Une vraie famille – V. Musso – 2015

 Extrait:

« Le soulagement fugace qu’il éprouva laissa pourtant vite place à un malaise qui ne devait pas le quitter de la journée: si Mathilde ne s’était pas réveillée à cause des bruits, il était évident qu’il n’aurait jamais rien su du passage de Ludovic. Etait-ce la première fois qu’il pénétrait dans la maison pendant leur sommeil ou leur absence ? A quelles autres actions étranges avait-il pu se livrer à leur insu ? Dans la lumière bleutée de la cuisine, François se figura Ludovic déambulant dans les pièces, ouvrant leurs tiroirs, fouillant leurs affaires, violant leur intimité. »

4ème de couverture:

Il s’appelle Ludovic, c’est du moins le prénom qu’il a donné. Un jeune homme simple et sans histoires. En apparence.
Les Vasseur, un couple de Parisiens retirés dans leur résidence secondaire en Bretagne à la suite d’un drame personnel, l’engagent pour quelques travaux de jardinage. Le mystérieux garçon sait rapidement se rendre indispensable et s’installe dans leur vie. Quand les Vasseur commencent à se poser des questions et à regretter de lui avoir ouvert leur porte, il est déjà trop tard.
Mais ce qu’ils ignorent, c’est que leur cauchemar ne fait que débuter. Car la véritable menace qui pèse sur leur maison n’est pas du tout celle qu’ils croyaient.

Avec ce thriller glaçant, plongée en eaux troubles d’un couple ordinaire et d’un jeune homme en quête d’une vraie famille, Valentin Musso donne le meilleur de son talent, après le succès du Murmure de l’Ogre (Seuil, 2012, prix Sang d’encre des lycéens et prix du Polar historique) et de Sans faille (Seuil, 2014).

Ce que nous en pensons…

Dans le cadre de nos apéros-littéraire de l’ALP, nous avons choisi de lire ce livre. Pour ma part, voilà bien longtemps que je voulais m’attaquer à Musso. C’est chose faite !
Et puisqu’il s’agit là d’une lecture commune, il est logique d’en faire une chronique commune.

C’était amusant de voir qu’au début tout le monde était assez d’accord de dire que la lecture était plaisante et agréable mais quand la discussion s’est réellement engagée, nous avons très vite senti que chacun avait au final une petite arrière-pensée. Un de ces livres passe partout mais qui ne passe pas si partout que ça lorsqu’on s’y penche de plus près.

Un livre qui, en prologue, balance un projo sur une tuerie. Un homme entre dans une université avec une arme et tire sur tout ce qui bouge.
François, professeur s’en sort in extremis mais blessé et se retire, avec sa femme, dans leur maison de campagne. Une petite vie tranquille jusqu’à l’arrivée de Ludovic…
Et tout commence par le banal vol d’une tasse…

Un sentiment d’oppression qui monte crescendo. Une sensation de quelque chose tout gentil, tout tranquille qui va se transformer. Un tableau idyllique qui se noircit petit à petit mais qui comme un soufflé a la fâcheuse tendance à redescendre !

Isabelle a bien aimé les revirements de situation auxquelles elle ne s’attendait pas.
Patricia a été très vite dans l’histoire, a beaucoup aimé mais a assez vite compris comment ça allait tourner.  Marion, elle, a eu du mal avec les 3-4 premiers chapitres mais a été, ensuite, happée par l’histoire.
Marie a trouvé que le style était agréable, que la plume était bonne mais a eu l’impression d’un copié-collé du début de « La maison près du marais » de Herbert Liebermann.
Gilles, pas trop son truc les huis-clos psychologique mais a trouvé le style efficace.
Pour ma part, j’ai super croché au début mais me suis essoufflée en cours de route. Trop de rebondissements non nécessaire et pas convaincue par la fin.

Ces remarques de chacun ont bien entendu ouvert un grand débat et c’est là que les arrières pensées sont apparues.
Il en est ressorti que Mathilde aurait dû être mieux travaillée comme personnage ainsi que François, d’ailleurs. Qu’on s’attache peu, voir pas aux personnages. Qu’il s’agit là, paradoxalement, d’un roman psychologique qui manque de psychologie…
Que la première partie est un peu longue. Que les retournements de situations sont peu crédibles et qu’il y a surtout pas mal d’incohérences que je ne peux malheureusement pas vous décrire ici sans risque de spoiler.

Bref, un livre qui n’a clairement pas fait l’unanimité même si tout le monde a passé un agréable moment. Un livre qui nous a surtout permis d’échanger de manière fort intéressante !

Votre avis reste, comme toujours, le meilleur. A vous de me dire ce que vous en avez pensé. Serai curieuse d’élargir la discussion 🙂

 

 

 

 

 

 

Publicités

6 commentaires sur « Une vraie famille – V. Musso – 2015 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s