Mon amie Adèle – S.Pinborough – 2017

Extrait:

« Je regarde le jardin dehors avant d’éteindre enfin les lumières extérieures. Je me retrouve face à mon propre reflet. Je suis une belle femme. Je prends soin de moi. Pourquoi ne peut-il plus m’aimer ? Après tout ce que j’ai fait pour lui, pourquoi notre vie ne peut-elle être telle que je l’avais espérée, voulue ? Nous avons de l’argent. Il a la carrière dont il rêvait. Je n’ai fait que m’employer à être une épouse parfaite, à lui donner une vie parfaite. Pourquoi ne peut-il oublier le passé ?
Je m’autorise encore quelques minutes de pleurnicheries pendant que je nettoie et frotte le plan de travail, puis je prends une profonde inspiration et je me ressaisis. J’ai besoin de dormir. De bien dormir. M’assommer avec un cachet. Demain sera différent. Il le faut. Je lui pardonnerai. Comme toujours.
J’aime mon mari. Je l’aime depuis l’instant où j’ai posé les yeux sur lui et je ne cesserai jamais de l’aimer. Je ne renoncerai pas. C’est impossible. »

4ème de couverture:

LOUISE
Mère célibataire, elle est coincée dans un quotidien minuté. Un soir pourtant elle embrasse un homme dans un bar… sans savoir qu’il est son nouveau patron.

DAVID
Psychiatre renommé et dévoué à sa femme, il regrette ce baiser mais ne peut s’empêcher de tomber amoureux de son assistante.

ADÈLE
L’épouse de David semble n’avoir aucun défaut. Si ce n’est de vouloir à tout prix devenir l’amie de Louise… Fascinée par ce couple modèle, Louise se retrouve malgré elle piégée au coeur de leur mariage. Et peu à peu, elle commence à entrevoir des failles.

David est-il l’homme qu’il prétend être ?
Adèle, aussi vulnérable qu’elle y paraît ?
Et par quel secret inavouable sont-ils liés l’un à l’autre ?

Ce que j’en pense…

Une histoire gentillette. Un début en douceur où tout semble bien joli, bien parfait. Une histoire simple et banale. Mais à y regarder de plus près, l’on constate très vite qu’elle ressemble à une belle vue sur une montagne où l’on sent l’orage approcher. Et tout le monde le sait, les orages en montagne peuvent être d’une violence inouïe…

Chaque chapitre pour un personnage à la première personne où chaque récit apporte une pierre à l’édifice. Une pièce au puzzle. Où, l’on découvre petit à petit les faces cachées de ces personnages qui ne sont clairement pas ce qu’ils ont l’air.

David, le psy froid et calculateur. Adèle la femme parfaite et Louise avec son petit côté Bridget Jones.

« Mon amie Adèle » c’est une histoire de manipulation. Une histoire de possession et d’obsession.
C’est l’histoire de beaucoup de couples …poussée à l’extrême ! Oui, oui, si vous prenez du recul et réfléchissez, je vous assure que beaucoup n’en sont pas loin !
C’est l’histoire d’un amour qui bascule dans la folie, dans la démesure…

Ce livre m’a clairement troublée par la psychologie des personnages.
Les relations de couple, l’obsession, cette perte qui n’est au final plus forcément liée à la personne mais simplement au fait lui-même. Comme un objet volé à quelqu’un qui ne l’utilisait plus, qui ne savait même pas qu’il existait et qui pourtant vit ce vol comme impensable.

Troublée mais laissée totalement perplexe…La trame finale n’est absolument pas crédible et je m’interroge sur la nécessité d’en avoir fait quelque chose de presque fantastique.
Moi qui habituellement ai besoin que les choses soient totalement concrètes et réalistes, j’avoue m’être tout de même laissée emporter par cette histoire clairement folle. Comme si cette trame quelque peu farfelue était absolument nécessaire au développement des personnages et à toute l’ampleur de leur personnalité rotor à souhait. Plus rotor encore que dans une réalité vraie. Une dimension indispensable pour nous permettre d’explorer la perversité sous toutes ses formes et dans sa plus grande grandeur mais était-ce bien nécessaire de tourner les choses ainsi ?

J’avoue ne pas arriver à dire ce que j’en pense vraiment. Dérangée par cette non réalité ? Déçue ? Et pourtant fascinée par son développement…
J’ai un côté de moi qui me dit que c’est brillant d’avoir amené l’histoire de cette manière et un autre qui me dit que c’est mouais…

Un livre bien étrange qui quoi qu’il en soit ne m’a tout de même pas laissée indifférente. Un livre qui questionne, qui est bien plus qu’une histoire d’infidélité. Comme le dit d’ailleurs l’auteur dans sa postface (que j’ai vraiment adoré et qui démontre toute l’ampleur que l’auteure a voulu donner à son livre) c’est l’obsession qui est fascinante. C’est le regard sur l’autre, celle qui a volé cet être cher.
Le fait de s’interroger sur elle…qui est-elle ? Qu’est-ce qu’elle fait ? Qu’est-ce qu’elle bouffe ? Et ok,  j’avoue ça a clairement résonné en moi et probablement que cela résonnera en toutes les personnes qui ont, un jour, été trompée et se retrouveront un petit peu dans ce récit…j’ai bien dit un petit peu hein !
Et ça marche aussi au masculin 😜

 

Publicités

3 commentaires sur « Mon amie Adèle – S.Pinborough – 2017 »

    1. Les avis varient et différent 🙂 Tu fais bien de le noter et de voir par toi même. La fin m’a déçue mais c’est juste que la pointe de fantastique m’a dérangée. Cela ne sera pas le cas de tout le monde 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s