Dernière sortie pour Wonderland – G. Gilberti – 2017

Extrait:

« C’est devenu un symbole universel qui a fini par prendre corps. Mais ces contrées ont été retournées. Détournées, transformées. Son vrai visage en a été oublié, voire carrément refoulé. Aujourd’hui, les gens de ton peuple, à la surface, ne veulent plus voir que son visage grimé, caché derrière un paravent niaiseux. A l’instar de notre monde et de sa façade publique bienséante, le vôtre s’est volontairement crevé les yeux. Les gens de la surface, dans leur grande majorité, préfèrent ne rien savoir plutôt que d’être confrontés à des vérités gênantes, ambigües ou tout simplement trop complexes. Alors il est facile pour la Reine tyrannique et son marionnettiste de jouer le jeu impunément et d’en profiter. »

4ème de couverture:

Durant une free party, Alice Price, étudiante et artiste de la scène électronique underground, goûte à une drogue inconnue. Les effets du produit la dépassent rapidement et, aux frontières de l’overdose, un étrange lapin blanc la propulse au cœur d’un monde parallèle et piégé : l’univers de Lewis Carroll. La chenille, le chapelier fou, le lièvre de mars, le chat du Cheshire, tous les personnages du conte victorien sont là et invitent cette Alice contemporaine dans les sombres mystères de la création du vrai Wonderland.
Les innocents ne sont pas toujours ceux que l’on croit, les alliés sont rares et les périls nombreux. Si elle veut rester vivante, la jeune Alice n’a plus le choix et doit reconstituer le puzzle diabolique de Lewis Carroll.

En brisant le mythe Disney, Ghislain Gilberti s’attaque à un emblème intouchable de l’Angleterre depuis le XIXe siècle : Lewis Carroll, introverti maladif, toxicomane, atteint du syndrome de puer aeternus, amateur de photographies pornographiques infantiles, pédophile… C’est sans concession que Dernière Sortie pour Wonderland referme pour toujours la porte du Pays des Merveilles et met un point final à la pudibonderie hypocrite que même Tim Burton n’a pas pu briser avec ses dernières adaptations cinématographiques.

Ce que j’en pense…

J’ai cherché comment chroniquer, comment vous parler de ce chef d’œuvre…J’ai écrit, beaucoup écrit…rempli un carnet de notes…et…pourtant rien ne me semble suffisant. Ces quelques lignes n’en sont que l’ombre fade de mon ressenti.

Un livre absorbé, avalé, dévoré. Un livre qui m’a profondément bouleversée voir même choquée. Un livre que je ne suis pas prête d’oublier !

Tout en métaphore. Un incroyable travail de recherche et de documentation. Un conte de fée moderne à lire attentivement. Des airs à deux airs…Un parcours, un labyrinthe…
C’est magistral, brillant !

Un voyage entre réalité et imaginaire à en perdre la raison. Une entrée par la sortie dans un monde peuplé de faux semblant.
Des mots, des images qui se gravent là tout au fond.
Oublier le temps. Tout oublier ou surtout revoir les choses différemment…

Je suis là quelque part au fond du trou à attendre le lapin blanc…sans aucunement hésiter de quel côté aller.
Je suis là à regarder autour de moi abasourdie, limite euphorique et pourtant je n’ai rien fumé.
J’observe mais surtout je m’interroge…

Sur notre société, notre aveuglement…
Sur le fait d’enjoliver, coloriser même le pire pour en faire du politiquement correct…

Est-il possible en quelques lignes de relater la perfection de ce récit ?
Est-il possible de vous dire, de vous expliquer tout ce qui s’y cache, tout ce qui est dit et surtout non-dit, ce qui se lit entre les lignes ?

De quelles autres images chimériques nous a-t-on abreuvé au fil du temps ?
Quelle réalité derrière tout ce qui fait monde de notre monde ?

Et pour le coup, je me sens bien naïve…

Quoi qu’il en soit, buvez le – Mangez le – Lisez le !

Et la question Vous ? Que feriez-vous ?
Prendriez-vous l’élixir de Wonderland ?
Ou resterez-vous dans le déni ?

Moi, j’ai choisi…
Un peu, d’ailleurs, comme prendre la pilule rouge ou la pilule bleue…

 

Dernière sortie pour Wonderland – Ring – 481 pages

 

 

Publicités

16 commentaires sur « Dernière sortie pour Wonderland – G. Gilberti – 2017 »

  1. Celui-ci je suis impatiente de le lire.
    J’aime la plume de Ghislain. Il a une pure écriture m^me si je n’ai pas aimé le voyeurisme qui se dégageait de son dernier bouquin. J’y ai vu un manque de pudeur évident, mais ça se n’est que mon avis !
    Je reste cependant une inconditionnel de cet auteur qui me touche profondément malgré ses travers.
    Alors celui-ci je lui prendrai en main propre !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s