Les marcheurs – F. Mars

Extrait:

Les deux collègues eurent juste le temps de se coller à la vitre pour assister à la scène. Un homme seul, jeune, plutôt costaud, cherchait à se frayer un chemin dans la cohue. Manifestement, il voulait accéder au poste de contrôle et entrer dans le bâtiment officiel. Mais les protestataires ne l’entendaient pas de cette oreille et tentaient de le retenir, Peut-être le prenaient-ils pour un policier en civil, ou un personnel administratif. Dans tous les cas, quelqu’un qui tombait à point pour cristalliser ou décharger leur colère.
Il hurlait à tout rompre:
– Laissez-moi passer ! Il faut que j’entre ici ! Arrêtez !
Très vite le cordon de badauds le ceintura, si bien qu’il ne put plus faire un pas devant l’autre. L’étau humain le figeait sur place. Ses tentatives pour se débattre étaient immédiatement réprimées par des coups portés à l’aveugle, çà et là.
– Vous ne comprenez pas ce qui se passe !
– Lâchez-le, putain ! Vous allez tous sauter !
Sam avait ouvert la fenêtre et vociférait autant qu’il le pouvait dans leur direction. Sa voix ne réussit pas à percer le grondement épais qui enveloppait maintenant la foule.
Il savait pertinemment qu’il était déjà trop tard mais il ne supportait pas l’idée de rester spectateur du drame. Preuve que, dans certains cas, quelques mètres à peine suffisaient à vous réduire à l’impuissance.
– Noooon !
Son cri s’était étiré sur une seconde interminable.
Le souffle brisa les carreaux des deux premiers niveaux. A leur hauteur, il se contenta de rabattre le vantail avec violence et de repousser les deux policiers à l’intérieur de la pièce. Plaqués au sol, comme deux poupées de chiffon.
Sur le coup, aucun des deux n’osa parler, ni regarder au dehors pour constater l’ampleur des dégâts.
Marcher. Simplement cesser de marcher. Cela les avait tous tués.

4ème de couverture:

9 septembre, Manhattan. Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. À peine s’est-il arrêté sur le quai de la station qu’il explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les mises en marche et explosions de ce genre se multiplient à une allure folle. Sam Pollack et Liz McGeary, les deux agents chargés de l’enquête, doivent admettre qu’ils sont confrontés à une attaque terroriste d’une envergure inouïe. Une attaque non revendiquée et d’autant plus difficile à contrer qu’elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d’eux les agents de ce scénario apocalyptique. Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent ces fameuses enveloppes kraft et se mettent à marcher. S’ils s’arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu’ils soient, quels que soient leur âge, leur sexe et leur couleur de peau. La cavale sans fin de ceux qu’on appelle les marcheurs de la mort ne fait que commencer.

Ce que j’en pense…

Je te dis de suite, c’est un des livres qui m’a le plus percutée depuis fort longtemps…

Une histoire construite sur les débris encore fumant du 11 septembre, 11 après, fallait oser et Frédéric Mars l’a fait avec brio !
Je sais pas toi, mais moi, suis pas trop fan de ce genre de récit un poil trop politique mais aussi parce que le terrorisme, je préfère faire l’autruche que de le regarder en face…c’est pas bien mais ça me fout trop les boules. Et pourtant, ce livre- là, je ne peux qu’avouer avoir pris un pied d’enfer à le lire…

Un sujet sensible pour moi, comme pour toi sans doute.
Le 11 septembre 2001, je vivais aux Etats Unis et pas facile de replonger dans cette période d’horreur, ces jours où j’ai assisté des personnes qui tentaient de joindre les membres de leur famille, ces jours où j’ai pleuré avec eux…Ces jours où je portais la vie alors que des milliers mouraient…

Un thriller puissant, complexe, aux ramifications multiples relatant à la perfection tout ce que peut impliquer une vague de terrorisme vu de l’intérieur. NSA, Homeland Security, FBI, NYPD, tous se retrouvent sur le pied de guerre, sur le pont, pour faire face à cette vague d’explosion aux allures plus qu’étranges. Liz McGeary et Sam Pollack vont devoir faire face au pire.

Une hécatombe dans tout le pays. Des hommes, des femmes transformés en bombe humaine. Urgence nationale, couvre-feu, un pays mis à genou par ses propres citoyens.  Groupement terroriste ? Secte ? Quel point commun entre ces marcheurs ? 11 ans plus tard le cauchemar revient. Comme une maladie impossible à éradiquer.

Un thriller « intelligent » percutant et très déstabilisant. Précis. Une documentation de ouf et des révélations sur le 11 septembre… Frédéric Mars ne fait pas dans l’approximatif, la demi-mesure et encore moins dans la dentelle.

L’analyse pertinente d’une société, d’une situation. Brillant de bout en bout, un livre qui démontre que tout est possible, que ce scénario fictionnel est plausible et qu’au final, quoi qu’on fasse, on reste vulnérable…et ça…ça m’a foutu grave les boules…la pétoche, les flopettes…

Malgré quelques longueurs, je me suis retrouvée totalement happée par cette histoire sombrement réaliste qui démontre par A+ B que le terrorisme n’a pas de limites.
Un style excellent, très visuel. D’ailleurs y a-t-il un réalisateur ou un producteur dans l’assistance ? Tout est là pour faire un vrai box-office (pas une daube comme on n’en voit que trop maintenant)

Et puis, il y a l’incroyable réaction du peuple. Ce questionnement omniprésent. Les marcheurs, sont-ils de simples innocents ? Faut-il les sauver ou les éliminer ? Quelle est la meilleure décision ? Surtout si l’on sait que plus de 120’000 personnes sont opérées aux US chaque année…Cette réaction n’est-elle pas encore pire que tout le reste ?

Bon, j’arrête là ma blablate parce que je pourrai continuer à en parler pendant des heures et qu’au lieu de lire ça, tu ferais mieux de t’attaquer au livre lui-même !

Imagine…
Tu marches…
Tu t’arrêtes…
Tu meurs…
Marche ou crève…ça te rappelle quelque chose ?

 

PS: Petit détail technique: J’ai horreur des livres de poche mais la qualité de ce format poche de la mécanique générale est juste parfaite !

Les marcheurs – Frédéric Mars – Editions la mécanique générale / Ring noir – 719 pages – 2018

Publicités

Un commentaire sur « Les marcheurs – F. Mars »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s