La femme qui tua Stephen King – A. Bury – 2014

Extrait:

« J’aurai pu jouer la carte rose, voire vermeille, en écrivant des romans d’amour cucul la praline, mais je m’interdisais une telle facilité. Je voulais garder ma dignité.
Restaient en lice pour la grande aventure: le roman autobiographique et le roman d’horreur. J’abandonnai tout de suite l’autobiographie. Je ne savais pas faire pleurer dans les chaumières, ma vie était dans le fond tout ce qu’il y a de plus ordinaire. je ne voyais rien qui put intéresser les gens à ce point. Oh, en laissant ma vanité de côté, j’aurai pu. Mais il me fallait me comparer aux plus grands. Si j’écrivais, ce n’était certes pas pour aguicher deux ou trois mémères en mal de psychologie, mais pour rendre folle d’amour la moitié de la planète. Rien que ça. Il me restait donc le roman d’horreur. Stephen King devait s’y préparer mentalement: à l’horizon perçait l’aura fabuleuse d’un concurrent sérieux:
Moi. »

4ème de couverture:

Un hommage au Grand Stephen King. Ce livre raconte d’histoire d’Irma, qui veut prendre la place du calife… En manque d’inspiration, elle pense que Stephen King est la cause de tous ses malheurs. Oserez-vous la suivre jusqu’à Bangor ? Attention, n’allez pas mourir… de rire.

Ce que j’en pense…

Azel, auteure indépendante, je la suis depuis un certain temps sur Facebook. Un sacré personnage qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui, du coup, me plait bien.
J’ai forcément eu envie de découvrir ses écrits.

« La femme qui tua Stephen King » est sorti il y a pas mal de temps déjà mais j’avoue que c’est celui qui me tentait le plus, voir même m’intriguait beaucoup…Ben oui le titre…Il vous intrigue pas vous ?

En grande fan de la première heure de Stephen King que je suis, ce livre est clairement un vrai délice. Un retour sur ses oeuvres, sa vie.

Le contexte est bien entendu totalement saugrenu mais c’est fait avec un paquet d’humour. C’est juste spontané, drôle, piquant, un vrai délire quoi !
Les différents scénarios d’une rencontre avec le maître sont vraiment amusants et ne peuvent que susciter l’interrogation « Comment est ce que j’imaginerai, moi, une rencontre avec lui, encore plus si je devais le tuer ? » ou même « Comment est-ce que je le tuerai ? » Ouais ok…je suis sans doute encore plus frapadingue qu’Irma l’héroine du livre mais c’est inévitable non ?

C’est plus une nouvelle qu’un livre et c’est super vite lu.
J’ai plus apprécié la première partie que la deuxième qui est un peu plus brouillon. C’est pas inoubliable mais me suis bien marée et ai eu plaisir à lire ce gros délire !

Publicités

Un commentaire sur « La femme qui tua Stephen King – A. Bury – 2014 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s