Dynamique du Chaos – G. Gilberti – 2017

Extrait:

« Notre table devient l’élément vers lequel tous les regards se fixent, l’épicentre de la turbulence contagieuse qui commence à gagner tout l’espace. L’assemblée nous arrose d’une masse de sentiments divers. Je sens de la colère, du mépris, de la haine, de l’incompréhension, et d’autres . Le trouble grandissant me frôle dans une caresse légère. D’une grande inspiration, je tente d’absorber ce énergies négatives. Je renifle la peur, l’inquiétude, la panique. Le trouble grandissant me frôle dans une caresse légère. D’une grande inspiration, je tente d’absorber ce torrent d’agitation, de l’inhaler comme un dragon d’héroïne.
C’est comme ça que j’existe. C’est comme ça que je prends corps, que les limites de ma chair se dessinent clairement dans le vide qui me noie. Je ne connais pas d’autre moyen: susciter des émotions vives autour de moi m’aide à valider mon existence physique. Peu importe la nature de ces émotions, positives ou négatives, ça n’a aucune importance. Ce qui compte c’est la quantité, pas la substance. Ce qui est d’ailleurs vrai pour beaucoup de choses.
C’est ce qui me permet d’oublier ma course humaine pitoyable, mon ellipse minable autour de ce monde rongé jusqu’au noyau.

Il n’y a que ça.
Le reste est un vaste mirage.
Vous comprenez, j’ai foi en le chaos, il me faut de l’agitation pour pouvoir respirer. L’époque me pose ce problème majeur: elle est incompatible avec le fonctionnement de mon appareil psychique. On m’étouffe. On me contraint à des normes inadéquates. On me met face à des obligations contraires à mes fonctions vitales. Tout ce qui m’impose les limites du Bien et du Mal s’oppose à mes instincts. Les lois, les règles et la morale pèsent sur mon thorax. Elles empêchent mes poumons de se remplir correctement.
Je suis un poisson sur le sable. Mes branchies s’agitent frénétiquement dans le néant.
Dans le bordel de ce millénaire qui commence très mal, je cherche de l’air avec l’énergie du désespoir. Il me faut créer des enclaves, des microcosmes saturés de désordre, parcourus de spasmes anarchiques, de tremblements illogiques, d’émotions fortes, de sentiments puissants. Ecraser le métronome, créer des contretemps. Briser tout ce qui est immobile. Amorcer le mouvement et en perdre volontairement le contrôle.
C’est pour ça que je m’agite. Chacun de mes gestes cherche à percer l’invariable, à faire exploser l’immuable, le permanent, l’établi.
Je sais que c’est pathologique.
J’ai conscience du problème. »

4ème de couverture:

Gys, un jeune homme au passé agité, va jusqu’à l’impensable pour oublier sa séparation. Rapidement, il cède à l’ivresse nerveuse des transgressions aux côtés de ses trois amis de la  » Génération Nada  » : avec eux, il écumera bars et clubs de tous les excès, traquant le chaos qui lui permettra de mieux voir le monde. Il ignore qu’au loin, un train fou fonce déjà sur lui. Le monstre d’acier s’appelle Séverine.
Dynamique du Chaos fait l’effet d’un coup de tonnerre lors de sa mise en ligne sur Internet en 2007, avec plus de 100 000 téléchargements et un torrent de commentaires de lecteurs jetés à corps perdus dans cette aventure radicale. Aujourd’hui publié pour la première fois sans censure et en édition papier, ce texte sauvage raconte la chute libre d’un homme sur fond de drogues, de sexe, d’abus en tout genre et l’amour passionnel, irrationnel, d’un homme pour une femme. Dans son art de la torsion, le virtuose Gilberti repousse les limites du soutenable par une obsession suprême inavouée : tenter de retrouver une forme originelle de pureté métaphysique et romanesque.

Ce que j’en pense…

Une chronique bien difficile. Peut-être parce qu’il me faudra aller chercher dans mes abysses à moi, dans mes propres noirceurs. Réussir à trouver tout ce que ce putain de livre a susciter en moi…

Lu d’une traite, d’un bloc, totalement prise dans cette tourmente qui semble sans fond , dans cette noirceur visqueuse qui colle à la peau. Percutée, bouleversée, touchée à tout jamais !

Un livre qui résonne comme une confession, un besoin viscéral de tout balancer, tout vider comme un abcès que l’on perce sans doute pour, peut-être, se sentir mieux après et j’espère que ce fût le cas.
J’éprouve une réelle admiration pour lui d’oser, oser en parler, raconter…

Très réaliste, très franc, très vrai, pas de faux parler, sans faux semblant, sans fioriture. Cru, dur, choquant. Rien à voir avec un polar ni un thriller mais juste un truc noir…très noir. Ghislain Gilberti pousse les limites, toutes les limites !
Sans doute le livre le plus violent que j’aie lu.

Un coup de pied dans notre société, dans notre monde tel qu’il est.

« Céline ressemble trop à son époque, c’est la représentation parfaite de la jeunesse du XXIème siècle naissant, tous ses efforts se concentrent sur sa tenue, son corps, son image en général; l’esprit, quant à lui, est relégué au second plan. Aucun culture, aucune passion, aucun but. L’être fade mais le paraître majestueux, un beau paquet cadeau plein de vide. Je pense souvent à cet imbécile d’André Malraux qui prophétisait un siècle hautement spirituel « 

Un univers de sexe, de dope, d’alcool. Des tranches de vie, d’une sacré putain de vie…

La description de chaque émotion, chaque sensation est incroyable, que ce soit l’amour, l’amitié, la vie, la mort, la douleur, la peur, la came, le plaisir.
L’amour est omniprésent, cet amour qui fauche tout, qui ravage tout…Cet amour vrai. Le seul, l’unique.

Brutal, troublant, perturbant, douloureux mais surtout poignant. Il en ressort quelque chose de beau, quelque chose de vrai…de juste.

Se retrouver projetée dans certaines périodes de ta vie à quelque chose de bizarre et si tu ne connais pas l’effet que peut provoquer la coke ou l’exta par exemple…tu l’auras compris, tu l’auras presque vécu et c’est réellement saisissant !

Eprouver le même genre de sensations que lorsqu’à 14 ans, je lisais « Moi Christiane F, 13 ans, droguée, prostituée » ou retrouver ce petit côté « Trainspotting » (Pile poil au moment où le deuxième volet va sortir,d’ailleurs) à quelque chose de jubilatoire.

Une écriture envoutante à la limite du poétique ou chaque mot résonne en toi comme une musique forte qui te prend aux tripes.

Il était vraiment temps que ce récit soit édité. Il est surtout temps de le lire !

Derrière ce chaos, un cri. Un cri pour la mort, un cri pour l’espoir, un cri pour la vie…

Pas prête de l’oublier…jamais…et je vais vous avouer un truc…j’ai chialé, ouais vraiment chialé…pour de vrai…

Une claque, une baffe, un convoi ferroviaire en pleine pomme !

Merci à toi Ghislain de nous avoir fait partager cela…ainsi qu’au passage le parcours musical excellent 🙂

Cependant il faut le dire: Attention: âme sensible s’abstenir mais vraiment s’abstenir ! C’est pas de la gnognotte …du tout…

 

Publicités

One thought on “Dynamique du Chaos – G. Gilberti – 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s