Parenthèse suisse

La Suisse est plus connue pour ses chocolats et son fromage que pour ses auteurs mais je vous l’assure, on ne manque pas de pépites et elles ne dorment pas dans des coffres !
On sort des polars, pour une fois, mais je ne pouvais m’empêcher de vous dire quelques mots au sujet de ces livres à ne pas manquer !

« L’envol du bourdon »

Hélène Dormond – éditions Hélice Hélas

l'envol du bourdon

Mieux que le prozac !
Fou rire assuré  et bonne humeur persistante !
C’est piquant, c’est drôle ! Tellement bien torché, tellement réaliste dans ses scènes de vie que l’on s’identifie forcément à un moment ou un autre à ce fabuleux personnage ou à son parcours des plus chaotique.
C’est super bien fait puisqu’ au final, ce qui parait si léger ne l’est pas tant que ça… l’interrogation sur ce que l’on est, sur le fond de notre nature est bien réelle, là aussi ! J’ai adoré et vous le recommande vivement !

Le 4 ème de couverture pour vous en dire un peu plus:
Une pandémie plus répandue que le mal de dos : l’incapacité à s’affirmer.
Marcel Tribolet s’érige en icône de la problématique. Virtuose de la conciliation, modèle de docilité, il plie face à sa femme, son chef ou le premier colporteur venu.
Jusqu’au jour où son corps se rebelle. Amené à consulter, il expérimente différentes voies pour se soigner. Les thérapies de groupe, les diverses offres en coaching, n’auront bientôt plus de secrets pour Marcel qui s’appropriera les péripéties de la vie quotidienne à titre d’exercices pratiques.
Car il n’aspire qu’à une chose : ne plus être le pantin de son entourage. Il ne reculera devant aucun défi pour se forger la dose d’aplomb nécessaire en toutes circonstances. Mais le chemin s’annonce ardu. Au fil de sa transformation, Marcel Tribolet connaîtra des doutes et des revers, vivra des pertes douloureuses, sera amené à repousser ses limites et à mobiliser de nouvelles ressources.
Mais peut-on réellement changer sa nature profonde ?
Marcel Tribolet, cet anti-héros universel, s’adresse à toute personne ayant suffisamment de recul sur soi pour se reconnaître dans ses travers et assez d’autodérision pour en rire.

 

Légère et court vêtue

Antoine Jaquier – Editions La grande ourse

légère et crout vétue

Antoine Jaquier, après « Ils sont tous morts » et Avec les chiens  nous a concocté là un livre glamour-trash, glamour-choc. La génération Y, génération vodka red-bull, dans toute sa splendeur, dans toutes ses dérives, dans toutes ses interrogations. Image d’une époque tourmentée. Tout y passe sans modération !
Un petit côté Sex and the city version Despentes à la succulente sauce Jaquier. Sa plume est envoutante. C’est beau, c’est bon et ça vous file un claque monumentale ! Un de ces livres qui ne s’oublie pas. Juste magistral !!!
Est-ce utile de préciser qu’il vous faut vous jeter dessus urgemment ?

Le 4 ème de couverture pour vous en dire un peu plus:
Le « Découvrir les Parisiens affectés à ce point me bouleverse. Des mecs m’expliquent que mes robes légères deviennent politiques. Ma crinière démesurée qu’on disait m’as-tu-vu est aujourd’hui assimilée à un signe fort de liberté – on n’arrête pas de m’en féliciter. Mes gambettes et mes escarpins feraient rempart à l’extrémisme radical pour les plus exaltés. Ma frivolité est d’un coup perçue courageuse. En d’autres termes : je suis une cible. Continuer à s’amuser semble être le mot d’ordre même s’il sonne parfois creux dans ce milieu. Que peut-on faire d’autre de toute manière ?

C’est décidé, je continuerai à vivre bien maquillée, court vêtue et riant à gorge déployée – jusqu’à ce qu’on me la tranche. »

 

La capeline écarlate

Manuela Ackermann-Repond – Editions Slatkine

la capeline écarlate Un livre pour le moins surprenant. Une histoire toute simple. Une histoire d’amour, d’amitié. Une fresque, une belle époque. Tout un monde… Le monde des chapeliers …suis fan de chapeaux, je n’ai pu qu’adorer !
Et puis paf ! C’est loin d’être aussi simple et la belle claque survient au moment où s’y attend le moins et on en reste baba ! Une fin d’ailleurs digne du film « Sixième sens ». Et y a pas de doute, comme le film, on se le refait pour voir si il y avait des indices…juste pour voir si …Et on trouve que dalle ! J’ai adoré et je vous le recommande plus que vivement !

Le 4ème de couverture pour vous en dire un peu plus:
Un chapeau peut-il changer le cours d’une vie ? Mila, jeune adulte en délicatesse avec son passé, nous raconte sa quête d’identité dans le monde des modistes et du cinéma durant la deuxième moitié du XXe siècle. Cet univers, où le paraître règne et dans lequel les apparences sont parfois trompeuses, nous emmène de rencontres ensorcelantes en événements tragiques, de découvertes enrichissantes en surprises bluffantes. Histoires d’amitié, d’amour, de deuils, de passion pour un métier s’entremêlent. Jusqu’au rebondissement final.

 

6 commentaires sur « Parenthèse suisse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s