Vices – Episode IV – Kuyashii – Gispy Paladini

Extrait:

« Une large auréole se forme entre les jambes du garçon de gauche. La terreur se creuse sur le visage de son frère qui s’agrippe à lui hystérique.
Tandis que les kidnappeurs s’attellent à les séparer, Belshar sort un rouleau de scotch de son blouson et se hâte vers le garçon. Il lui planque le téléphone sur la joue et le lui entoure grossièrement autour de la tête.
– Dis au revoir à ton papa, lui chuchote-t-il à l’oreille.
Puis il le pousse dans le vide. »

4ème de couverture:

Une boîte de Tic-Tac. Un gamin qui tripe en plein cours. Des dessins d’ombres sans tête. Un individu surnommé Candyman. Des écailles de crocodile.
Pas facile d’assembler les pièces du puzzle quand son équipe est en phase d’éclatement : Zolan ne se remet pas de la réaction de Marie, Bia part en vrille, le commandant est tourmenté par un garçon affreusement mutilé. Vin le sent : quelque chose ne tourne pas rond à la BJV.
Les masques se fissurent.
Les démons se réveillent.
Le temps semble venu à certaines vérités d’être révélées.

Ce que j’en pense…

Gipsy revient pour la suite des aventures de la brigade des jeunes victimes avec un réalisme ultra-saisissant. Monté comme une série TV c’est encore et toujours jubilatoire.
Les chroniques précédentes, c’est par ici –> Vices épisodes 1 & 2 Vices épisode 3

Avec cet épisode, tu plongeras dans la came en tout genre et les pires. Gaffe de ne pas en laisser sur le coin de ton nez.
Quelques scènes pourraient d’ailleurs te soulever l’estomac…

Candyman distribue de la dope devant les écoles. Un jeune fait une crise alors qu’un autre est déjà passé par la case suicide. L’équipe planche sur ce vilain réseau et fera de bien drôles découvertes.

On retrouve, bien sûr, tous les personnages auxquels nous nous sommes clairement attachés. Sophie toujours jalouse de Marie. Une Marie qui perd de plus en plus pied, qui se bat avec ses fantômes. Un Zolan qui, lui, ne sait plus sur quel pied danser.
Cet épisode sera l’heure des révélations pour tous et tu n’es pas prêt à tout entendre !

Gipsy nous livre là, un épisode plus percutant que le précédent. J’ai retrouvé son punch et sa capacité à nous offrir quelque chose de très très noir. Un épisode humainement fort et difficile. Un récit qui se veut aussi dénonciateur d’un système, d’une politique, d’erreurs.

Un épisode qui t’offre des tranches de vie, des tranches de survie…

Gipsy étale une vraie misère, une vraie problématique. Elle la décortique, la met à jour et c’est moche en pleine lumière.

Vices, ce n’est pas tant l’enquête qui importe vraiment même si elle est rudement bien torchée. C’est le fond, le principe. Le sens profond du tout. C’est cette vie de tous les jours d’une brigade, leurs victoires, leurs désillusions, leurs peurs, leurs haines… (qui me fait d’ailleurs toujours penser au film  « Polisse » de Maïwenn.)

Mais quoi qu’il en soit, tu seras, sans doute, surpris de la tournure des événements et tu feras face à une fin glaçante qui te donnera l’envie de continuer, de savoir, de comprendre…et c’est énervant…

Tu l’auras compris, je te le recommande, encore et toujours 🙂

********************************************************************

Vices épisode IV – Gipsy Paladini – auto-édition – 235 pages – 2019

Autres chroniques: 
Sang pour sang
J’entends le bruit des ailes qui tombent

********************************************************************

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s