Si je serais grande – Angélina Delcroix

Extrait :

Les portes se refermèrent sous son nez et un bip lui indiqua qu’elles étaient verrouillées. Un bourdonnement intense lui envahit les oreilles et son esprit se mit sur pause. La suite défila devant ses yeux comme un film muet au ralenti. Il vit le second brancard entrer, poussé sans ménagement. L’autre victime était aussi inconsciente. Son tee-shirt blanc couvert de sang avait été déchiré pour comprimer la plaie entre l’épaule et le sein gauche. Son visage livide, surmonté du masque à oxygène, ne laissait rien paraître de ce qui s’était passé un peu plus tôt. Il la regarda passer devant lui. Un infirmier le poussa involontairement en arrivant devant la double porte. Le second bip de verrouillage précéda un silence angoissant. Il eut la sensation d’être resté en apnée depuis le tragique événement. Il se dirigea vers la sortie. L’air lui brûla les narines jusqu’aux poumons quand il leva la tête vers le ciel pour prendre une interminable bouffée d’oxygène. Ébloui par le soleil à travers ses paupières fermées, il porta la main sur le haut de son visage. Se sentant ainsi à l’abri des regards, il se mit à pleurer. Ses jambes vacillèrent et il se laissa glisser le long du panneau vertical « URGENCES » accroché à gauche de la porte vitrée. La culpabilité vint douloureusement envahir tout son être. Il n’aurait jamais dû accepter de les laisser seules. S’il était resté, rien de tout cela ne se serait passé. Le bruit des deux-tons mit fin à sa surdité et le retour à la réalité lui donna la nausée. Les véhicules de gendarmerie n’étaient plus très loin, et se rapprochaient à une vitesse fulgurante. Bientôt, il serait embarqué et interrogé sans ménagement. Il sortit son portable avant d’être coupé de tout. Son cœur martelait sa poitrine.
— Donelli, j’écoute.
— Il y a eu un accident. Tu dois venir. Vite. Je suis désolé.

4ème de couverture :

Deux petites filles disparaissent le même jour, sans laisser de traces. Elles sont voisines, mais n’étaient pas ensemble au moment de leur enlèvement.
Eleanor, bientôt six ans, vit dans la crainte de déplaire à ses parents. La tête pleine d’images et de souvenirs, est-elle la menteuse que décrit sa mère ?
Des cadavres d’enfants viennent d’être découverts. Au milieu des corps, une survivante. Enceinte de quatre mois et toujours profondément marquée par sa précédente enquête, l’adjudante Joy Morel se retrouve à la tête d’une enquête éprouvante qui va l’entraîner aux frontières de l’inimaginable…

Ce qu’Elisa en pense…

Après un début un peu flou, je me suis retrouvée comme un poisson dans l’eau et j’ai très vite compris que j’allais faire face à une histoire qui démarre crescendo. Les personnages, les péripéties et les actions arrivent petit à petit. Angelina Delcroix joue au chat et à la souris avec son lecteur. Elle distribue la substance au compte-gouttes. Juste ce qu’il faut, quand il le faut.

J’ai trouvé remarquable la capacité de l’auteure à écrire avec le filtre et la vision des choses d’une enfant de six ans. J’ai vraiment eu l’impression que cette enfant me racontait son histoire.

En ce qui concerne la plume de l’auteure, son style est singulier. Son écriture est riche, nette et précise.

Si je devais donner un point négatif, je dirais qu’il y’a quelques répétitions au niveau de la trame qui créent certaines longueurs. Mais, le reste suffit à faire pencher la balance vers le positif.

Ses personnages sont ancrés et vivants. Elle a su leur donner beaucoup de substance et c’est une perspective vraiment importante pour moi dans un polar.

Ce livre a un tel suspens, qu’à la fin je me sentais essoufflée. La chute a un émotionnel très fort. D’ailleurs, je ne vous cacherai pas que j’ai lâché ma petite larme. Un final à la hauteur de tout le reste.

Personnellement, je n’avais pas lu son premier roman « Ne la réveillez pas » et en aucun cas je ne me suis sentie perdue dans celui-ci. Donc, si le pitch du deuxième vous parle plus que le premier, vous pouvez foncer les yeux fermés.

Je vous conseille de très rapidement attraper ce bouquin et de vous plonger dans cette histoire afin d’aider Joy à résoudre ce mystère d’enfants disparues.

Merci Angelina Delcroix pour ce merveilleux moment de lecture !

*************************************************************************

Si je serais grande – Angélina Delcroix – Editions Nouvelles Plumes – 392 pages – 2019

**************************************************************************

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s