Le diable du ciel – L. Obertone – 2017

Extrait:

« Tu es devenu une énigme. Moi, et d’autres, sommes prisonniers de ta personne, forcés de contribuer à ta légende. La foule veut savoir. Elle ne connaît pas la patience, et veut mettre ses fantasmes à la place de ton silence. Jack l’Eventreur est plus célèbre que Darwin. Un criminel qui reste dans le mystère, qui ne donne pas sa raison, s’ouvre la postérité, car d’autres que lui iront la chercher. La réussite de ta vie, de cette opération, tiendra à jamais à ce vœu de silence éternel. Tu as compris le secret des secrets. Le réel est toujours un peu décevant, suffisant, stérile. Le pouvoir de Dieu, c’est son silence, et l’attente qu’il crée. Celui qui se tait est certain d’avoir à jamais le dernier mot.
Après le vacarme de ces alarmes, de ce crash, de ta douleur, tu as laissé sur Terre un silence égal au silence de Dieu. »

4ème de couverture:

Attachez vos ceintures.
Entrez dans la boîte noire du vol sans retour de la Germanwings
Le 24 mars 2015, un enquêteur du BEA est chargé de comprendre ce qui s’est passé lors du vol 9525 de la Germanwings en partance de Barcelone et à destination de Düsseldorf. Après avoir entamé une descente non autorisée, l’Airbus allemand ne répond plus au contrôle aérien, plonge sous les nuages et se pulvérise contre les Alpes sur un angle sévère, au bout d’une trajectoire tendue, à très haute vitesse, avec cent-quarante-quatre passagers et six membres d’équipage. L’absorption du choc par l’avion et ses occupants a été maximale. Une force cinétique d’un milliard de joules. Nul n’a survécu. Dans un roman oppressant comme la carlingue d’un appareil plongeant vers la mort, l’enquêteur part à la découverte de la personnalité complexe de l’homme passé sous les radars des psychiatres allemands et qui a précipité cent-quarante-neuf innocents dans une chute verticale de dix kilomètres. Il retranscrit les minutes du drame et établit le déroulé exact des faits, du début du vol jusqu’à l’impact de l’avion qui vient de devenir le centre du monde.

À bord de l’Airbus apocalyptique piloté par Andreas Lubitz, plongez dans un thriller crépusculaire inoubliable, à 38 000 pieds d’altitude, à la merci d’une intensité dramatique et d’une écriture unique qui placent Le Diable du Ciel au firmament des romans catastrophes.

Maître incontesté du récit criminel, Laurent Obertone nous livre un véritable missile littéraire, arrache le lecteur du sol et l’entraîne dans l’histoire réelle et intime du monstre d’acier de soixante-cinq tonnes lancé par un homme enfermé dans sa tête et son cockpit. Et qui fonce sur la montagne.

Bienvenue à bord du vol 9525 de la Germanwing.

Ce que j’en pense…

Un livre qui m’a percutée dès la première ligne.
Direct ramenée voilà bien des années, alors que je travaillais à l’Institut de médecine légale de Lausanne et que, le vol 103 de la Pan Am explosait en plein vol.
Un des médecins légiste de l’institut avait été appelé en renfort dans le cadre d’un plan d’urgence et s’était rendu sur place.
Il avait ramené un film amateur…
Que j’ai visualisé…
Dont je n’oublierai jamais les images…
Je vous passerai les détails mais quoi qu’il en soit, j’ai retrouvé dans les descriptifs d’Obertone exactement ce même type d’images…Cette même boule au bide…C’est pas peu dire !

Je ne suis, et vous devez le savoir depuis le temps que je le répète, pas très fan des récits basés sur des faits réels alors que là, je m’abaisse et tire mon chapeau !
Je me suis retrouvée fascinée et happée par les mots, par la manière de raconter.
Le style est excellent et la plume fabuleuse. Ce qui génère une facilité de lecture hors du commun. Sans préciser, que c’est admirablement bien documenté.
L’idée d’un récit à la première personne en la personne de ce vieux de la vieille de l’expertise, enquêteur au bureau d’enquêtes et d’analyses est géniale. On est dans sa tête, dans son enquête. On vit les événements, l’histoire…comme si on y était et c’est bien ça le pire…

Chronique d’une mort annoncée où tout prédisait un drame, LE drame mais où personne ne semblait s’en préoccuper.

Un récit choc. Terrifiant. Un regard sur le système, sur notre société et ses faiblesses qui ont conduit à la mort de 149 personnes…pour ne pas dire…150

Le drame m’avait, comme tout le monde, beaucoup percutée. Je n’avais pas compris et ne le comprends d’ailleurs toujours pas.
Le suicide c’est terrible, mais comment peut-on emmener 149 personnes dans ce choix-là ? Comment de dépressif devient-on un tueur en série de la pire espèce ? Un vrai criminel ? Comment a-t-on pu ne pas voir, ne rien faire alors que tant d’éléments prédisaient le pire ?
Victime ou bourreau ? Suicide ou assassinat ? Malade ou psychopathe ?  Victime de la société ?
Quoi qu’il en soit, cet événement n’aurait jamais dû avoir lieu…

Bouleversant, fort, percutant, brillant. Techniquement très détaillé. Pas de prise de position. Juste des points de vue différents, des faits, des hypothèses qui nous permettent de mieux comprendre…ou pas…

Une réflexion, une interrogation sur la vie, le destin, le mal, sur ce petit truc qui fait tout basculer. Ce grain de sable qui fait qu’on aurait pu y échapper ou …pas…

Un film au ralenti décrivant chaque étape, chaque fait, chaque pensée présumée.
Personne n’était dans la tête de Lubitz. Personne ne peut savoir clairement ce qui se dessinait dans son esprit malade mais cette version m’a parue réaliste et crédible.

Imaginer les familles des victimes lire ce récit et sentir, de bien loin, la douleur qu’ils auraient pu ressentir.
L’histoire de la folie d’un homme qui a emporté 149 personnes dans son délire…L’histoire de ceux qui restent …

A lire, pour ne pas oublier…

Le diable du ciel – Ring – 280 pages

Publicités

4 commentaires sur « Le diable du ciel – L. Obertone – 2017 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s