Dura Lex – Bruce DeSilva

Extrait:

« J’attire votre attention à tous sur une chose, lança-t-il aux fêtards. Le code pénal de Rhodes Island n’a pas été mis à jours depuis des dizaines d’années. A l’époque où il a été rédigé, personne n’avait prévu l’existence d’un enfant aussi pervers et dangereux que Kwame Diggs. La loi prévoit donc que les délinquants juvéniles, quels que soient leurs crimes, soient remis en liberté pour prendre un nouveau départ à l’âge de vingt et un ans. L’attorney général va demander à la législature de récrire la loi pour que cela ne se produise plus. Mais ça n’aura pas d’effet rétroactif. Dans six ans, ce salaud sortira de prison et recommencera à tuer. »

4ème de couverture:

A la fin des années 1980, Kwame Diggs, le plus jeune tueur en série de l’histoire, a sauvagement assassiné deux femmes et trois petites filles avec des couteaux de cuisine avant même d’être en âge de conduire. Lors de son arrestation, il y a dix-huit ans, le Code pénal de Rhode Island prévoyait que tout délinquant juvénile, quel que soit son crime, soit libéré à vingt et un ans. Il devrait donc être sorti de prison depuis des années mais il est toujours derrière les barreaux, à cause de condamnations supplémentaires pour possession de drogue et agression de deux gardiens. Le fait que ces accusations soient montées de toutes pièces est un secret de Polichinelle, mais ça ne gêne personne, et surtout pas Mulligan, qui avait enquêté pour le Dispatch à l’époque des faits et qui redoute d’autres meurtres si le tueur est remis en liberté. La direction du journal, en revanche, n’est pas du même avis : si l’administration n’est pas inquiétée pour ce coup monté contre un tueur, elle pourra se permettre le même type d’agissements avec n’importe qui. Peut-on prendre des libertés avec la loi au nom de la sécurité ? C’est autour de ce dilemme éthique que le journal, et l’opinion, se déchirent. Mulligan, de son côté, reprend ses investigations et se lance dans une course contre la montre pour maintenir le criminel en détention. Parce que si le meurtrier est relâché, partisans du droit et défenseurs de l’éthique risquent de se retrouver dans le même camp : celui des proies.

Ce que j’en pense…

Un véritable monstre de…15 ans est arrêté et jugé.
Il a commis son premier double meurtre à l’âge de 13 ans…
Le hic ? Un mineur, même dans ce cas-là, est considéré comme un mineur et ne peut excéder une peine au-delà de ses 18 ans. Cinq meurtres sordides et il sera dehors dans six ans à peine.
Comment ne pas résister à lui mettre sur le dos d’autres actes, même inventés, pour s’assurer qu’il reste enfermé ?

J’ai le souvenir d’un cas de ce type près de chez moi. Une bande jeune avait sauvagement assassiné et torturé un homme. L’une d’entre eux n’avait pu être véritablement condamnée puisqu’elle n’avait que 17 ans au moment des faits. Tout ça pour dire qu’avec ce livre, nous ne sommes clairement pas dans la fiction mais bel et bien dans une terrifiante réalité.

L’auteur touche là, un sujet terriblement épineux qui ferait sans doute parler des heures durant et donnerait, peut-être, des avis partagés.

Est-ce qu’un ado qui commet des crimes atroces peut être considéré comme sans danger et être relâché à sa majorité ? Comment faire quand les lois ne sont pas adaptées aux pires des cas ? Peut-on condamner ceux qui ont fait en sorte de créer de fausses accusations uniquement dans le but qu’il ne sorte pas de prison ? Ou s’arrête la liberté de chacun ? Où s’arrêtent les droits civiques ?

Eric Kessler, un monstre qui est allé jusqu’à manger ses victimes a, en parallèle, purgé sa peine et est relâché. Les spécialistes pensent qu’avec son grand âge il ne pourra pas récidiver. Est-ce que la différence d’âge entre ces deux tueurs change quelque chose ? Eric est blanc, Kwane est noir, est ce que cela a aussi un impact ?

L’auteur nous pose brillamment cette problématique. Son récit est intelligent, sans violence gratuite ou étalement gore à tout va. Juste ce qu’il faut pour être réaliste. D’ailleurs j’ai éprouvé la sensation de lire une histoire vraie plutôt qu’une fiction.

Un livre qui met clairement en exergue la problématique de la récidive…
Combien de victimes l’ont été par un criminel récidivant ?

Tu l’auras compris, ce livre est vraiment une lecture très intéressante et perturbante.
Je te le recommande 🙂

 

Dura Lex- Bruce DeSilva – Editions Actes noirs – 448 pages – 2018

Publicités

3 commentaires sur « Dura Lex – Bruce DeSilva »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s