Le mal en soi – A. Lanzetta – 2018

Extrait:

« Un vent glacé siffla entre les arbres et fit bruire les feuilles. Les jambes de la victime oscillèrent. Elle était nue, attachée à une branche par du fil barbelé au niveau des poignets. Des rigoles de sang noir et de boue avaient coulé le long de ses bras jusqu’aux aisselles. L’un de ses seins présentait une trace de morsure; ce corps était une carte géographique d’hématomes et de blessures. Sectionnée, sa tête avait été déposée à terre sous ses pieds, entre les racines saillante du saule. »

4ème de couverture:

Automne 2016. Castellacio, petit bourg du Sud de l’Italie. Le cadavre d’une jeune fille est retrouvé pendu par les poignets avec du fil barbelé aux branches d’un saule. Sa tête décapitée gît entre les racines, ses yeux vitreux fixent Damiano Valente. Valente, c’est le Chacal, un écrivain à succès de « true crime », hanté par le passé et condamné à traîner sa jambe brisée. Depuis trente et un an, il traque sans relâche le meurtrier de Claudia, sa meilleure amie sauvagement assassinée au cours de l’été 1985. Aidé de son ami le commissaire De Vivo, il se lance sur les traces de celui que la presse a baptisé « l’homme du saule ».

Été 1985. Castellaccio, Flavio, jeune orphelin originaire de Turin, débarque chez son grand-père après la mort de sa mère. Rien n’est gagné d’avance avec cet homme bourru. En compagnie de ses nouveaux amis Stefano, Claudia, Damiano et du brave Jack, énorme chien au pelage noir, Flavio découvre l’insouciance, l’amour, la vie loin de Turin, dans la magnifique région du Cilento, à quelques coups de pédales de la mer et de la montagne. Et si le bonheur était à portée de main ? C’est oublier un peu vite que le mal n’est jamais loin…

Le Mal en soi, c’est le mal qui habite le tueur en série qui sévit à Castellaccio, mais c’est aussi celui qui torture les héros, c’est le destin qui frappe et c’est cette noirceur qui palpite en chacun de nous. Le Mal en soi, c’est aussi le mal qui imprègne le village de Castellaccio depuis trente et un ans, et peut-être depuis bien plus longtemps…

Ce que j’en pense…

Le mal en soi, c’est avant tout une histoire d’amitié à la vie, à la mort. Une histoire de jeunes ados en 1985 qui découvre le monde, la vie, l’amour mais aussi la rivalité.
C’est aussi l’histoire de la rencontre d’un grand-père et de son petit-fils. Une relation qui nait, qui se développe. Un passé qui se découvre.

Une trame somme toute assez standard. Un meurtre dans le passé, un meurtre dans le présent qui sont forcément liés. L’intrigue n’est pas révolutionnaire mais par contre les personnages et la manière compensent assez bien, je dois le reconnaître.

Le plongeon dans l’Italie profonde avec ses reliquats de mafia, ses petits villages, ses vieilles histoires de famille et ses histoires de village où tout le monde connaît tout le monde, où tout se sait.  Cette ambiance toute particulière reste un point très fort de ce livre et le rend touchant en dehors de l’horreur des crimes.
Une sorte de balade à vélo dans des vies, des paysages et une enquête.

Un livre tout public qui se lit facilement, qui glisse tout seul mais qui, pour ma part, ne me laissera pas un souvenir impérissable ! Peut-être, qu’en fait, s’il n’y avait pas eu cette banderole « Le Stephen King italien » les choses auraient été différentes…allez savoir !

A vous de vous faire votre propre opinion 🙂

Le mal en soi – Antonio Lanzetta – Editions Bragelonne – 288 pages

**************************************************************************

IMG_6637 Pour commander le livre sur Bookwitty, suivez le lien: Le mal en soi

 

Publicités

5 commentaires sur « Le mal en soi – A. Lanzetta – 2018 »

  1. je viens de terminer ce livre et mon avis est plus enthousiaste que le tien j’ai aimé, adoré l’histoire , l’intrigue l’écriture rapide et addictive, les personnages attachants troublants , ce petit village reculé d’Italie ou la mafia n’est jamais trés loin ce qui rajoute au mythe. Et puis l’innocence perdue… 🙂

    Aimé par 2 personnes

    1. Comme quoi ! Les goûts et les couleurs !!!
      Faut dire que j’étais sur un manuscrit, du très très lourd, très bon et que j’ai la sensation d’être en dépression littéraire depuis…C’est souvent difficile de passer à autre chose et peut-être que j’aurai été plus disposée pour ce livre à un autre moment…je ne sais pas mais quoi qu’il en soit il plaira à beaucoup comme il t’a plu à toi, c’est sûr 🙂 Merci pour ton commentaire 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s