Claustrations – S. Minni – 2017

Extrait:

« Ses membres étaient frigorifiés et elle peinait à les mouvoir normalement. Combien de temps avait-elle passé là ? Clara était incapable de le dire. Recroquevillée dans une encoignure de la minuscule pièce où elle avait été enfermée, Clara pensait aux raisons qui l’avaient conduite ici. Elle n’en voyait aucune. Elle eût tant désiré pouvoir se laver. Même une douche froide, pourvu qu’elle se débarrassât de ces crasses. Ses yeux étaient accoutumés à l’obscurité, si bien qu’elle était parfaitement en mesure de distinguer les cafards qui pullulaient dans ce trou.
Ses vêtements, ou plutôt les lambeaux qui en restaient, ne suffisaient plus à protéger son corps des morsures et piqûres d’insectes. Son être ne se résumait plus qu’à un tas de chair sordide, sale et repoussante. »

4ème de couverture:

Ils ne se connaissent pas et pourtant, ils portent le même tatouage sur le bras…
Clara, disparue depuis plusieurs semaines, se réveille un matin étendue sur le sol d’une cellule obscure et infestée d’insectes ; Monsieur Concerto tente de découvrir les raisons qui l’ont conduit dans une chambre d’isolement, tandis que Charles se cloître de son plein gré.
Chacun d’entre eux se retrouvera face à son destin. Mais, dans leur quête de la vérité, ils se rendront très vite compte que les apparences ne sont pas celles qu’ils croyaient…

Ce que j’en pense…

La claustration, la séquestration sous toutes ces formes au travers de personnages différents et variés.
Clara, médecin, enfermée dans une geôle pouilleuse et crasseuse à l’étranger.
Monsieur Concerto, dans une cellule capitonnée d’un asile psychiatrique.
Et Charles, enfermé volontairement dans le sous-sol de sa maison pour échapper aux autorités.

Ils ne se connaissent pas et ont, pourtant, tous quelque chose en commun. Quoi ? Vous serez sans aucun doute très surpris !

On suit ces personnages jour après jours dans leur quotidien de séquestrés, leurs peurs, leurs phobies, leurs angoisses. L’atmosphère devient, page après page, lourde, pesante et forcément étouffante. 

Un peu foldingue, original, la trame est très intéressante et il faut le dire bien menée. On tourne un peu en rond sur le milieu mais le final est spéctaculaire. Un peu comme dans le film « le sixième sens » de Night Shyamalan. Ce n’est qu’à la fin que tout s’éclaire et qu’on se retrouve littéralement sur le cul en se disant « Mais oui ! » « Bien sûr ! » et qu’on revoit les petits éléments laissés là pour nous mettre sur la piste…ou pas…

Beaucoup de notions sont au final abordées mais celle qui m’a clairement le plus percutée est celle de la surpopulation. La solution proposée par l’auteur est plutôt radicale et non dénuée d’interrogations…

Un livre dans lequel on entre par la petite porte, tout doucement. Un livre dont il faut s’imprégner et surtout s’y laisser glisser… et comme le dit l’auteur lui-même « dans une pièce peu éclairée et…seul »

Un très bon moment de lecture  que je vous recommande !

 

Claustrations – Salvatore Minni – Editions Nouvelles plumes – 224 pages

 

 

Publicités

3 commentaires sur « Claustrations – S. Minni – 2017 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s