Le gang des rêves – Luca Di Fulvio

Extrait:

« La première chose que j’ai vue en arrivant en bateau de Hambourg, c’est la Statue de la Liberté, racontait toujours son père dans ses élucubrations d’ivrogne. C’était le soir et on ne voyait rien de la ville. Mais la silhouette de cette statue, cette escroquerie, se détachait sur le ciel. C’est la première chose que j’ai vue, et je n’ai pas compris que c’était une foutue torche qu’elle tenait à la main: j’ai cru qu’elle montrait une liasse de billets ! J’ai cru que c’était mon fric, le fric que je voulais gagner dans le Nouveau Monde, l’unique raison pour laquelle j’avais quitté ma mère et mon père, pour ne pas devoir être poissonnier comme lui et ne pas avoir les mains toujours pleines d’écailles de poisson. Et non seulement je n’ai trouvé ni fric ni liberté dans cette ville merdique, mais je me suis retrouvé les mains pleines d’écailles de poisson, et à chaque fois que je lève les yeux, au marché, je vois cette connasse de statue qui est là-bas et se fout de ma gueule. Avec sa torche, elle a brûlé tous mes rêves ! »

4ème de couverture:

New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de « rêve américain ». C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandi entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L’espoir d’une nouvelle existence s’esquisse lorsqu’il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l’amour ?

Ce que j’en pense…

Voilà bien longtemps que je voulais m’attaquer à ce que beaucoup décrivent comme un chef d’œuvre.
D’autant plus que j’avais eu le grand plaisir de rencontrer l’auteur lors d’une soirée il y a un peu moins de deux ans. J’avais longuement discuté avec lui et je peux te dire qu’il est ultra sympa et franchement génial ! Moi en anglais, lui en italien, ça payait !

Alors ? Malgré toutes ces bonnes raisons, pourquoi ne pas avoir attaqué de suite ce livre, me diras-tu ?  Je ne sais pas trop en fait 🤔 J’avais un peu peur que ce soit « longuet » avec des descriptifs interminables. Et faut dire que c’est tout de même un pavé de 720 pages. Cela ne m’a jamais fait peur mais là, j’étais septique ! Ouais je sais, c’est pas une raison…
Et pis voilà…Quelques jours de congé. Un troisième à peine sortit. La venue prochaine de Luca à Morges. Il était vraiment grand temps que je m’y attaque.

Verdict ?

Purée la vache !
Putain de bordel le bouquin ! (Ouais… Je jure 🤐, c’est pas bien mais parfois indispensable !)

Je vais pas m’étaler.
Il n’y a rien de ce livre que je puisse te dire qui n’a pas déjà été dit mais quoi qu’il en soit, ce livre a été pour moi un pur bonheur, une bouffée d’air frais (Même si pourtant, c’est plutôt l’air vicié d’un New York pas folichon…)
Une histoire qui te happe dès le premier mot et ne te lâche plus jusqu’à la dernière ligne. Un truc comme ces grands films du cinéma. Une fresque gigantesque comme peut l’être « le Parrain », « les Incorruptibles » ou  » The Immigrant ».
Faut dire que comme Christmas, le Luca, il sait raconter des histoires.

Une plume majestueuse. Il n’y a d’ailleurs aucun mot qui puisse en être à la hauteur.

La trame est certes un peu hollywoodienne mais ça passe crème et ça a même réussi à faire fondre mon cœur pourtant bien noir 😜 mais chut faut pas le dire !

« Le gang des rêves » est un livre qui ne se décrit pas mais qui se lit, en forme jouissive totale !

Alors je vais me taire…
Te laisser le découvrir si ce n’est pas déjà fait…
C’est beau, c’est splendide, c’est majestueux, c’est Noël à chaque page 😉

 

Le gang des rêves – Luca Di Fulvio – Editions Slatkine & Cie – 720 pages – 2016

Et pour la bonne nouvelle:
Les droits audiovisuels du Gang des rêves viennent d’être acquis par les producteurs Romain Le Grand, connu pour Les Choristes (2004) ou encore Jacquou le Croquant (2007) et Fabio Conversi qui a participé à L’affranchie (2016) et à L’attente (2015).

La série sera adaptée du roman le Gang des Rêves, paru aux éditions Slatkine et Cie, qui met en scène une bande d’adolescents dans le New York des années 20. A ce jour, le roman s’est vendu à plus de 20.000 exemplaires en grand format et près de 140.000 dans la version poche chez Pocket. En Italie, Mondadori l’avait vendu à plus de 100.000 exemplaires et en Allemagne, l’auteur était devenu une super star avec 1,4 millions de livres vendus par l’éditeur Bastei Lübbe.

(Source: AL ActuaLitté )

Publicités

10 commentaires sur « Le gang des rêves – Luca Di Fulvio »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s