Il ne faut pas parler dans l’ascenseur – M. Michaud -2010

Extrait:

« Je me suis posé la question dès ma toute première montée: pourquoi personne ne parle dans un ascenseur ?
Je devais avoir six ans et j’accompagnais mon père à son bureau lorsque j’en ai pris conscience pour la première fois: non seulement les gens évitaient soigneusement de se regarder entre eux, mais il régnait aussi, dans la cage d’acier bondée qui nous trimballait d’un étage à l’autre, un silence quasi funéraire, malsain et angoissé.
Lorsque je l’ai questionné sur les motifs profonds de cette anomalie, mon père m’a répondu: « Quand il se sent piégé, l’homme se replie sur lui-même et se tait. »
Alors depuis ce temps, forte de ce diktat, moi aussi je me tais dans l’ascenseur, je fais comme tout le monde. »

4ème de couverture:

Imaginez…
Une jeune femme lancée dans une course folle pour retrouver un homme qui, selon toute vraisemblance, n’existe pas… Un enquêteur de la police de Montréal qui tente d’élucider les meurtres crapuleux de deux hommes tués de la même manière à une journée d’intervalle… Un chasseur impitoyable qui pense que chacun doit payer pour ses fautes…

Imaginez encore…
Un chassé-croisé haletant qui révèle fil à fil l’effroyable lien entre ces trois destins. « Il ne faut pas parler dans l’ascenseur » est la première enquête de Victor Lessard.

Ce que j’en pense…

Voilà bien longtemps que je voulais m’attaquer à cet auteur, mue par mon intérêt énorme pour les auteurs québécois !
Et là, paf…de suite le problème… Je choisis le premier de la série Victor Lessard, tranquille, je m’installe. Je me doute que ça va être bon mais bing…le blème surgit…direct…en pleine pomme !
Mes gosses sont là, je ne suis pas vraiment en vacances, boulot oblige, c’est les fêtes et va falloir se mettre au fourneau…Comment je fais hein ? Comment ? Je peux pas le lâcher…Ca devrait être interdit les livres comme ça non ?

Une histoire entre hallucinations et réalité, une histoire où les dés sont clairement pipés, et ce, dès le départ. Une histoire où l’on ne sait plus très bien dans quels eaux, on nage.. troubles, c’est certain ! Un imbroglio où chaque rebondissement nous donne l’impression de pouvoir trouver la sortie du labyrinthe….

Une référence de l’auteur à un film avec Michael Douglas qui, selon moi doit être « The Game »

Un rythme soutenu, une atmosphère géniale. Des personnages super attachants, très authentiques. Un style rapide, incisif. Un petit côté Lynch.

Une minuscule inquiétude que l’explication soit un poil trop fantastique à mon goût mais que nenni, pas du tout ! Tout reste crédible et logique…juste une question d’ouverture d’esprit.

Un questionnement sur le coma, la mort…L’erreur, la faute…les conséquences !

Bluffant, perturbant, stupéfiant. Impossible à lâcher mais ça je vous l’ai déjà dit et d’ailleurs difficile d’en dire sans spoiler et ça vous oubliez !!!

Allez j’ai tellement aimé que pas pu m’empêcher d’enchaîner et d’attaquer direct la suite « La chorale du diable » et cette fois c’est sûr, je déménage au Québec !!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s