Je suis un guépard – Philippe Hauret

Extrait:

Il avançait à son rythme, tranquille, toujours dans un esprit de dissidence. Ceci dit, au fond de lui, Lino savait bien qu’il était comme les autres, marqué au fer, menotté à  vie, un esclave autonome. Le système s’était imposé, la crainte du changement et la peur du chômage s’étaient chargées de modeler tous ces êtres à la convenance du marché. Eléments interchangeables d’un rouage qui leur échappait même si on leur avait fait croire qu’ils concouraient à la bonne marche de la société. Ils avaient pleinement conscience de la médiocrité de leur vie, se doutaient qu’ils pourraient disparaître du jour au lendemain sans que personne ne s’en émeuve, mais pas le choix, il fallait continuer, car au moindre écart, la bête risquait de les avaler. Une absence prolongée, un retard de paiement et le frigo se vidait, la lumière se coupait, le logement sautait.

4ème de couverture:

Le jour, Lino, employé anonyme d’une grosse boîte, trime sans passion au 37e étage d’une tour parisienne. La nuit, dans son studio miteux, il cogite, désespère, noircit des pages blanches et se rêve écrivain… Un peu plus loin, Jessica arpente les rues, fait la manche et lutte chaque jour pour survivre. Deux âmes perdues qui ne vont pas tarder à se télescoper et tenter de s’apprivoiser, entre désir, scrupule, débrouille et désillusion… Jusqu’au jour où Jessica fait la connaissance de Melvin, un jeune et riche businessman qui s’ennuie ferme au bras de la somptueuse Charlène. Deux univers vont alors s’entremêler pour le meilleur et surtout pour le pire…

Ce que Diane en pense…

Une critique envers notre monde actuel, un écart entre les classes sociales. Ce livre regorge de point-de-vues qui diffèrent selon les personnages. C’est une collision de mentalités construite au fil d’une intrigue que j’ai personnellement trouvée légèrement vague. C’est un bouquin qui nous amène à réfléchir au sujet de notre constitution grâce aux idéologies bien distinguées des personnalités qu’il est possible de découvrir au cour de ses pages.

L’auteur ne s’attarde pas sur les descriptions : il va droit au but. C’est un point positif pour ceux qui n’apprécient pas les représentations interminables du décor. Des rencontres qui se croisent et qui chamboulent l’univers de chacun. Une fin tumultueuse à laquelle on s’attend car elle colle parfaitement au caractère des personnages.

En définitive, c’est un livre dénonciateur qui mélange hantise envers les réglementations, lassitude, rébellion et les échos du passés qui dictent parfois nos actions.

Une jolie découverte mais pour moi, pas inoubliable. A vous d’en jugez !

 

Je suis un guépard – Philippe Hauret – Editions Jigal – 216 pages – 2018

 

Publicités

Un commentaire sur « Je suis un guépard – Philippe Hauret »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s