Le sphinx du laurier rose – Edith Habersaat

Extrait:

« Durcissement du ton, des mots acérés qui suintent d’exaspération et de perversité, affolement de la femme, coincement, impression d’être semblable à cette phalène engluée dans une toile d’araignée et qu’elle avait tenté de libérer : vainement. Prémonition ou dérive d’un imaginaire soudain en folie ?
Pourtant, peu après avoir reçu ce dernier message d’intimidation, elle s’est décidée, en dépit de ses craintes et de ses hésitations, à repérer le dit bistrot, situé au centre d’un quartier défavorisé, celui même où Martin, alors collégien, se rendait fréquemment – absences à certains cours aidant ! – afin d’y rejoindre une bande de jeunes désoeuvrés et dont le meneur se prénommait Ahmed, elle se le rappelle. »

4ème de couverture:

Sophia Cambertat, née Chaumont, la quarantaine au moment des faits, mère de Martin et de Boris, épouse d’Edgar, le propriétaire d’une revue scientifique, a trouvé dans son courrier du jour une lettre anonyme la menaçant de représailles si elle ne s’acquittait pas d’une certaine somme en échange d’un instantané où elle figure, enlacée par un inconnu…

Ce que j’en pense…

Une auteure que je ne connaissais pas du tout et que j’ai, donc, découvert au travers de cette petite bête qui m’a forcément fait penser au « silence des agneaux » même si ce n’est pas tout à fait la même espèce…c’est dire si le traumatisme est grand 😜

Qualifié de thriller, je dirai qu’il s’agit plus d’un roman noir. Une de ces histoires de vie chamboulée par des événements. Une lettre de chantage et tout bascule. Le truc classique quoi ! La belle famille sans peur et sans reproche vole en éclat et quand on creuse, même dans les meilleurs familles, il y a des choses pas toujours très nettes qui remontent à la surface.
Comme le sphinx, un papillon très beau sur le dessus et très folichon par dessous.

Un style très particulier que j’ai trouvé un peu décousu. Des personnages richement décrits qui nous emmènent dans toute sorte de sentiments. Des Monsieur et Madame tout le monde qui font de ce récit une histoire qui pourrait être celle de beaucoup. Couple, adultère, non-dit et tout le toutim qui va avec.

Une lecture plaisante, assez lente mais pas moins intéressante.

A découvrir !

Le sphinx du laurier rose – Edith Habersaat – Editions Slatkine – 155 pages – 2018

 

 

Publicités

Un commentaire sur « Le sphinx du laurier rose – Edith Habersaat »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s