Le festin du serpent – G. Gilberti – 2013

Extrait:

« Des fonctions qui lui donnent l’opportunité d’exercer ses talents analytiques, sur les traces des cerveaux les plus perturbés, des esprits les plus retors, des génies du crime ou des pires psychopathes. Cette poignée d’individus en marge, rôdant dans les ombres du corps social, à l’origine des crimes les plus indéchiffrables.
Mais toutes les réussites ont un prix. A trente-cinq ans, Cécile n’a aucune vie, ou presque, en dehors de son travail. Aujourd’hui encore, elle enchaîne les formations, les séminaires, les stages de perfectionnement, n’hésitant pas à se déplacer à l’étranger lorsque c’est nécessaire.
La synergologie, science de l’analyse non verbale et comportementale, est sans doute le domaine dans lequel elle s’est le plus investie. »

4ème de couverture:

Cécile Sanchez est l’étoile montante de la police judiciaire où elle dirige une section spéciale qui traque les criminels les plus dangereux de l’hexagone. Pour la première fois de sa carrière, elle a l’impression d’être dans une impasse et doit remettre en question ses méthodes. Sur la piste d’un éventreur de femmes, elle se heurte à un paradoxe : la brutalité et le caractère pervers des crimes pointent vers un tueur en série. Mais elle croit deviner dans le protocole macabre un caractère dépassionné et pragmatique qui ne cadre pas.

Ange-Marie Barthélemy est un membre d’élite de l’antiterrorisme. Depuis 2004, il pourchasse sans relâche un commando islamiste qui imprime sa trace sanglante dans toute l’Europe. Ce groupe nomade qui signe ses méfaits du nom An-Naziate, les anges arracheurs d’âmes, échappe pour l’enquêteur à toute grille classique de lecture, rappelant davantage la bande à Bader que les cellules d’Al Qaida.

Deux affaires délicates et apparemment sans rapport qui vont pourtant s’entrecroiser. Et si chacun des deux enquêteurs possédait sans le savoir un morceau de la clef de cette énigme sanglante ?

Ce que j’en pense…

Ouverture sur un attentat terroriste tellement réaliste qu’on entend siffler les balles…
Pas de chichi, pas de mots inutiles. Ghislain va droit au but et nous en met plein la vue.

Un plongeon dans les cellules terroristes. Difficile d’être plus d’actualité ! J’avoue avoir eu plus de peine avec cette partie-là, d’ailleurs. Trop dure à lire pour moi ! Eh oui ! Les crimes, le sang, les tueurs en série me donnent moins de cauchemar et de dégout que ces actes là…

Un plongeon en parallèle (pas facile à réaliser le double plongeon hein ? 😝) dans une bien sombre affaire d’éventreur. Deux affaires qui ne laissent aucun temps mort. On suit, on poursuit avidement les avancées de Cécile Sanchez d’un côté et celles de Ange-Marie Barthélemy de l’autre. Happée direct ! C’était foutu !

Deux flics qui portent chacun leur croix, leur boulet, leur histoire, leurs fantômes. Des flics qui vivent pour leur job. Les meilleurs et ça se sent dans chaque action mais aussi dans chaque doute ou interrogation. Des personnages attachants qui nous font clairement ressentir toutes sortes d’émotions.

Le style est vif, la plume superbe. Acérée presque brutale avec pourtant cet émotionnel à fleur de peau . Les détails techniques et médico-légaux sont admirablement bien décrits et surtout bien documentés. Ca fait plaisir ! Précis, engagé, technique. Un poil procédurier tellement ce côté technique est respecté.
Il se dégage, il faut l’avouer, un réalisme perturbant dans tous ses descriptifs.

Cécile est définitivement un personnage captivant. Sa manière de plonger dans la tête du tueur est saisissante et nous fait vivre la scène. Sa capacité à voir le mal est limite dérangeante. J’ai adoré tout le développement autour de la synergologie. Superbement bien intégré à ce personnage atypique. Lui donnant ce côté super héros puisque quelque part, cet art donne, dans une commune mesure, tout pouvoir sur nos pairs.
Je ne vous cache pas que ce domaine me passionne totalement depuis toujours et j’ai littéralement jubilé lors de cette lecture.

Gilberti démontre clairement au travers de ce récit la complexité de la lutte contre le terrorisme ainsi que tous les intervenants et pire encore… les enjeux…
Un final éblouissant à l’action sans demi-mesure !
Un livre qui ne plaira pas seulement aux amateurs de polar !

De l’action, de l’horreur, de l’émotion, de la terreur mais surtout une bien sombre couleur de réalisme….
Toute cette histoire a ce petit arrière-goût d’histoire vraie…qui vous donne ses frissons là tout en bas du dos…

Et puis, j’ai ressenti ce quelque chose d’inexplicable. Les mots qui ensemble forment un tout. Une entité inégalable. C’est juste beau !

Je suis définitivement conquise mais ça vous l’avez compris 🙂

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

12 commentaires sur « Le festin du serpent – G. Gilberti – 2013 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s