Le bal des ardentes – G. Gilberti – 2015

Extrait:

« L’homme porte un colis dans un sac à dos noir négligemment jeté sur l’épaule. Il avance, serein, à travers les rues de la ville, selon un itinéraire très précis, soigneusement étudié. Sur son visage, pas l’ombre d’une inquiétude. La tête haute, il regarde les innombrables visages qu’il croise. Les gens du peuple.
Un milieu auquel il se sent totalement étranger.
Une jeune fille aux cheveux décolorés, vissée à son téléphone portable; un homme grassouillet qui sue dans sa chemisette blanche; un couple d’octogénaires qui déambulent, tels deux zombies tout droit sortis de la tombe…L’homme ne ressent aucune connexion avec ce petit monde qu’il observe, froidement, non sans un certain mépris.

4ème de couverture:

En plein cœur de Marseille, un attentat extrêmement violent souffle un bâtiment entier, faisant nombre de victimes. Le commissaire Ange-Marie Barthélemy, de la SDAT (Sous-direction antiterroriste), est immédiatement dépêché sur place pour prendre en main cette affaire au retentissement énorme, à la hauteur du massacre.

Les premiers résultats de l’enquête lui font comprendre que cet acte non revendiqué est lié au trafic de drogue. Dès lors, accompagné par son groupe aux allures de meute, Barthélemy étudie le biotope local et s’immerge dans le milieu impitoyable du crime organisé au sein de la cité phocéenne.

Grâce à l’assistance d’un agent d’Interpol et d’un groupe spécialisé dans les analyses de scènes de crime post-explosion, l’équipe constate que le poseur de bombes a déjà sévi sur tous les continents. Son profil est plus proche de celui d’un tueur en série que d’un terroriste. Mode opératoire scrupuleux, signature, monomanie… L’homme se révèle un dangereux psychopathe et donne des prénoms féminins à ses engins de mort en les gravant dans l’acier.

Une course-poursuite contre ce véritable fantôme va être mise en place avec l’aide de la police locale. La commissaire Cécile Sanchez va elle aussi apporter son concours à l’enquête de Barthélemy

Ce que j’en pense…

Bon je le dis direct, comme ça c’est fait et on pourra passer à autre chose 😜 Je suis clairement plus fan de Cécile que de Ange-Marie mais ce n’est qu’une question de forme.

« Le festin du serpent » englobait deux enquêtes des deux commissaires, Le baptême des ténèbres était le terrain de Cécile, voilà que Le bal des ardentes est celui de Ange Marie, même si Cécile lui file un coup de main.

Un troisième roman très en explosion, vous imaginez bien !
Une traque, une course poursuite après un fou qui nomme ses bombes de jolis petits noms féminins. Un homme totalement en dehors d’une société qu’il ne comprend même pas.

Très réaliste, très précis, très documenté comme toujours.
Un travail acharné d’une précision chirurgicale et un réalisme plus réel que le réel…si si je vous jure !
Mais c’est justement ce qui m’a perturbée dans cet opus-là. Le tueur en série réaliste j’absorbe, je me délecte… Le poseur de bombe réaliste même s’il frise le tueur en série…J’arrive pas ☹️
Doit y avoir matière pour un psy…Si vous en connaissez un bon je suis preneuse 😜

Quoi qu’il en soit, c’est bien sûr excellent, c’est du Gilberti avec sa plume unique et fabuleuse et ça plaira immanquablement aux amateurs du genre !

 

Publicités

Un commentaire sur « Le bal des ardentes – G. Gilberti – 2015 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s