SERIES TV – Département V

Pas tout à fait une série mais presque et son lien direct avec les livres lui donne clairement une place par ici 🙂

Miséricorde

Le pitch: Après une bavure qui coûte la vie à l’un de ses collègues et laisse son meilleur ami paralysé, l’inspecteur Carl Mørck a presque tout perdu. Mis sur la touche, privé du droit d’enquêter, il est chargé d’archiver les vieux dossiers du commissariat avec Hafez el Assad, l’assistant d’origine syrienne qui lui est imposé. Mais très vite, les deux policiers désobéissent à leur supérieur et rouvrent une enquête jamais résolue, la disparition mystérieuse d’une jeune politicienne prometteuse survenue cinq ans auparavant.  C’est la naissance du Département V et sa première enquête..

Profantation

Le pitch: En 1994, un double-meurtre défraye la chronique. Malgré les soupçons qui pèsent sur un groupe de pensionnaires d’un internat, la police classe l’affaire, faute de preuve…
Jusqu’à l’intervention, plus de 20 ans après, du Département V : l’inspecteur Carl Mørck, et Assad, son assistant d’origine syrienne, spécialisés dans les crimes non résolus.
Ensemble, ils rouvrent l’affaire qui les amène à enquêter sur un des notables les plus puissants du Danemark.

Délivrance

Le pitch: Une bouteille jetée à la mer, repêchée et oubliée dans un commissariat des Highlands. A l’intérieur, un appel au secours écrit en lettres de sang et en danois. Lorsque le message échoue au Département V de la police de Copenhague, chargé des dossiers non élucidés, les années ont passé… L’imprévisible Carl Mørck, Assad, son assistant syrien au flair infaillible, et Rose, leur secrétaire, vont-ils prendre au sérieux ce SOS ?

Ce qu’Emmanuel en pense…

Pour ma seconde chronique, j’ai choisi de vous parler d’une trilogie que je considère comme une série et qui pour le moment ne compte que trois volets. Autant être clair, je ne serais sûrement pas objectif et les quelques rares détracteurs existants ne seront sans doute pas de mon avis. Pourtant, il me suffit de dire trois prénoms, Carl, Assad et Rose, pour que toute la salle se lève en criant : « les enquêtes du département V ».

En 2009, Niels Arden Oplev et Daniel Alfredson adaptaient pour le cinéma la trilogie Millénium de Stieg Larsson. Ils révélèrent deux acteurs suédois alors quasiment inconnus du grand public : Michael Nyqvist (malheureusement décédé en juin 2017) et la talentueuse Noomi Rapace (Seven sisters) qui incarnera le personnage inoubliable de Lisbeth Salander, dont beaucoup d’écrivains de thriller aimeraient sans doute aujourd’hui, revendiquer la paternité.

Millénium fut un succès en faisant découvrir au spectateur un genre inconnue jusqu’à présent et qui allait s’imposer pour des années : les thrillers adaptés des « polars venus du froid ». En matière de frisson, un véritable raz de marée va déferler pendant quelques années sur le monde littéraire. De nouveaux noms, parfois imprononçables, vont se hisser en tête des ventes. Des auteurs venus de Suède, de Norvège, de Finlande et même de la lointaine Islande. Certains d’ailleurs ne vous sont plus inconnus. En tête du classement, nous trouvons Stieg Larsson (décédé avant que sa trilogie ne rencontre le succès et qui demeurera à jamais le précurseur), tandis que les places suivantes sont partagées entre plusieurs hommes et femmes au talent reconnu, comme Jo Nesbo, Analdur Indridasson, le regretté Henning Mankell, Ake Edwardsson, Camilla Läckberg, Viveca Sten, Yrsa Sigurðardóttir, Per Wahlöö, Asa Larsson et j’en oubli. Mais parmi ceux-ci, il en est un qui se démarque pour avoir su, lui aussi, créer des personnages qui ont marqué les lecteurs. Cet écrivain, c’est Jussi Adler Olsen. Ses romans sont dans l’ordre d’apparition : Miséricorde, Profanation, Délivrance, Dossier 64, L’effet papillon, Promesse et Selfie.

En 2013, le réalisateur Mikkel Nørgaard adaptera pour le cinéma le premier roman d’Olsen en reprenant son titre, Miséricorde. Tout le challenge à l’époque sera de convaincre les aficionados de Millénium, auquel ce premier volet sera largement comparé. Trop peut-être, puisque l’accueil des critiques et du public sera glacial. L’auteur lui-même émettra des réserves sur cet adaptation de son roman. Pour la distribution, Nikolaj Lie Kaas (Tueur sans pitié dans Ange et démons de Ron Howard) endossera le rôle du personnage principal de Carl Mørck, tandis que l’acteur Farès Farès (Rogue One) sera choisi pour jouer celui d’Assad. L’actrice Johanne Louise Schmidt rejoindra le casting pour jouer le rôle de Rose dans le second volet Profanation.

Les enquêtes du département V, c’est l’histoire de Carl Mørck, un flic déchu à la suite d’une bavure au cours de laquelle un policier sera tué et un autre paralysé à vie. Devenu un paria dans son service, il est reclus dans un bureau poussiéreux et oublié de tous. Sa hiérarchie lui confie la tâche ingrate d’archiver des dossiers d’affaires non résolues (en anglais des « cold case »), dont plus personne ne veut s’occuper. Pour l’aider, son supérieur va lui adjoindre Assad, un policier d’origine syrienne qui est en quelque sorte victime de discrimination. Si les débuts de leur collaboration sont difficiles, les deux hommes vont par la suite désobéir et aller à l’encontre des directives de leur supérieur en décidant de rouvrir une enquête. En effet, cinq ans auparavant, une jeune politicienne prometteuse a disparu…

Selon moi, les enquêtes du département V sont une réussite, en devenant les dignes successeurs de la trilogie Millénium. Les trois premiers volets s’inscrivent aujourd’hui dans les adaptations de « polars nordiques » que je préfère. Le premier film, Miséricorde, est sorti à une période où le genre commençait à s’essouffler. Le défi d’adapter les romans de Jussi Adler Olsen étaient donc difficile à relever face à un public exigeant et un peu désintéressé. Après Miséricorde en 2013, l’adaptation de Profanation sortira en 2014. Si les critiques sont encore acerbes pour cette seconde adaptation, l’accueil du public se fait plus chaleureux. Sans doute parce que les lecteurs devenus spectateurs ont retrouvé dans les deux films, les trois personnages et l’ambiance si particulière des romans de Jussi Adler Olsen. Et c’est là toute la force de la série les Enquêtes du département V, le jeu des acteurs. Nikolaj Lie Kaas, Farès Farès et Johanne Louise Schmidt ont su incarner les personnages dans leurs caractères en leur apportant le charisme et la profondeur que l’on perçoit dans les romans. Transposer un roman au cinéma, c’est prendre le risque de se planter à coup sûr. Dernièrement, l’adaptation du Bonhomme de neige de Jo Nesbo en est un exemple concret. Les enquêtes du département V sont, toujours selon mon avis, une des rares réussites. Le troisième volet, Délivrance, est sorti en 2016. Le quatrième épisode, Dossier 64, est en cours de tournage et j’en frétille d’avance. Bien évidemment, ma chronique ne fera pas l’unanimité, mais pour moi, un roman ou un film doivent procurer du plaisir et des sensations pour marquer la mémoire des lecteurs et des spectateurs. Alors si je vous dis que j’ai déjà regardé chaque épisode plus de cinq fois chacun, vous comprenez mieux pourquoi ma chronique se veut un encouragement pour inciter ceux qui ne les ont pas encore visionnés ou lus, à découvrir les films ou les romans des Enquêtes du département V de Jussi Adler Olsen. Merci.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

7 commentaires sur « SERIES TV – Département V »

    1. Tu peux sans problème attaquer tous les autres (dans l’ordre, c’est mieux pour le suivi des personnages). Je les ai tous lu et ça vaut le coup !
      Les films ne sont, selon moi, pas à la hauteur quand tu as lu les livres mais sympa quand même !

      J'aime

  1. je ne serai pas objective non plus. J’ai découvert par hasard Jussi Adler Olsen et j’en suis devenu accro, chaque sortie d’un nouvel opus pour moi est une fête on en apprend toujours un peu plus sur chaque personnage, on s’attache. Je n’ai jamais vu les adaptations en règle général je ne regarde jamais ce que je lis ou vice versa. Mais au vu de ton enthousiasme il me tente bien. Sais tu ou je pourrai me les procurer ? Merci 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s