De bonnes raisons de mourir – Morgan Audic

Extrait:

« L’année passée, trente mille visiteurs étaient venus découvrir la zone irradiée. Pour y accéder, il suffisait d’avoir plus de dix-huit ans, de ne pas être enceinte et de pousser la porte d’un des innombrables voyagistes spécialisés dans les Tchernobyl Tours qui pullulaient à Kiev. Là, pour quelques centaines de dollars, on vous obtenait toutes les autorisations nécessaires tamponnées par l’administration ukrainienne.
La dernière mode, c’était de faire son enterrement de vie de garçon à Tchernobyl. Trop ordinaires, les sauts en parachute et les cuites avec strip-teaseuse: depuis quelques mois on voyait régulièrement débarquer des contingents de connards éméchés qui beuglaient dans les rues abandonnées de Pripiat. Melnyk en venait presque à regretter l’époque des touristes russes. Ils étaient de plus en plus rares, depuis l’annexion de la Crimée par la Russie et le déclenchement de la guerre civile qui minait la région du Donbass, à l’est de l’Ukraine.
-Alors, il est où ce foutu cadavre ? demanda-t-il en s’installant dans sa Lada »

4ème de couverture:

Un cadavre atrocement mutilé suspendu à la façade d’un bâtiment. Une ancienne ville soviétique envoûtante et terrifiante. Deux enquêteurs, aux motivations divergentes, face à un tueur fou  qui signe ses crimes d’une hirondelle empaillée. Et l’ombre d’un double meurtre perpétré en 1986, la nuit où la centrale de Tchernobyl a explosé…Morgan Audic signe un thriller époustouflant dans une Ukraine disloquée où se mêlent conflits armés, effondrement économique et revendications écologiques.

Ce que j’en pense…

Je dois avouer que j’étais un peu réticente… Tchernobyl, sujet plus qu’épineux sur lequel j’ai la fâcheuse tendance à jouer l’autruche.
Et après lecture de ce récit, je vais sans doute jouer à la taupe et ne plus jamais ressortir.  La trame est tellement bien menée, tellement prenante, qu’elle t’amènera tous ces faits historiques, cette problématique, cette politique et ce qui en découle d’une manière si humaine que tu les vivras comme jamais tu n’aurai imaginé les vivre.
Tu t’immergeras dans l’histoire, vivras cette catastrophe au travers de ces personnages tellement intensément qu’au final, tout te semblera bien plus percutant que tout ce que l’on a pu te raconter jusqu’à présent.

Munis-toi impérativement de ton compteur Geiger. Son crépitement en bruit de fond ne t’empêchera malheureusement pas d’être très vite irradié par cette pépite chargée à l’uranium.

Deux meurtres, deux époques. L’avant et l’après l’explosion de la centrale de Tchernobyl. Deux meurtres qui pourraient avoir un lien…ou pas ?
Alexandre Rybalko de la police de Moscou, originaire de Pripiat, est mandaté par Vektor Sokolov, richissime propriétaire de PetroRus et père de la dernière victime.
La police ukrainienne n’avance pas assez vite pour lui alors que pourtant Melnyk et Novak font de leur mieux pour élucider cette sombre affaire. Mais dans un pays où règne la haine et la corruption. Un pays, une région drastiquement atteinte par son passé ou même par son présent. Quand ton enquête est sous fond de conflit ukrainien. Quand elle a des relents de guerre en Afghanistan ou en Tchétchénie. Quand elle exprime toute la douleur d’un peuple, il est bien difficile de s’y retrouver et de dénouer les liens d’un terrible meurtre.

Au travers des différents personnages, l’auteur a réussi à glisser de manière habile tous les aspects politiques, toute la problématique de ce pays devenu deux. Extrêmement bien documenté, ce récit t’apprendra bon nombre de choses et ce n’est pas monnaie courante.
L’auteur porte un regard pertinent sur la vie d’avant et surtout celle de l’après. Sur ce qu’ils endurent encore, sur ce que nous endurons tous, sans doute, et sans le savoir vraiment et ce, sans tomber dans le cliché ou l’excès. Il aborde aussi la bêtise humaine avec ce tourisme en plein essor de cette zone ultra dangereuse.

Un regard juste. Une intrigue de haut vol menée de main de maître. Excellente de bout en bout sans avoir peur de malmener ses héros (et ça tu le sais, j’adore 😜). Des descriptifs exceptionnels, très cinématographiques. Une documentation parfaite. Une réalité brillamment utilisée pour en faire une fiction redoutable ou est-ce l’inverse ? Tu ne le sauras plus très bien…

Il s’agit là du deuxième livre de l’auteur et il est difficile de croire que ce soit le cas tant il est abouti et développé…Tellement bluffée, d’ailleurs, que j’ai attaqué direct son premier roman « Trop de morts au pays des merveilles ». C’est les vacances pour moi, je ne te proposerai malheureusement pas de chronique pour celui-là, mais je ne peux que te recommander cette autre excellente lecture !

Bref t’as capté ?
Et surtout n’oublie pas de laisser ton compteur Geiger crépiter, grésiller pour te rappeler tout au long que ce livre brille dans la nuit  !

****************************************************************************

De bonnes raisons de mourir – Morgan Audic – Editions Albin Michel – 496 pages – 2019

****************************************************************************

Si tu veux en savoir encore plus, je te conseille de lire: « La Supplication » de Svetlana Alexievitch ou encore « Tchernobyl les confessions d’un reporter » de Igor Kostine

4 commentaires sur « De bonnes raisons de mourir – Morgan Audic »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s