De cauchemar et de feu – N. Lebel – 2017

Extrait:

« Murphy connaissait la musique; il leva lentement les mains comme l’exigeait le protocole. Son regard glissa sur le canon, remonta le long du bras. Il reconnut celui qui le tenait en joue et ses yeux parurent s’extraire de leurs orbites à mesure que sa bouche s’ouvrait. le sang quitta son visage, le laissant livide et sans voix. Une suée froide vient perler à la lisière de ses cheveux noirs. Ses pensées se bousculèrent, en proie à une terreur irrépressible, comme une volée de corneilles surprises au nid: le camion, la cargaison, l’insistance de James pour qu’il livre aussi vite et en personne…Dans le tumulte de ses émotions, Murphy lut une histoire écrite de longue date, dont il percevait soudain l’inévitable dénouement. Après toutes ces années, c’est ainsi que le cauchemar allait prendre fin. »

4ème de couverture:

Paris, jeudi 24 mars 2016  : à quelques jours du dimanche de Pâques, le cadavre d’un homme d’une soixantaine d’années est retrouvé dans un pub parisien, une balle dans chaque genou, une troisième dans le front.
À l’autopsie, on découvre sur son corps une fresque d’entrelacs celtiques et de slogans nationalistes nord-irlandais. Trois lettres barrent ses épaules  : IRA.
Le capitaine Mehrlicht fait la grimace. Enquêter sur un groupe terroriste irlandais en plein état d’urgence ne va pas être une partie de plaisir. D’autant que ce conflit irlandais remonte un peu.

Dans ce quatrième opus, Nicolas Lebel nous entraîne sur la piste d’un un assassin pyromane, un monstre né dans les années 70 de la violence des affrontements en Irlande du Nord, qui sème incendie, chaos et mort dans son sillage, et revient aujourd’hui rallumer les feux de la discorde à travers la capitale

Ce que j’en pense…

Du passé au présent, on plonge dans la problématique du terrorisme et de l’IRA des années 70. Une problématique complexe qui est clairement d’actualité, y a pas de doute !
Un regard sur notre monde d’hier qui n’est pas mieux aujourd’hui….

Je l’avoue, au risque de me faire lyncher, je n’ai pas encore lu les aventures précédentes du Capitaine Mehrlicht. Sans doute une erreur puisque j’aurai pu y trouver plus de « substance ». Je me rattraperai, c’est promis !

J’ai donc découvert et j’ai adoré les personnages haut en couleurs avec bien sûr, en tête d’affiche Mehrlicht et des descriptifs qui m’ont bien fait rire. Je ne verrai plus jamais une grenouille de la même manière 🙃
En fait, et c’est pas commun, le rire et l’humour font partie intégrante de ce récit. On pourrait probablement, en blind test, trouver que ce livre a été écrit par Nicolas tant sa personnalité en ressort.

En dehors de l’humour et des personnages, l’histoire est riche et très bien documentée. Suis pas très fan du politique engagé dans les polars et c’est le bémol que je mettrai pour ma part, mais ce n’est qu’une question très personnelle de goût ! L’histoire tient la route, la trame est rondement menée, la plume est excellente, le style est top, bref beaucoup de talent et forcément c’est bon 🙂

Un livre que je vous recommande vivement !

Un grand merci à Nicolas pour l’envoi de ce livre avec la super dédicace ( et même un petit dessin 🙂)

Et bien sûr, en grande fan, comment ne pas penser à la fameuse chanson « Sunday bloody Sunday » de U2 qui relate le dimanche sanglant de Derry en 1972.

 

 

Publicités

7 commentaires sur « De cauchemar et de feu – N. Lebel – 2017 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s