La cage dorée – Gouden Kooi – Camilla Läckberg

English version of what I think about it below

Extrait:

« Combien de fois seraient-elles trompées ? Verraient-elles leurs rêves brisés ? Devant elles, le long chapelet de méchancetés qu’allaient leur infliger les hommes. L’expérience d’être mise à l’écart, jugées d’après leur apparence, l’effort pour se couler dans le moule, plaire – voilà ce qui unissait les femmes de tous les âges, tous les pays et toutes les époques.
Elle eut alors la révélation. Il y avait là toute une armée. Qui n’attendait que l’occasion de passer à l’attaque. La plupart des femmes – si riches et brillantes soient-elles – ont été trahies par un homme. La plupart ont cet ex, ce salaud infidèle, ce menteur, ce traître qui leur a brisé et piétiné le cœur. Ce chef qui a promu un collègue moins qualifié et moins compétent. Toutes ont connu les remarques, les mains poisseuses à la fête de Noël de l’entreprise. La plupart des femmes sont des blessées de guerre. D’une certaine façon.
Et pourtant, elles se sont retenues. Ont pris sur elles. Fait preuve de grandeur d’âme. Montré de la compréhension, excusé.
Consolé leurs enfants quand il n’était pas là comme promis. Passé l’éponge sur ses paroles méprisantes. Continué d’inviter ses parents aux anniversaires des enfants, alors qu’ils avaient choisi leur camp lors du divorce et ne lui avaient pas épargné leurs commentaires ravis sur les fantastiques qualités de la nouvelle femme de leur fils. Car c’est ainsi que font les femmes. Elles tournent leur colère vers l’intérieur. Contre elles-mêmes. Elles n’occupent pas de place, ne réclament pas de justice. Les filles comme il faut ne se battent pas. Les filles comme il faut ne haussent pas la voix. C’est ce que les femmes doivent apprendre dès le début. Les femmes encaissent, passent l’éponge, assument, tiennent leur couple à bout de bras, ravalent leur orgueil et s’aplatissent, à la limite de la disparition. »

4ème de couverture:

Un mari parfait, une fille adorable et un appartement de luxe dans l’un des quartiers les plus chics de Stockholm, Faye semble tout avoir. Mais de sombres souvenirs de son enfance à Fjällbacka la hantent et elle se sent chaque jour un peu plus prisonnière d’une cage dorée. La femme forte et ambitieuse qu’elle était autrefois a tout abandonné pour Jack. Lorsqu’il la trahit, son univers s’effondre. Du jour au lendemain, elle se retrouve sans rien. D’abord complètement anéantie, elle décide de rendre coup pour coup et se met à échafauder une vengeance impitoyable. Retraçant le destin poignant d’une femme trompée et exploitée qui prend sa vie en main, La Cage dorée est un cocktail palpitant de trahison, de rédemption et de vengeance.

Ce que j’en pense…

Valérie et là, à côté de moi, je l’ai bâillonnée et attachée pour pouvoir prendre la parole au travers de son clavier. C’est mon récit, celui de ma vie et personne mieux que moi peut t’en parler.

J’ai obligé Camilla à laisser tomber son Erika Falck et son Patrick Hedström pour qu’elle raconte mon histoire, qu’elle pousse ce cri qui s’apparente au cri de Munch. Un cri du cœur, un cri d’horreur pour te parler de la femme soumise, de la femme qui est juste l’épouse « de », de la potiche, mais aussi de la femme martyrisée, abusée que ce soit psychologiquement ou physiquement et ceci même dans l’opulence ou surtout dans l’opulence ai-je envie de dire.
Elle s’est très vitre prise au jeu Camilla et elle s’est bien lâchée sur ce coup-là. Je n’aurai pas pensé qu’elle le fasse aussi bien d’ailleurs.

Mon mari, Jack vient tout juste de tuer notre fille Julienne. Oui tu as bien lu, il est allé jusque là, cet horrible salaud. Et même si mon histoire commence par la fin, tu comprendras comment tout a mal tourné, comment nous en sommes arrivés là et tu pourrais bien être fort surpris(e).
J’ai quitté Fjällbacka il y a quelques années déjà. J’ai laissé derrière moi, ce que j’étais, ma famille déchue et les horreurs vécues. J’ai rencontré cet homme que je croyais être mon âme sœur. Nous nous sommes mariés et avons eu une magnifique fille, Julienne. Nous avons créé ensemble une entreprise « Compare » qui s’est très vite transformée en une affaire florissante qui nous a permis de gagner des millions et de vivre comme des rois. Tout pour bien faire me diras-tu… Oui je dois avouer que j’avais de la chance. Ne pas travailler, passer mon temps à faire en sorte que la vie de mon mari soit la meilleure possible alors que lui, passait le plus clair du sien au travail et à me ressasser que c’était pour notre bien à toutes les deux. Au travers de ses paroles, il me rabaissait systématiquement. Il a même fait pire, mais je n’ai pas envie d’en parler maintenant. Il me donnait ce merveilleux rôle de potiche et reniait même ma large participation à la création de Compare…
Je lui trouvais des excuses, me disais qu’il était merveilleux, que tout redeviendrait comme avant quand il aura moins de travail. J’étais dans ma cage dorée et faisais l’autruche parce que c’était plus simple. Chris, ma meilleure amie, avait beau me dire que ce n’était pas une vie, que je devais mettre fin à cette soumission…Je ne voulais pas l’écouter.
Et puis un jour, tout a basculé. J’ai trouvé mon mari avec une collègue de travail en train de s’envoyer en l’air dans notre propre lit. Sa réaction ? Il m’a foutue dehors et laissée sur la paille au travers d’un divorce rocambolesque où j’ai tout perdu.

J’ai sombré, j’ai touché le fond mais je suis Faye et j’en ai vu d’autres, beaucoup d’autres ! Je devais me relever et surtout me venger. Trouver le moyen de le mettre à terre, lui qui m’avait détruite, trahie, trompée. Lui qui avait fait de moi une loque en Gucci. Je n’imaginais cependant pas qui il était vraiment, qu’il serait un adversaire de taille ni qu’il s’en prendrait à ma fille…

J’ai alors établi un plan machiavélique mais je ne vais pas t’en dire plus. C’est à toi de le découvrir au travers des écrits de Camilla, mon porte-parole.

Attends, bouge pas, voilà que Valérie a réussi à enlever son bâillon. Je vais voir ce qu’elle veut.

Elle a aussi quelques mots à dire. Ok, c’est une femme et elle est aussi concernée. Vais la laisser parler et lui remettrai son bâillon après:

Pour elle, c’était étrange de retrouver Camilla dans un autre contexte et qu’elle était un peu septique en démarrant ce récit mais qu’elle s’est fait embobiner sans vraiment s’en rendre compte et qu’on peut dire que tout son art est là – Une embobineuse de compètes !
Là j’avoue, je ne sais pas si elle parle de moi ou de Camilla mais peu importe.

Qu’elle a trouvé que même si par moment c’était un peu facile, que tout se passait comme ça devait, comme dans les films et bien que cette trame était bien foutue. Qu’elle s’est rapidement doutée de la finalité mais que cela n’avait pas d’importance puisque le fin mot de l’histoire est ailleurs.
Elle est gonflée quand même de dire ça parce que c’est vraiment comme ça que cela s’est passé…

Elle dit surtout que mon histoire est une histoire de femme pour les femmes.
Bon moi je pense que c’est aussi pour les hommes et qu’ils pourraient en prendre de la graine.
Que c’est une histoire de vengeance qui pourrait bien faire écho à bon nombre d’entre elles. Qu’à elle, ça lui a parlé…Que cette histoire avait résonné en elle comme une ribambelle de cloches et qu’elle aurait bien voulu…pouvoir faire pareil que moi…
Tiens j’ai trouvé une alliée…

Elle a trouvé que mon histoire était  forte, émouvante, puissante, voire bouleversante. Que ça lui a fait un peu penser à la trame de Délicieuse de Marie Neuser.
Je sais pas qui c’est, celle-là, mais ça doit être bien si ça ressemble à mon histoire.
Que ce roman était brillant et que Camilla savait vraiment raconter des histoires. Que même ou surtout en changeant de registre elle était capable de nous surprendre !

Bon assez parlé de Camilla qui n’est que mon porte-parole. Je vais lui remettre son bâillon pour qu’elle ferme son caquet !

Quant à moi, je vais reprendre ma place dans ce livre puisqu’il semble que je ne sois qu’une femme de papier mais avant de partir, garde ça en tête:
Ne sous-estime jamais une femme trahie, bafouée. Tu ne sais jamais jusqu’où elle peut aller et en tout cas, Camilla, elle, a pris sa « revenge » !

*****************************************************************************

La cage dorée – Camilla Läckberg – Editions Actes sud/Actes noirs – 343 pages – 2019

Autres chroniques:

Le dompteur de lions
La sorcière

*****************************************************************************

English version of what I think about it…

Valerie is here, next to me, I gagged and tied her up so I could speak through her keyboard. It’s my story, the story of my life and no one better than me can tell you about it.
I forced Camilla to drop her Erika Falck and Patrick Hedström to tell my story, to make her cry that is similar to Munch’s cry. A cry from the heart, a cry of horror to tell you about the submissive woman, the woman who is just the « wife of », the potty, but also the abused woman, whether psychologically or physically abused and this even in opulence or especially in opulence I want to say.

Camilla got very caught up in this game and let loose pretty good on that one. I didn’t think she would do it so well, by the way.

My husband, Jack just killed our daughter Julienne. Yes, you read it right, he went that far, that horrible bastard. And even if my story begins at the end, you will understand how everything went wrong, how we got there and you may well be very surprised.

I left Fjällbacka a few years ago. I left behind what I was, my fallen family and the horrors I experienced. I met this man I thought was my soul mate. We got married and had a beautiful daughter, Julienne. Together we created  « Compare », a company that quickly turned into a successful business that made us millions and allowed us to live like kings. Anything to do well will you tell me…. Yes, I must admit I was lucky. Not working, spending my time making my husband’s life the best it could be while he spent most of his time at work and telling me that it was for both of us. Through his words, he systematically belittled me. He’s done even worse, but I don’t want to talk about it now. He gave me this wonderful role of a potty and even denied my wide participation in the creation of Compare…
I apologized to him, told myself that he was wonderful, that everything would go back to the way it was when he had less work. I was in my golden cage and burying my head in the sand because it was easier. Chris, my best friend, may have told me that it wasn’t a life, that I had to end this submission…I didn’t want to listen to her.

And then one day, everything changed. I found my husband with a co-worker having sex in our own bed. His reaction? He kicked me out and left me out in the cold through a crazy divorce where I lost everything.
I sank, I hit rock bottom but I’m Faye and I’ve seen others, many others ! I had to get up and above all get even. Finding a way to put him down, he who had destroyed me, betrayed me, deceived me. He who had made me a Gucci wreck. However, I had no idea who he really was, that he would be a worthy opponent or that he would attack my daughter…

I then established a Machiavellian plan but I won’t tell you more. It is up to you to discover it through the writings of Camilla, my spokesperson.

Wait, don’t move, Valerie managed to remove her gag. I’ll see what she wants.
She also has a few words to say. Okay, she’s a woman and she’s also concerned. Go let her talk and then give her her gag back:

For her, it was strange to find Camilla in another context and that she was a little septic when she started this story but that she was fooled without really realizing it and that we can say that all her art is there. A competion fooler !
Now I admit, I don’t know if she’s talking about me or Camilla, but it doesn’t matter.

That she found that even if at times it was a little easy, that everything was going as it should, as in the movies and although this plot was well done. That she quickly suspected the purpose but that it didn’t matter because the end of the story is elsewhere.
She’s inflated to say that anyway because that’s really how it happened….

Above all, she says that my story is a woman’s story for women.
Well, I think it’s also for men and they could learn from it.

That it is a story of revenge that may well echo many of them. That it spoke to her… That this story had resounded in her like a string of bells and that she would have liked… to be able to do the same as me…
Here I found an ally….

She found my story to be strong, moving, powerful, even overwhelming. That it made her think a little bit of Marie Neuser’s Delicious.
I don’t know who that is, but it must be nice if it looks like my story.

That this novel was brilliant and that Camilla really knew how to tell stories. That even or especially by changing the register she was able to surprise us!

Well enough about Camilla being just my spokesperson. I’m going to give her her gag back so she can close her mouth !

As for me, I’m going to take my place in this book since it seems that I’m only a woman of paper but before leaving, keep that in mind:
Never underestimate a woman who has been betrayed, flouted. You never know how far she can go and in any case, Camilla has taken her « revenge »!

 

 

6 commentaires sur « La cage dorée – Gouden Kooi – Camilla Läckberg »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s