Une maison jaune – Abigail Seran

Extrait :

-Jaune. En voilà une idée ridicule. Vous me peindrez cette maison en blanc. 
Je tournai, incrédule, mon visage vers ma mère. Je voulus rappeler à mon père que, contrairement à ce qu’il venait d’asséner, il lui avait promis qu’elle pourrait en choisir la couleur. Elle dut pressentir ma réaction, attrapa ma main, la serra au point que mes phalanges furent douloureuses. Ses yeux baissés m’imposèrent le silence. Il remonta dans la Pic-Pic et démarra sans même un regard. Cette futilité réglée, il pouvait retourner à des affaires sérieuses. Nous rentrerions donc à pied, malgré le vent, malgré le froid. Les deux kilomètres qui séparaient la nouvelle demeure de l’ancienne furent parcourus sans un mot. Léopold, mon jeune frère, sautillait de flaque en flaque. Ma mère n’avait pas relevé les yeux et ne lui en fit même pas le reproche. La remarque qui me brûlait les lèvres depuis la sentence paternelle fut balayée par une bourrasque, comme toutes ces questions que j’aurais tant voulu poser. « Léonie Grandvieille, ce n’est pas le rôle d’une jeune fille de s’interroger. » Dans le silence gelé, cette phrase si souvent répétée claqua une fois encore.

4 ème de couverture :

Un jour, Charlotte découvre dans la maison de maître où elle a récemment emménagé avec sa mère des petits papiers écrits bien des années auparavant. Curieuse, elle décide de remonter la trace de ces mots. Il s’avère qu’entre ces murs, deux autres adolescentes ont vécu avant elle : Léonie, issue d’une famille de notables de l’entre-deux-guerres et Pia, émigrée italienne dans les années cinquante.

Chacune d’entre elles fera un bout de chemin dans cette maison qui aurait dû être jaune avec des destins bien différents. Pia, Charlotte et Léonie, trois univers entrelacés à ce moment de la vie si particulier qu’est le passage à l’âge adulte.

D’une écriture pleine de justesse et de retenue, l’auteure nous fait traverser le vingtième siècle, au gré des doutes, des espoirs et des certitudes de ses héroïnes. Une histoire au suspense savamment tissé qui pourrait bien dévoiler que cette demeure n’est pas le seul point commun de ces jeunes filles.

Ce qu’Elisa en pense…

« Elle aurait dû être jaune »

Un début un peu flou mais qui s’éclaircit après quelques pages.

C’est un livre qui se passe à des époques différentes. On ne se perd pas car les dates nous sont bien indiquées. J’ai trouvé vraiment intéressant de voir ces filles évoluer dans leur milieu et j’ai adoré naviguer entre ces trois époques.

Dès le début, je voulais absolument savoir ce qui unissait ces trois femmes.

La plume délicate de l’auteure m’a beaucoup plu. Ses descriptions si subtiles et ses mots doux. J’ai trouvé que ce roman avait un côté reposant et chaleureux.

J’ai adoré la façon dont Abigail Seran nous fait rentrer dans l’intimité de ces jeunes filles. Je me suis sentie proches d’elles et je me suis beaucoup attachée à Léonie, Pia et Charlotte.

Le fait de suivre l’histoire de cette maison m’a totalement captivée. J’ai trouvé que ce roman laissait particulièrement place à l’imagination.

La fin m’a particulièrement touchée.

Après avoir lu ce livre, je pense que je vais commencer à croire au destin. 🙂

C’est un très beau roman et je vais certainement m’en rappeler. Le voilà, d’ailleurs, dans ma liste de coup de cœur.

 

Une maison jaune – Abigail Seran – Editions Plaisir de lire – 310 pages – 2015

 

 

Publicités

3 commentaires sur « Une maison jaune – Abigail Seran »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s