Blood Orange – Harriet Tyce

English version of what I think about it below

Extrait:

« Agenouillée sur le canapé, tu noues la corde à la bibliothèque située derrière toi. Le filet de fumée remonte, t’effleure le visage, te pique les yeux.
Tu poses ta clope dans le cendrier.
Ensuite tu entoures la corde d’un foulard en soie, pour atténuer la rugosité, et tu tires dessus, une fois, deux fois, pour vérifier que ça tienne bien. Tu as déjà effectué ce rituel auparavant. Tu as tout vérifié. Tu as tout mesuré, calibré à la perfection. Pas question d’aller trop loin. Une petite mort, rien de plus.
Et la touche finale, l’orange que tu as disposé sur une assiette. Tu prends le couteau bien aiguisé, avec un manche en bois et une lame d’acier moucheté, et tu l’enfonces dans le fruit. Un demi, un quart, un huitième. La pelure de l’orange, la peau blanche, la chair saignante, rouge; une vraie palette de coucher de soleil. »

4ème de couverture:

Je sais que c’est mal. Mais je ne peux pas m’en empêcher.
Alison Wood est avocate pénaliste. À mesure que sa carrière décolle, sa vie familiale se dégrade : elle passe ses journées à plaider et ses soirées dans les bars pour décompresser. Patrick, un collègue avec qui elle entretient une liaison toxique, souffle le chaud et le froid et l’humilie tout autant qu’il se sert d’elle. Pourtant, Alison n’arrive pas à décrocher.
Quand Patrick lui confie sa première affaire de meurtre, elle se plonge dans l’histoire de sa cliente, Madeleine, qui a poignardé son conjoint d’une quinzaine de coups de couteau. Au fil de leurs entretiens, Madeleine se livre : son mari diluait la pilule contraceptive dans son thé, examinait toutes ses dépenses, prenait toutes les décisions…
Petit à petit, leurs deux vies se font écho. Qui contrôle qui ? Et si, avant de défendre les autres, Alison commençait par se défendre elle-même ?

Ce que j’en pense…

Alison est une avocate un peu paumée. Elle boit, elle a un amant, gère mal sa vie de femme-avocate-mère. Son mari, Carl, est psychologue. Il a perdu son job et c’est elle qui fait bouillir la marmite. L’ambiance à la maison n’est pas, tu l’imagines bien, au beau fixe.

Alors que, justement, son couple bat de l’aile, son cabinet lui offre sa première affaire de meurtre: Madeleine, une femme de bonne famille qui a tué son mari de 15 coups de couteau. Coupable ou non ? C’est à Alison de le déterminer et de trouver la bonne stratégie de défense. Elle ira de surprise en surprise et cette affaire fera très vite écho à sa propre vie.

L’auteure est elle-même avocate et nous immerge dans ce monde des tribunaux, un peu à la manière de Grisham. C’est très agréable.

Une lecture facile, tout public. Pas de sang, pas de détails gore, très léger.
Une pointe d’humour qui ne gâche rien.
Une bonne plume. Des chapitres bien montés qui donnent une bonne fluidité au récit.
Une Alison mitonnée à la sauce Bridget Jones avec son côté éléphant dans un magasin de porcelaine. Sa vie, ses affres, son mari, sa fille et son amant. On s’y attache c’est indéniable même si elle est un poil trop tarte à mon goût. On devient clairement spectateur de sa vie et c’est très bien géré.

Une vision de la petite famille bien sous tout rapport fort intéressante. On ne sait jamais ce qu’il se passe derrière les portes une fois qu’elles sont fermées…

C’est sympa, ça se lit tout seul, mais mon avis reste, malgré tout, mitigé. J’y ai trouvé un côté lourd avec ces « Nous sommes parents, nous devons être ensemble et patati et patata ». Une Mathilda en fille très infantilisée. L’auteure aurait dû lui donner 3-4 ans plutôt que 6-7 (d’ailleurs par moment c’est 7 et à d’autres c’est 6…On ne sait pas trop bien). Ca aurait été plus réaliste.
Un peu trop de clichés à mon goût… 😕

Cependant, je ne peux que l’avouer, la fin est bien réussie. Même si je l’ai vue venir, elle est bien foutue.

Je ne tire pas du tout une croix sur cette auteure que je relirai, sans doute, avec plaisir mais à voir ce qu’elle pourrait nous concocter à l’avenir.

Quoi qu’il en soit, ton avis restera, comme toujours, le meilleur 🙂

******************************************************************************

Blood Orange – Harriet Tyce – Editions Robert Laffont / la bête noire – 400 pages – 2019

******************************************************************************

English version of what I think about Blood Orange…

Alison is a confused lawyer. She drinks, has a lover, mismanages her life as a female lawyer-mother. Her husband, Carl, is a psychologist. He lost his job and she’s the one who’s boiling the pot.
The atmosphere at home is not, as you can imagine, beautiful.

While her couple is struggling, her firm is offering her her first murder case: Madeleine, a woman from a good family who killed her husband with 15 stab wounds. Guilty or not? It’s up to Alison to determine it and find the right defense strategy. She will go from surprise to surprise and this affair will very quickly echo her own life.

The author is herself a lawyer and immerses us in this world of courts, a little like Grisham. It’s very pleasant.

An easy reading, for all audiences. No blood, no gore details, very light.
A touch of humour that doesn’t spoil anything.
A good feather. Well-crafted chapters that give the story a good flow.
An Alison in Bridget Jones sauce with her elephant side in a porcelain store. Her life, her torments, her husband, her daughter and her lover. We get attached to her, it’s undeniable even if she is a little too piey for my taste. You become a clear spectator of her life and it is very well managed.

A vision of the small family well in every interesting respect. You never know what happens behind the doors once they are closed…

It’s nice, it reads itself, but my opinion remains, despite everything, mixed. I found a heavy side with these « We are parents, we must be together and so on… » A Mathilda as a very infantilized girl. The author should have given her 3-4 years instead of 6-7 (besides, at times she is 7 and at other times 6… We don’t know too well). It would have been more realistic.

A little too many stereotypes for my taste… 😕

However, I can only admit it, the ending is very successful. Even though I saw it coming, it’s a good one.

I do not draw a cross on this author at all, which I will probably read again with pleasure, but to see what she could concoct for us in the future.

Anyway, your opinion will remain, as always, the best 🙂

 

 

3 commentaires sur « Blood Orange – Harriet Tyce »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s