La pieuvre – J. Saussey – 2015

Extrait:

« Le 19 juillet 1992, le juge venait juste d’apprendre la nouvelle de l’assassinat de son homologue italien Paolo Borsellino. Il s’était senti en danger, lui aussi. Il était sur un dossier brûlant, ouvert sur son bureau, lorsque la nouvelle de l’attentat était tombée dans les médias français. Le dossier de l’AAEM, clôturé la veille, devait encore être près de lui.
Heslin venait de mettre la mains sur un document capital pour lui, quelque chose qu’il avait voulu protéger. Le meurtre du juge italien, trois mois après celui de son ami Giovanni Falcone, avait bouleversé le père de Lisa. Les juges n’étaient plus en sécurité nulle part. Les truands n’hésitaient plus à les éliminer pour protéger leurs affaires. »

4ème de couverture:

Lisa Heslin est officier de policier judiciaire dans un commissariat parisien. Elle est aussi la fille d’un juge d’instruction célèbre, assassiné au début des années quatre-vingt-dix. Lorsqu’elle apprend que sa mère, avec laquelle elle n’a plus aucune relation depuis bien longtemps, est à l’agonie, elle met de côté sa rancoeur, saute dans un train pour Marseille et rejoint la clinique. A Paris, ses collègues ont été appelés sur le lieu d’un meurtre crapuleux : un modeste coursier parisien a été retrouvé exécuté de deux balles dans la tête. Mais la police scientifique apporte une information qui va tout changer : l’arme de ce crime est la même qui a servi à tuer le Juge Heslin en 1992. Pour l’équipe du capitaine Daniel Magne, supérieur et amant discret de Lisa, c’est une enquête impossible qui commence, où tous les contacts sont aussi des pièges.

Ce qu’Isabelle en pense…

Cinquième roman de Jacques Saussey avec le couple Lisa Heslin et Daniel Magne.

Pour Lisa, fille d’un juge assassiné, ce sera retour aux sources de son enfance. Pour Daniel, promu au 36, une course contre la montre pour résoudre une affaire délicate entrelacée avec le passé…Un aller-retour entre les deux protagonistes et surtout un aller – retour dans le temps sur 12 jours qui accentue le questionnement du lecteur…On craint s’y perdre mais tout se tient.

Bravo pour cet excellent travail Jacques. Plume aboutie, Jacques est dans le ton, il fait partie des grands.

Au plaisir de lire la suite à sa sortie en janvier « Ne prononcez jamais leurs noms »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s