Piégée – L. Sigurdardottir

Extrait:

« C’est au moment où elle s’apprêtait à mettre le plan B à exécution qu’elle aperçut la femme entrant dans le terminal, d’abord d’un pas pressé avant de ralentir lorsqu’elle remarqua la longue file d’attente. Sonja crut presque l’entendre soupirer de soulagement. Elle était parfaite. Grande et blonde, comme beaucoup d’islandais.
Lorsque Sonja prit place derrière elle, son estomac se noua. Cette pauvre inconnue ne lui avait rien fait et, en d’autres circonstances, elles auraient probablement même bavardé ensemble de la pluie et du beau temps en attendant leur tour. Enfin, l’heure n’était pas à la culpabilité. La femme collait au plan. Ou, du moins, sa valise – une Samsonite Titanium d’hôtesse de l’air, couleur argent. »

4éme de couverture:

Sonja a été contrainte de devenir passeuse de cocaïne pour retrouver la garde de son petit garçon. Elle doit jouer au chat et à la souris avec des narcotrafiquants féroces, un ex-mari pervers, un avocat ambigu, une compagne envahissante.

Elle doit se montrer de plus en plus inventive, de plus en plus audacieuse. Elle doit sortir du piège dans lequel elle s’est laissé enfermer. Seule certitude, Tómas son petit garçon, lui, ne vit que pour ses week-ends auprès de sa si jolie maman.

Il y a aussi, à l’aéroport de Keflavík, Bragi, le vieux douanier, très intrigué par cette jeune femme élégante et décidée qui traverse régulièrement les salles d’embarquement.

Entre malversations et trafic de drogue, Piégée est un thriller original et brillant, mêlant une intrigue pleine de suspense, des personnages attachants et une description fantastique de la capitale de l’Islande pendant l’hiver 2010-2011, couverte de cendres et sous le choc du krach financier.

Ce que j’en pense…

 

 Le premier truc à faire pour ce livre est de retenir le nom de l’auteure, c’est pas simple … mais absolument nécessaire puisque vous le reverrez à coup sûr !

Lilja, je l’ai rencontrée au salon du livre de Genève. Une auteure islandaise, ça se croise pas à chaque coin de rue. J’étais donc ravie de faire sa connaissance et je peux te dire qu’elle est hyper sympa !

« Piégée« , c’est un début intriguant. Une femme dans un aéroport, une business- woman qui dissimule quelque chose.
Clairement pas un polar classique. Différent, original et d’une richesse incroyable.

Un de ces livres plutôt tranquille où il n’y a pas un meurtre dès le premier chapitre. Pas de meurtre du tout d’ailleurs ni véritablement de police et là tu me diras: « Euhhh ouais comment c’est un polar alors ? Du coup, c’est un thriller psychologique ? » et là je te répondrai: « Même pas non plus et pourtant le suspense est insoutenable ». Et c’est à ce moment-là que tu commenceras à ricaner en te disant que je suis grave à la ramasse !

« Piégée« , c’est en fait une atmosphère qui s’épaissit et des personnages qui prennent une dimension, une substance. Un livre qui dessous ses petits airs de rien est une histoire profonde, intense, travaillée à la perfection qui s’instillera en toi sans que tu t’en aperçoives. D’ailleurs, à dire au passage que ce livre m’a beaucoup fait penser à « La Daronne  » d’Hannelore Cayre que j’avais, lui aussi, adoré.

« Piégée », c’est le récit de gens qui n’ont pas toujours le choix et dont le destin va s’imbriquer par la force des choses.
Sonja qui doit transiter des kilos de Cocaïne à travers la douane islandaise.
Bragi le douanier, proche de la retraite, fin limier dont la femme est en institution qui entamera un jeu du chat et de la souris avec Sonja.
Quant à Agla l’amie de Sonja, elle, est sous le joug d’une enquête pour fraude au sein de sa banque.
Magouilles financières et trafique de coke sont donc au programme et ce, sans compter le dernier personnage et pourtant pas des moindres: la fabuleuse Islande et son volcan dont le nom est imprononçable, qui répand sa cendre comme le doute se répandra en toi.

« Piégée« , c’est aussi une histoire qui parle d’homosexualité et de son acceptation, qu’elle soit personnelle ou aux yeux de l’entourage. C’est beau et très percutant.

Tout ça pour dire que quand tu deviens criminel pour la bonne cause, par la force des choses. Quand tu n’as pas le choix, quand c’est pour te sauver toi et tes proches, alors c’est là que tu es piégé(e).

Et toi dans tout ça ? Tu te laisseras sans doute, tout comme moi, emporter dans ce récit et te retrouveras clairement piégé(e), toi aussi…

PS: Pour ceux qui insistent, le nom du volcan, c’est: Eyjafjallajökull

 

Piégée – Lilja Sigurdardottir – Editions Anne-Marie Métailié – 2017 – 336 pages

(Et l’aventure continue avec « Le filet » paru depuis peu chez le même éditeur que je me réjouis de lire !)

 

Publicités

9 commentaires sur « Piégée – L. Sigurdardottir »

    1. Ca ne parle pas de drogue en tant que tel si ce n’est qu’elle en transporte mais ça aurait pu être n’importe quoi. Franchement, la drogue est présente mais vraiment en secondaire.

      J'aime

      1. Et tu me rediras 🙂
        Je pourrai ainsi aussi savoir jusqu’à quel point cela te dérange pour une prochaine fois et mieux te conseiller encore 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s