****************************************************************************

La Pythie – Mélanie Chappuis – Editions Slatkine – 192 pages – 2018

***************************************************************************

 

 

 

 

 

 

 

 

 

****************************************************************************

La Pythie – Mélanie Chappuis – Editions Slatkine – 192 pages – 2018

****************************************************************************

 

2 commentaires sur « La pythie – Mélanie Chappuis »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s