L’île au ciel noir -Lara Dearman

Extrait:

« La porte du cottage était entrebâillée. L’obscurité qui régnait à l’intérieur semblait éclabousser le jour. C’était idiot, l’obscurité ne faisait pas ce genre de chose – elle ne voyageait pas, pas comme la lumière. C’était l’ombre du magnolia, voilà tout. Ca et là, des pétales rose vif tombés dans l’allée flamboyaient au soleil, leurs bords recourbés, brunis. Il en ramassa un.
Il monta les marches sur la pointe des pieds et posa la main sur la porte. La surface laquée rouge était toute chaude. Il suivit une fissure du bout du doigt, sentit la menace d’une écharde, arracha une écaille de peinture. Il retint son souffle. Ecouta. Il y avait quelque chose qui clochait. A ses oreilles, l’air était aussi épais que de l’eau ; on aurait dit qu’il avait avalé tous les bruits. Il ressentit une douleur dans le ventre, familière. Cela le prenait toujours quand il était inquiet. »

4ème de couverture:

Bienvenue sur la minuscule île de Sercq, surnommée l’île de ciel noir « .
Pas de voitures sur les routes, seulement des calèches et des vélos. Pas de lumière la nuit, seulement les étoiles dans un ciel parfaitement noir. Ce petit bout de terre, situé à quelques kilomètres à l’est de Guernesey, c’est l’île de Sercq. Population : quatre cent cinquante habitants.
Quand des ossements humains y sont découverts et qu’un vieil homme est brutalement assassiné chez lui, l’inspecteur-chef Gilbert est appelé de Guernesey pour se charger de l’affaire – suivie de près par la journaliste Jennifer Dorey, qui vient recueillir les réactions des îliens pour son journal. Entre superstitions, histoires de fantômes et de diable, Michael et Jenny vont découvrir que ce havre de paix et de sérénité cache en son coeur de bien sombres secrets..

Ce que j’en pense…

J’avais beaucoup aimé son précédent livre: La griffe du diable. Il était donc évident pour moi de m’attaquer à ce petit nouveau qui en est la suite directe.
D’ailleurs, pour ma part, il est impératif d’avoir lu ce premier avant d’attaquer celui-là. Ce ne sont pas seulement les personnages qui reviennent mais des liens directs. Tu ne comprendrais de loin pas tout, si tu ne l’as pas lu.
Ce que d’ailleurs je déplore mais ça…ça ne tient qu’à moi !

J’ai retrouvé, avec plaisir, les personnages de Michael et Jenny et bien sûr cette fameuse île de Guernesey. Plus encore puisque, cette fois-ci, l’auteure nous emmène dans une petite île juste à côté: l’île de Sercq, l’île au ciel noir. Un lieu tout particulier où le progrès semble n’avoir jamais réussi à l’accoster. Un lieu où même les voitures n’ont pas leur place. Un lieu, bien sûr, où les gens vivent entre eux, se connaissent tous et où les fantômes hantent tous les placards…

Une intrigue bien menée qui donne, cette fois, toutes les clés, qui fait la lumière, sur ce qui était resté obscur dans le premier volet. L’atmosphère est toujours prenante, étouffante comme une sorte de huis-clos en pleine mer mais j’avoue y avoir trouvé trop de similitudes avec le premier. Un côté réchauffé dans cette suite qui ne m’a pas autant happée. Il y a, certes, une nouvelle intrigue que j’ai, en ce qui me concerne, trouvée assez moyenne 🤔et qui n’a clairement pas suffit à m’emballer.

Je ne vais donc pas m’étaler plus longuement. Une lecture sympa mais sans plus.

Ton avis reste bien entendu le meilleur 🙂

 

L’île au ciel noir – Lara Dearman – Editions Robert Laffont/La Bête noire – 400 pages – 2018

Un commentaire sur « L’île au ciel noir -Lara Dearman »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s