Chernobyl – Série TV

English version of what I think of it below

Une mini série télévisée britannico-américaine en cinq épisodes créée et écrite par Craig Mazin, réalisée par Johan Renck que j’ai, pour ma part, trouvée sur OCS.

Le pitch:

26 avril 1986, l’histoire vraie de la pire catastrophe causée par l’homme et de ceux qui ont sacrifié leur vie pour sauver l’Europe du drame. L’explosion d’un réacteur à la centrale nucléaire de Chernobyl, en Ukraine, a de terribles conséquences aussi bien sur le personnel de l’usine, que sur les équipes de secours, la population et l’environnement.

Ce que j’en pense…

Tchernobyl, ceux de ma génération s’en souviennent. Ils se souviennent surtout de quelque chose qui paraissait anodin. Où l’on nous disait juste de laver ses légumes. En tout cas, dans ma mémoire d’ado, rien qui aurait pu nous faire paniquer.

Les années ont passé. Les choses ont changé surtout pour ces pays des blocs de l’Est où le mot d’ordre était justement le silence. Ce n’est que bien plus tard que l’ampleur de cette catastrophe a été vraiment révélée. Que toutes les erreurs ont été mises à jour. Que nous pouvons nous rendre compte qu’il s’agissait bel et bien de la plus grande catastrophe écologique de tous les temps imputée à l’homme, et ce dans un silence qui n’était malheureusement pas de plomb.

J’avoue que moi-même j’ai fait l’autruche et que d’ailleurs je n’étais pas forcément prête à voir cette série. Le hasard faisant bien les choses, j’ai lu le fabuleux livre De bonnes raisons de mourir de Morgan Audic et dans ma lancée, j’ai continué l’aventure. (je te recommande d’ailleurs de le lire en parallèle, c’est édifiant.)

Cette série remarquable inspirée du livre de Svetlana Alexievitch: « La supplication » (que je te conseille vivement de lire pour en savoir un peu plus.) mais aussi des cassettes laissées par Valery Legasov (1936-1988), chimiste russe, qui a dirigé la commission d’enquête sur les causes de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Son suicide, deux ans après le début de l’enquête, suscite des interrogations encore aujourd’hui.

Cette série t’emportera au cœur de la tragédie dans une atmosphère des plus réaliste.
Tout y est, tout est sublimement retranscrit. Un véritable documentaire habilement monté pour qu’il soit « digeste » par quiconque sans avoir, justement, l’air d’un documentaire (Suis-je claire ?🙄).
Les personnages sont excellents, joués par de très bons acteurs.
L’atmosphère de ce pays d’ex-URSS est fabuleusement retranscrite dans toute son austérité. Les décors, les détails sont soigneusement repris jusqu’au carrelage en passant par tous les véhicules de l’époque.
La catastrophe prend toute sa dimension sous tes yeux, comme si tu y étais. Au point où tu pourrais cesser de respirer quelques minutes.
Les images sont parfois choquantes, mais ce sont surtout les révélations qui le sont encore plus.
Tu y verras toute l’âme d’un pays incapable de montrer au monde ses faiblesses. Capable de tout pour les cacher, pour faire bonne figure.
Tu verras le descriptif d’une catastrophe annoncée…
Tu verras que ça aurait pu être pire encore…

C’est saisissant, perturbant, fort, absolument remarquable !
Bref, tu l’as compris, je ne vais pas prendre plus de ton précieux temps qui pourrait justement servir au visionnage de cette série chef d’œuvre !

File la voir de toute urgence !!!

****************************************************************************

Ci-dessous quelques éléments supplémentaires pour aller plus loin: 

chernobyl la supplication Inspiré du livre de Svetlana Alexievitch  « La supplication »

« Des bribes de conversations me reviennent en mémoire… Quelqu’un m’exhorte : ― Vous ne devez pas oublier que ce n’est plus votre mari, l’homme aimé qui se trouve devant vous, mais un objet radioactif avec un fort coefficient de contamination. Vous n’êtes pas suicidaire. Prenez-vous en main !  » Tchernobyl. Ce mot évoque dorénavant une catastrophe écologique majeure. Mais que savons-nous du drame humain, quotidien, qui a suivi l’explosion de la centrale ? Svetlana Alexievitch nous laisse entrevoir un monde bouleversant : celui des survivants, à qui elle cède la parole. L’événement prend alors une tout autre dimension. Pour la première fois, écoutons les voix suppliciées de Tchernobyl.

 

chernobyl Igr

Tu peux aussi te laisser emporter par le livre de Igor Kostine: « Tchernobyl Confessions d’un reporter ».

 

 

 

 

 

 

********************************************************************************

What I think of it …

Chernobyl, those of my generation remember it. They mostly remember something that seemed harmless. Where we were just told to wash our vegetables. Anyway, in my teenage memory, nothing that could have freaked us out.

The years have passed. Things have changed, especially for those Eastern Bloc countries where the watchword was silence. It was only much later that the scale of this disaster was truly revealed. That all errors have been updated. That we can realize that this was indeed the greatest ecological disaster of all time attributed to man, and this in a silence that was unfortunately not in lead.

I must admit that I bury my head in the sand myself and that I was not necessarily ready to see this series. As luck would have it, I read Morgan Audic’s fabulous book « De bonnes raisons de mourir » and in the process, I continued the adventure. (I recommend that you read it in parallel, it’s edifying.)
This remarkable series inspired by Svetlana Alexievitch’s book: « The supplication » (which I strongly advise you to read to know a little more.) but also cassettes left by Valery Legasov (1936-1988), a Russian chemist, who headed the commission of inquiry on the causes of the Chernobyl nuclear disaster. His suicide, two years after the start of the investigation, still raises questions today.

This series will take you to the heart of the tragedy in a most realistic atmosphere.
Everything is there, everything is sublimely transcribed. A true documentary skillfully edited so that it is « digestible » by anyone without looking like a documentary (Am I clear ? 🙄).
The characters are fabulous, played by very good actors.
The atmosphere of this former USSR country is incredibly reflected in all its austerity. The decorations, the details are carefully taken up until the tiling of this period.
The disaster takes on its full dimension before your eyes, as if you were there. To the point where you could stop breathing for a few minutes.
The images are sometimes shocking, but it is especially the revelations that are even more shocking.

You will see the whole soul of a country that is unable to show the world its weaknesses. Capable of anything to hide them, to look good.
You will see the description of a disaster announced…
You’ll see that it could have been even worse…

It’s striking, disturbing, strong, absolutely remarkable!

In short, you understood, I’m not going to take more of your precious time that could be used to watch this masterpiece series!

Go see it urgently !!!!!

 

9 commentaires sur « Chernobyl – Série TV »

  1. bonsoir

    j a cru me lire en mieux
    j ai suivi exactement le meme processus
    je constate evidemment la catastrophe a laquelle nous avons échappé nous les occidentaux
    avec ce nuage qui s’est arreté aux frontières
    bref une claque cette mini série et le bouquin de morgan audic
    du coup j ai aussi conseillé le duo à des proches
    jean pierre

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Jean-Pierre, ça me touche 🙂 Les conseiller tous les deux est ce que je fais moi aussi (d’ailleurs le Audic est la prochaine lecture de mon groupe de lecture…ils pouvaient pas y échapper 😛 )

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s