Maudite – D. Zott

Extrait:

Trente-quatrième minute.
La télé hurle: « Marseille à l’attaque…Balbuena déborde sur l’aile droite…son centre trouve Signac au point de penalty…tête décroisée…la balle file vers la lucarne et… »
Tony s’éjecte du divan.
« Poteau ! »
Le cri me soulève le cœur, souffle coupé. Les jumeaux sursautent.
« MAIS Y A MAIN, MERDE ! Y A PENALTY ! »
Le vélodrome tousse.
« EH L’ARBITRE ! ENCULEEEEE ! »
Tony boxe le mur qui résonne sous ses coups de poing. Je voudrais être une huître ou un escargot.
Une minute plus tard, j’ai envie de pisser. Ma vessie gonflée, aussi grosse qu’un pamplemousse. Et les jumeaux qui tapent dessus. Maquerait plus que ça…
J’ai peur de ne pas me contenir. Tony me fera lécher le sol si je me retiens pas.
Uriner dans une casserole ou dans un bol ?
Et s’il me surprend ?
Je l’entends déjà gueuler: T’as pas honte, salope ? T’es une femme ou une chienne ?

4ème de couverture:

Marseille. En face du stade Vélodrome, le dixième étage des Mimosas est en flammes. C’est l’appartement de Tony Beretta, petit dealer mais légende parmi les supporters ultras de l’Ohème. Une jeune femme, blessée, parvient à s’échapper du brasier. Luce, seize ans, une gueule d’ange, enceinte jusqu’aux yeux, n’est pas partie les mains vides : elle s’est enfuie avec l’argent et la drogue de Tony.

Et l’argent et la drogue, ça attire du monde. Canari, le flic pourri de la BAC. Les hommes de main de Tony. Ceux du Libyen, jeune caïd qui a pour ambition de renverser les anciens, tel le vieux Topin. Et même Yasmina, l’infirmière trop belle pour être innocente, qui veille sur Luce et ses jumeaux. Impossible, pour Luce, d’espérer se sortir seule de ce piège qu’est devenue sa ville.

Mais à qui faire confiance, et comment survivre et protéger ses bébés, quand sa propre mère dit d’elle qu’elle est maudite, et que son ange protecteur pourrait bien s’avérer être un démon ? Pour trouver la lumière, Luce n’aura d’autre choix que de faire face à ses pires cauchemars.

Ce que j’en pense…

Welcome to Pourriland !

Y en a pas un pour remonter l’autre dans ce récit très brutal, très fort, très noir. Des victimes à la police, en passant par les dealers ou autres truands, ils sont tous pourris jusqu’à la moelle mais à différents niveaux.

Des phrases courtes, un style brut de coffrage. Dope, viol, baston à tour de bras, perversion, corruption, tout y est !

Maudite, c’est clairement pas une balade de santé mais plutôt un truc qui va te déranger…vraiment te déranger…Y a des scènes qui sont franchement horrible, avec cette forme de réalisme ahurissante !

Et pourtant, c’est une histoire qui sommes toutes se construit autour d’un fait divers. Qui démontre que justement, un « simple » fait divers peut conduire à quelque chose de profondément sordide.

Des personnages hauts en couleur mais j’avoue que celui que j’ai préféré, c’est Tony le supporter extrême de l’OM. Tu te dis que c’est juste pas possible des mecs comme ça et pourtant… Créé de manière absolument géniale, il apporte, à sa manière, une touche d’humour dans ce monde de brutes !!!

Et puis il y a Luce…16 ans, enceinte de jumeaux. Un de ces personnages que tu ne sais plus très bien si tu veux les gifler ou les prendre dans tes bras.
Des récits terrifiants à la première personne. Une héroïne qui vit un enfer mais qui malgré tout, fait vivre un enfer aux autres aussi.

Aucun vrai gentil, aucun faux semblant. Très réaliste d’un monde vraiment pourri…

Un livre à découvrir !

maudite.jpg

Maudite – Denis Zott – Editions Hugo Thriller – 352 pages – 2018

 

 

Publicités

Un commentaire sur « Maudite – D. Zott »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s