La lame – Frédéric Mars

Extrait:

Ce n’est qu’au tout dernier moment, presque au contact, qu’il a aperçu la pointe immaculée jaillir dans sa direction. Cette lame blanche, souple, presque fragile, qui est pourtant entrée en lui sans effort. Il a senti le souffle de son agresseur dans son cou, souffle court, plein de rage. Il a perçu le murmure haineux à son oreille.
Et quand toute la longueur a pénétré ses entrailles, leurs deux ventres se sont presque rejoints. Durant une seconde, la lame les a unis. Elle a effacé les siècles d’humiliation et de rancœur. Il n’y a plus de dominant ou de dominé. Il n’y a plus que leurs panses, l’une plus creuse que l’autre, certes, mais toutes deux affamées de paix.
Puis le président s’est écroulé. Sans vie. La lame a achevé son travail.
Il est encore tôt ce matin-là, et la lame a déjà déferlé.

4ème de couverture:

Le thriller choc sur le boom démographique prévu par le Renseignement françaisDans une France proche et obscure à la cité de La Solidarité, quartiers nord de Marseille : l’officier de PJ Simon Mardikian découvre le cadavre ravagé d’une jeune prostituée noire, Joy, alias Queen, sans identité définie. Son enquête sur les réseaux mêlant drogues, migrants et traite d’êtres humains ne fait que commencer.
Le lendemain, à Lagos, capitale du Nigéria, dans le bidonville flottant de Makoko, l’instituteur Sékou Williams tient tête au dealer Kaza qui cherche à recruter des revendeurs parmi ses élèves. Mais soudain s’abat une immense vague-submersion, dispersant des milliers de réfugiés à travers le continent africain.
Au même moment, à l’Élysée, le président de la République Bako Jackson annonce sa candidature à sa propre réélection. Il en profite pour dévoiler le renforcement du dispositif Frontex. C’est sa fermeté sur les questions migratoires qui a valu à ce fils de pasteur nigérian de ravir le pouvoir à l’extrême droite en 2027. À peine a-t-il achevé son allocution qu’on lui annonce la catastrophe climatique de Lagos.
Ces trois histoires ne vont pas tarder à se rencontrer, d’une manière qui pourrait bien changer le monde.
Ce qui va les réunir ? Une lame, rien qu’une lame, qui déjà déferle et emporte tout sur son passage…
Basé sur les prospectives des plus éminents spécialistes des mouvements migratoires, La Lame vous propulse dans un thriller politique haletant où les lignes entre le réel et la fiction se brouillent jusqu’à devenir une seule et même piste.

Ce que j’en pense…

Qu’elle soit de fond ou d’acier, la lame balaye tout sur son passage. Une lame qui tranche, qui coupe, qui détruit. Une lame omniprésente avec laquelle l’auteur joue brillamment à l’infini.

Un roman d’anticipation qui n’en est pas vraiment un, puisque brûlant de réalité. 2031, c’est demain alors que cela pourrait même être aujourd’hui. Blanc bonnet, bonnet blanc.
De situation en situation, de faits en faits, Frédéric Mars te démontre A + B que le pouvoir régit notre monde et que ce n’est pas près de changer. Il te démontre l’horreur sans que cela paraisse être, un seul instant, une fiction et c’est bien le pire.
Il te parle de politique, de migrants, de trafics, d’abus en tout genre. Il te parle tout simplement de notre cher monde …

Un récit documenté à la perfection et si tu as lu Les marcheurs , tu constateras très vite que c’est clairement sa marque de fabrique.
Une intrigue poussée, complexe et réfléchie dans ses moindres détails. Des mécanismes d’horlogerie qui s’imbriquent à la perfection pour former une véritable machine infernale.

Une plume maniée comme un fleuret à la lame aiguisée, qui touche et qui transperce. Un style ultra percutant qui ne te laisse aucun répit.

Un thriller géopolitique qui ravira sans aucun doute les plus exigeants. Ce côté politique est un poil trop pour moi, mais ce n’est qu’une question de goût et de perception. Peut-être parce que, justement, trop réaliste, trop flippant, trop à l’image de ce monde qui me débecte chaque jour un peu plus.
Peut-être que parfois, je m’efforce de faire l’autruche pour ne pas voir cette peste qui se propage ? Ne pas voir l’argent et le pouvoir gangréner notre monde ? Ne pas accepter ?

Un livre qui te malmènera à coup sûr. Un livre qui te fera voir certaines réalités bien en face. Avec de bonnes grosses lunettes grossissantes, sans filtre, sans brouillage. Juste le brillant cru d’une lame…

***************************************************************************

La lame – Frédéric Mars – Editions Metropolis – 506 pages – 2019

AUTRE CHRONIQUE: Les marcheurs

*************************************************************************** 

3 commentaires sur « La lame – Frédéric Mars »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s