Horrora Borealis – N. Feuz – 2016

Extrait:

« La neige tombait quasiment à l’horizontale lorsque le commissaire Svindal et l’inspecteur Sjöberg frappèrent à la porte de la cabane des Walker, sur le coup des vingt heures. Le jour avait disparu depuis plus de quatre heures, cédant d’abord sa place à un long halo crépusculaire, avant de s’effacer complètement devant la nuit noire.
La Laponie vivait au ralenti à l’intérieur du cercle polaire, à l’approche de la fin de l’hiver. Les journées s’allongeaient pour les finlandais du nord, mais les touristes demeuraient en total décalage avec leurs habitudes. Rolf, Sandra et les enfants n’échappaient pas à cet étrange malaise depuis leur arrivée: l’impression que le journal télévisé de vingt heures était diffusé à minuit.
Les deux policiers de Kittilä furent invités à entrer dans le salon. Ils se dévêtirent partiellement, ouvrant leurs doudounes matelassées et ôtant leurs gants. Svindal sortit son calepin et son stylo.
Sur la table à manger, les restes d’un pavé de saumon reposaient négligemment dans une poêle à frire. L’odeur du poisson flottait encore dans la pièce.
– Qu’est ce qui se passe ? demanda le commissaire.
– C’est Alia…commença Sandra d’une voix tremblante, qui reflétait une terrible inquiétude.
– Notre fille a disparu, compléta Rolf.
– Calmez-vous, les invita Sjöberg. Dites-nous ce qui s’est passé.
Walker reprit:
– Elle jouait dehors avec Quentin. Ils étaient sortis faire un igloo derrière la cabane, après le souper. Nous les voyions depuis les fenêtres du salon. Ils avaient pris des lampes de poche. Ils rigolaient bien… »

4ème de couverture:

Tout ce sang qui coule aux pieds de Walker…
La question n’est pas de savoir qui est ce cadavre avec une balle dans la tête. Non…La bonne question est: Qu’est ce qui s’est passé en Laponie ?
Les souvenirs sont flous, mais ce qui est sûr, c’est que de longue date, Walker ne croit plus au père Noël. Et vous ? Vous y croyez encore ?

Ce qu’Isabelle en pense…

Coup de cœur pour ce premier roman que je viens de terminer de l’auteur suisse Nicolas Feuz. Horrora borealis, traduction Horreur boréale ….et tout est dit !

Direction avec une famille en Laponie, en Finlande, avec sa neige, ses paysages, son ambiance polaire. Une Laponie certes magique par sa beauté, mais mortelle pour qui s’y risque avec ses moins trente degrés la nuit … Des vacances hors du commun pour la famille Walker qui virent vite au cauchemar..

Accrochez vous. Je n’en dirai pas plus pour laisser le suspens entier ..mais, sachez- le, celui-ci ne vous lâchera pas et ce, jusqu’aux dernières pages.

Bravo à l’auteur pour cette maîtrise incontestable des rebondissements.. je n’ai rien vu venir ! Roman court qui se lit très vite, totalement addictif, et dont l’horreur finale ravira les inconditionnels du thriller.

Plume aboutie et très agréable.

La question récurrente du roman ; que s’est-il passé en Laponie? À vous de le découvrir !

Merci à ma copinaute Valérie Sangpages qui m’a fait connaître cet auteur.

Ce roman fera partie de mon top 10 lecture 2016. Au plaisir de lire un autre opus …

Ma chronique sur ce même livre: Horrora Borealis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s