Lontano – JC.Grangé -2015

Extrait:

« Il tenait ce détachement de son père. Le vieux fauve, l’homme de toutes les manipulations, était un puritain. Il n’aimait que les nymphettes, et d’une manière platonique. Les rares fois où Erwan l’avait vu excité, c’était auprès de très jeunes filles, presque des enfants. Il en était resté fasciné. Voir ce colosse rougeaud se transformer en Père Noël attentionné et bienveillant avait quelque chose de monstrueux. Le maquereau qui avait mis des putes dans les lits de la plupart des hommes politiques, le pourvoyeur de coke des accros, le maître chanteur qui avait sévi aux Mœurs, à la BRI, à la Brigade criminelle, venait boire à cette source de pureté sans arrière-pensée.
Ce qui ne l’empêchait pas, comme son fils, d’être convaincu de la toute-puissance du sexe dans ce bas monde. Première leçon du métier de flic: le cul est partout, tout le temps. Sous le vernis de la culture, des discours, des religions, des uniformes, il y a la chair. Le besoin de toucher les mamelles, de plonger son dard dans une fente humide et brûlante. Le reste, c’était de la littérature. »

4ème de couverture:

Éminence grise du pouvoir, Grégoire Morvan a connu ses heures de gloire en Afrique dans les années 80, en arrêtant au Zaïre « l’Homme clou », tueur en série au rituel atroce, inspiré des plus violents fétiches africains. Quarante ans plus tard, en France, les cadavres mutilés, criblés de ferraille et de tessons s’accumulent : la marque de « l’Homme clou », totem de la folie meurtrière née au plus profond de l’Afrique. Le passé trouble de son père – fantôme menaçant de sales affaires enterrées – rattrape alors Erwan Morvan, le meilleur flic de la crim’. Saga familiale, roman psychologique et roman noir, Lontano est une plongée verticale dans les ténèbres de l’âme, roman paroxystique et vertigineux, dérangeant comme ces rites primitifs qui nous fascinent et nous effarent.

Ce que j’en pense…

« Lontano » est resté longtemps sur ma pile à lire. J’hésitais, j’avais peur…Peur d’être déçue…
Grangé m’a captivée et fascinée depuis ses débuts avec « le vol des cigognes » en 1994. Il a été mon auteur chouchou durant plus de 20 ans. Je me précipitais sur chaque nouvelle parution comme si c’était le Graal. Et puis, « Kaïken » est arrivé et m’a déçue. J’ai trouvé ce livre ennuyeux et sans substance.

Lorsque « Lontano » est sorti, je l’ai acheté tout de suite, comme d’hab mais je l’ai laissé de côté. Les avis divergeaient et j’entendais pas mal de négatif. Mon mythe pourrait-il s’étioler ? Je perdais quelque chose qui faisait, en quelque sorte, partie de moi s’il n’était pas à la hauteur de mes attentes. En le laissant sur ma bibliothèque, je ne touchais à rien, ni en bien, ni en mal…Je laissais le doute…
Mais on ne peut pas vivre dans le doute… J’ai craqué (je sais je suis faible 😝) et l’ai commencé…et Oh bonheur Grangé is back 😍

Une histoire qui débute dans une base aéronautique navale sur fond de ce que semble être un bizutage qui a mal tourné (et qui m’a beaucoup fait pensé au film « des hommes d’honneur »  de Rob Reiner.)
Erwan Morvan, dépêché sur place par son père, se rendra compte très vite que cette affaire est bien plus compliquée et le mènera sur les traces de « l’homme clou », tueur en série, arrêté près de 40 ans auparavant, au Congo, par son propre père.
Commence alors une course poursuite effrénée et impitoyable après ce qui s’avère être le pire tueur de l’histoire mais surtout après un passé qui semble rattraper le présent.

Des meurtres en série d’une rare cruauté sur fond de magie, de sorcellerie, de magouilles, d’argent et de politique franco-africaine.

Mais aussi l’histoire d’une famille bien sous tout rapport, riche à souhait où règne pourtant la violence, la décadence, la haine et qui traîne tant de secrets qu’elle pourrait en remplir des camions.
Une « bonne » famille clairement digne d’une saga Hollywoodienne: Gaëlle, la fille qui fait la pute de luxe. Loïc, le fils, trader et toxico invétéré. Grégoire, le père, homme de pouvoir qui a tout à cacher. Maggie, la mère, ex hippie mi- ange / mi- démon et Erwan, le fils qui semble le seul à peu près clean.

Une intrigue palpitante, au cœur de l’Afrique, de l’horreur, du SM, du No Limit…Au cœur de ce qui semble pourtant impossible, inimaginable…

Des descriptifs fabuleux, un voyage envoutant comme peuvent l’être les « Nkondis »…On se fait malmener, on se fait embarquer dans un truc de dingue sans avoir même le temps de dire ouf ! Une véritable montagne russe qui nous emmène de rebondissements en rebondissements et les hauts le cœur qui vont avec !!!

777 pages impossibles à lâcher, c’est tout de même quelque chose ! Une sorte de sable mouvant qui t’absorbe et semble ne pas vouloir te laisser t’échapper !

Alors ouais moi je dis Grangé, c’est toujours Grangé et putain il arrache !

Pour le coup, j’attaque directement « Congo Requiem », la suite directe
Et au final, heureusement que j’ai attendu…Je n’aurai pas pu enchaîner et qu’est-ce que cela aurait été frustrant …très frustrant !

Petite citation au passage qui m’a bien fait marrer 😂 😂

« Durant trente ans, en Italie, ils ont eu les Borgia, la guerre civile et la terreur. Cela a produit Michel-Ange, Léonard de Vinci et la Renaissance. En Suisse, ils ont eu cinq siècles de paix et de fraternité et qu’est-ce que ça a donné ? La pendule à coucou ! »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s